Cyclades
Rejoignez la communauté !
Co-construisez les ressources dont vous avez besoin et partagez votre expertise pédagogique.
Thème 1 : Se chercher, se construire
Ch. 1
Les grandes découvertes : vers un nouveau monde
Ch. 2
Moby Dick : sur les traces d'une baleine mythique
Ch. 3
Dire toutes les nuances de l'amour
Ch. 4
Roméo et Juliette, une tragédie amoureuse adaptée au cinéma
Ch. 5
Se raconter, se représenter
Ch. 6
Romain Gary, La Promesse de l'aube
Thème 2 : Vivre en société, participer à la société
Ch. 7
Bandes de jeunes !
Ch. 8
En famille : Molière : Le malade imaginaire
Ch. 9
Les valeurs : du dialogue à la confrontation
Ch. 10
Le Cid entre amour, honneur et devoir
Ch. 11
L'habit fait-il le moine ?
Thème 3 : Regarder le monde, inventer des mondes
Ch. 12
La magie des Mille et Une Nuits
Ch. 13
Territoires imaginaires
Ch. 14
Aux frontières du réel
Ch. 15
Germinal, un roman et un film
Ch. 16
Nuits lyriques
Ch. 17
Le monde moderne en poésie
Thème 4 : Agir sur le monde
Ch. 18
Héros d'hier, héros d'aujourd'hui
Ch. 19
L'information, des textes aux médias
Ch. 20
Dénoncer la guerre : Mémoires d'un rat de Pierre Chaine
Ch. 21
Antigone : Une voix face au pouvoir
Ch. 22
Sommes-nous maitres de la nature ?
Ch. 23
La ville entre chien et loup
Ch. 24
D'un étonnement à un autre
La langue au cycle 4
Lexique
Grammaire
Conjugaison
Orthographe
Méthode
EPI
Chapitre 1
Texte et image

Se raconter pour se justifier ?

Je compare deux façons opposées de se raconter.

Texte 1
Les Confessions

J'ai donc été fripon1 et quelquefois je le suis encore de bagatelles2 qui me tentent et que j'aime mieux prendre que demander : mais, petit ou grand, je ne me souviens pas d'avoir pris de ma vie un liard3 à personne ; hors une seule fois, il n'y a pas quinze ans, que je volai sept livres dix sous. L'aventure vaut la peine d'être contée, car il s'y trouve un concours impayable4 d'effronterie et de bêtise, que j'aurais peine moi-même à croire s'il regardait5 un autre que moi.
C'était à Paris. Je me promenais avec M. de Francueil au Palais-Royal, sur les cinq heures. Il tire sa montre, la regarde, et me dit : Allons à l'Opéra : je le veux bien ; nous allons. Il prend deux billets d'amphithéâtre, m'en donne un, et passe le premier avec l'autre, je le suis, il entre. En entrant après lui, je trouve la porte embarrassée6. Je regarde, je vois tout le monde debout ; je juge que je pourrai bien me perdre dans cette foule, ou du moins laisser supposer à M. de Francueil que j'y suis perdu. Je sors, je reprends ma contremarque7, puis mon argent, et je m'en vais, sans songer qu'à peine avais-je atteint la porte que tout le monde était assis, et qu'alors M. de Francueil voyait clairement que je n'y étais plus.
Comme jamais rien ne fut plus éloigné de mon humeur que ce trait-là8, je le note, pour montrer qu'il y a des moments d'une espèce de délire où il ne faut point juger des hommes par leurs actions.
Jean-Jacques Rousseau
Les Confessions, tome I, 1782.

1. Voleur.
2. Choses peu importantes.
3. Ancienne monnaie.
4. Un mélange ridicule.
5. Concernait.
6. Encombrée.
7. Ticket distribué aux spectateurs quittant momentanément un spectacle.
8. Cette attitude-là.

JEAN-JACQUES ROUSSEAU
Le zoom est accessible dans la version Premium.

Jean-Jacques Rousseau

(1712-1778)


Jean-Jacques Rousseau (1712-1778) est un philosophe et écrivain majeur du siècle des Lumières. Son livre intitulé Les Confessions est souvent considéré comme la première autobiographie moderne.

Éclairage

Dans les Confessions, Rousseau entreprend un examen de sa vie et cherche notamment à se justifier face à ceux qui le blâment. C'est ainsi qu'il écrit, au début de son texte : « J'ose croire n'être fait comme aucun de ceux qui existent. Si je ne vaux pas mieux, au moins je suis autre. [...] Que la trompette du Jugement dernier sonne quand elle voudra, je viendrai, ce livre à la main, me présenter devant le souverain juge. Je dirai hautement : Voilà ce que j'ai fait, ce que j'ai pensé, ce que je fus. J'ai dit le bien et le mal avec la même franchise. ».

100% Numérique

Retrouvez un lien pour écouter des extraits célèbres des .
La Sortie de théâtre
Le zoom est accessible dans la version Premium.
Crédits : J.-G. Berizzi RMN-Grand Palais (musée d'Orsay)

Jean Béraud, La Sortie de théâtre, XIXᵉ siècle, dessin (musée d'Orsay, conservé au musée du Louvre, Paris).

Texte 2
Histoire de ma vie

M. de Francueil, à qui Rousseau a volé de l'argent, se trouve être le grand-père de George Sand. Selon Mme de Francueil, Rousseau aurait tout inventé afin de se disculper d'autres fautes qu'il n'avouerait pas. Dans la longue préface à Histoire de ma vie, George Sand précise sa conception de l'autobiographie en prenant ses distances avec la démarche de Rousseau. Elle revient sur cet épisode.

Si la pensée des Confessions était bonne, s'il y avait devoir à se chercher des torts puérils1 et à raconter des fautes inévitables, je ne suis pas de ceux qui reculeraient devant cette pénitence2 publique. Je crois que mes lecteurs me connaissent assez, en tant qu'écrivain, pour ne pas me taxer de couardise3. Mais, à mon avis, cette manière de s'accuser n'est pas humble, et le sentiment public4 ne s'y est pas trompé. [...]
Je souffre mortellement quand je vois le grand Rousseau s'humilier ainsi et s'imaginer qu'en exagérant, peut-être en inventant ces péchés-là, il se disculpe des vices5 de cœur que ses ennemis lui attribuaient. Il ne les désarma certainement pas par ses Confessions ; et ne suffit-il pas, pour le croire pur et bon, de lire les parties de sa vie où il oublie de s'accuser ? Ce n'est que là qu'il est naïf6, on le sent bien.
Qu'on soit pur ou impur, petit ou grand, il y a toujours vanité7, vanité puérile et malheureuse, à entreprendre sa propre justification. Je n'ai jamais compris qu'un accusé pût répondre quelque-chose sur les bancs du crime. S'il est coupable, il le devient encore plus par le mensonge, et son mensonge dévoilé ajoute l'humiliation et la honte à la rigueur du châtiment. S'il est innocent, comment peut-il s'abaisser jusqu'à le prouver ? [...]
Je ne fais point ici un ouvrage d'art, je m'en défends même, car ces choses ne valent que par la spontanéité et l'abandon, et je ne voudrais pas raconter ma vie comme un roman.
George Sand
Histoire de ma vie, 1855.

1. Des fautes futiles, infantiles.
2. Confession, repentir.
3. M'accuser de lâcheté.
4. L'opinion publique.
5. Défauts.
6. Innocent.
7 Orgueil.

GEORGE SAND
Le zoom est accessible dans la version Premium.

George Sand

(1804-1876)


George Sand née Aurore Dupin (1804-1876) a écrit une œuvre d'une grande diversité. Histoire de ma vie est une autobiographie sous forme de lettres.

Questions


J'exploite mes lectures pour enrichir un récit et je sais utiliser des outils d'analyse littéraire

Jean-Jacques Rousseau


1. Que raconte Rousseau dans cet extrait ? Résumez-le avec vos propres mots.

2. Pourquoi raconte-t-il cela ? Répondez de manière approfondie, en vous aidant de la fin de l'extrait, du titre de l'œuvre et de l'Éclairage.

3. Quelle image donne-t-il de lui à travers cet extrait ?

George Sand


4. Reformulez la première phrase de l'extrait.

5. George Sand serait-elle capable d'avouer ses fautes comme le fait Rousseau ?

6. a. Que pense-t-elle de la démarche de Rousseau ? b. Le croit-elle sincère ?

7. a. À la fin du texte, pourquoi oppose-t-elle « ouvrage d'art » et « spontanéité et abandon » (dernier paragraphe) ? b. Comment veut-elle raconter sa vie ?

8. Synthèse. Comment chacun des deux auteurs cherche-t-il à montrer qu'il est parfaitement sincère dans son autobiographie ?

Une erreur sur la page ? Une idée à proposer ?

Nos manuels sont collaboratifs, n'hésitez pas à nous en faire part.

Oups, une coquille

j'ai une idée !

Nous préparons votre pageNous vous offrons 5 essais
collaborateur

collaborateurYolène
collaborateurÉmilie
collaborateurJean-Paul
collaborateurFatima
collaborateurSarah

Premium activé


5
essais restants
Utilisation des cookies
Lors de votre navigation sur ce site, des cookies nécessaires au bon fonctionnement et exemptés de consentement sont déposés.