Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Sujet brevet 10
P.420-421

Brevet


Sujet brevet 10




« Accepter d’être un homme »

Le roi Créon a condamné Antigone à mort parce qu’elle n’a pas respecté ses ordres. Son fils, Hémon, est le fiancé d’Antigone.

  HÉMON entre en criant. – Père !
  CRÉON court à lui, l’embrasse. – Oublie-la, Hémon ; oublie-la, mon petit.
  HÉMON. – Tu es fou, père. Lâche-moi.
  CRÉON le tient plus fort. – J’ai tout essayé pour la sauver, Hémon. J’ai tout essayé, je te le jure. Elle ne t’aime pas. Elle aurait pu vivre. Elle a préféré sa folie et la mort.
  HÉMON crie, tentant de s’arracher à son étreinte. – Mais, père, tu vois bien qu’ils l’emmènent ! Père, ne laisse pas ces hommes l’emmener !
  CRÉON. – Elle a parlé maintenant. Tout Thèbes sait ce qu’elle a fait. Je suis obligé de la faire mourir.
  HÉMON s’arrache de ses bras. – Lâche-moi !
  Un silence. Ils sont l’un en face de l’autre. Ils se regardent.
  LE CHŒUR, s’approche. – Est-ce qu’on ne peut pas imaginer quelque chose, dire qu’elle est folle, l’enfermer ?
  CRÉON. – Ils diront que ce n’est pas vrai. Que je la sauve parce qu’elle allait être la femme de mon fils. Je ne peux pas.
  LE CHŒUR. – Est-ce qu’on ne peut pas gagner du temps, la faire fuir demain ?
  CRÉON. – La foule sait déjà, elle hurle autour du palais. Je ne peux pas.
  HÉMON. – Père, la foule n’est rien. Tu es le maître.
  CRÉON. – Je suis le maître avant la loi. Plus après.
  HÉMON. – Père, je suis ton fils, tu ne peux pas me la laisser prendre.
  CRÉON. – Si, Hémon. Si, mon petit. Du courage. Antigone ne peut plus vivre. Antigone nous a déjà quittés tous.
  HÉMON. – Crois-tu que je pourrai vivre, moi, sans elle ? Crois-tu que je l’accepterai, votre vie ? Et tous les jours, depuis le matin jusqu’au soir, sans elle. Et votre agitation, votre bavardage, votre vide, sans elle.
  CRÉON. – Il faudra bien que tu acceptes, Hémon. Chacun de nous a un jour, plus ou moins triste, plus ou moins lointain, où il doit enfin accepter d’être un homme. Pour toi, c’est aujourd’hui… Et te voilà devant moi avec ces larmes au bord de tes yeux et ton cœur qui te fait mal – mon petit garçon, pour la dernière fois… Quand tu te seras détourné, quand tu auras franchi ce seuil tout à l’heure, ce sera fini.


JEAN ANOUILH, Antigone, © Éditions de la Table ronde, 1946.

La mort d’Antigone

La mort d’Antigone

Zoom sur la 1ᵉ partie de l'épreuve

Voir les réponses

Questions (20 points)


1
Quelles caractéristiques font de ce texte un texte théâtral ? (1 point)



2
Quel lien unit les deux personnages ? Vous justifierez votre réponse en vous appuyant sur le texte. (1 point)



3
a) « Oublie-la » (l. 2) - « Lâche-moi ! » (l. 4) : quel est le type de phrase utilisé et le mode verbal employé ? b) Quelle image cela donne-t-il de la situation ? c) Observez les didascalies jusqu’à la ligne 14 : en quoi les gestes de Créon et de Hémon traduisent-ils aussi cette situation ? (2,5 points)



4
Quelles sont les raisons invoquées par Créon pour ne pas sauver Antigone ? Cochez les réponses exactes. (1,5 point)













5
a) Dans le dialogue entre le chœur et Créon (l. 15-21), repérez deux expressions répétées par l’un puis par l’autre. b) Quel effet la répétition du chœur produit-elle ? c) À l’inverse, quelle image Créon donne-t-il de lui-même dans ces deux répliques ? (2,5 points)



6
a) Quel sentiment domine la dernière réplique de Hémon (l. 29-29) ? b) Pourquoi peut-on dire que cette réplique est lyrique ? Observez notamment le type de phrase, le rythme et les répétitions. (3 points)



7
a) Que signifie concrètement « le seuil » d’une maison ? b) Que symbolise « le seuil » (l. 35) que va franchir Hémon ? (2 points)



8
Créon est le roi, mais le trouvez-vous puissant ? Vous apporterez une réponse nuancée et fondée sur des citations précises du texte. (2,5 points)



9
Au cours de la scène, Créon est partagé entre deux attitudes à l’égard de son fils. Quelles sont-elles ? Appuyez-vous sur le texte et ce que vous avez repéré dans les questions précédentes pour présenter une réponse développée. (2,5 points)



10
À propos de l’image. a) Quels sont les trois personnages représentés ? Comment les avez-vous reconnus ? b) Comparez les regards de Créon et de Hémon : qu’est-ce qui caractérise chacun d’eux et quel lien faites-vous avec le texte étudié ? (1,5 point)



Méthode pour répérer le registre d'un texte

Si l’on vous demande quelle est la tonalité d’un texte (registre) ou si le texte est lyrique, tragique, comique ou épique…, vous devez connaitre ces notions et leurs caractéristiques, pour pouvoir les repérer et justifier votre réponse.

Voici quelques repères pour chacun des principaux registres :
  • comique : jeux de mots, répétitions, exagérations, comparaisons… ;
  • tragique : exagérations, antithèses, connotations négatives (la mort, la fatalité…) ;
  • pathétique : exclamations, questions rhétoriques, champs lexicaux de la souffrance, métaphores...
  • lyrique : champ lexical du sentiment, pronoms personnels de la 1ᵉ personne, exclamations, exagérations…
  • épique : champ lexical de l’action, superlatifs, répétitions, hyperboles… 

N’oubliez pas qu’un texte peut comporter plusieurs tonalités.

2ᵉ partie : rédaction et maitrise de la langue (2 h)

Voir les réponses

100% numérique

Dictée et réécriture (10 points)


1
Dictée : JEAN ANOUILH, Antigone, 1946.

Antigone est au fond de la tombe pendue aux fils de sa ceinture, des fils bleus, des fils verts, des fils rouges qui lui font comme un collier d’enfant, et Hémon, à genoux qui la tient dans ses bras et gémit, le visage enfoui dans sa robe. On bouge un bloc encore et Créon peut enfin descendre. On voit ses cheveux blancs dans l’ombre, au fond du trou. Il essaie de relever Hémon, il le supplie. Hémon ne l’entend pas, puis soudain [...] il lui crache au visage, et tire son épée. Créon a bondi hors de sa portée. [...] Hémon regarde ce vieil homme tremblant à l’autre bout de la caverne et, sans rien, dire, il se plonge l’épée dans le ventre et il s’étend contre Antigone, l’embrassant dans une immense flaque rouge.


J. Anouilh, Antigone, 1944.




2
Réécrivez le passage suivant (dernier paragraphe du texte) en remplaçant la 2ᵉ personne du singulier par la 2ᵉ personne du pluriel :

Et te voilà devant moi avec ces larmes au bord de tes yeux et ton cœur qui te fait mal […]. Quand tu te seras détourné, quand tu auras franchi ce seuil tout à l’heure, ce sera fini.


J. Anouilh, Antigone, 1944.




Voir les réponses

Travail d’écriture (20 points)

100% numérique

Vous traiterez au choix l’un des deux sujets suivants. Votre texte aura une longueur minimale de deux pages.

Sujet de réflexion
« Chacun de nous a un jour, plus ou moins triste, plus ou moins lointain, où il doit enfin accepter d’être un homme » dit Créon à son fils (dernier paragraphe). Selon vous, que signifie devenir adulte ? Vous proposerez une réponse organisée, qui s’appuiera sur au moins quatre arguments illustrés d’exemples tirés de vos lectures et de votre propre expérience (ou observés dans votre entourage).



Sujet d'invention
Eurydice, la femme de Créon, a entendu la fin de l’échange et vu Hémon quitter la salle du palais, en proie au désespoir. Restée seule avec Créon, elle lui demande d’abord la raison du comportement de son fils puis tente de le convaincre de libérer Antigone. Votre dialogue, construit comme un texte de théâtre, comprendra une partie narrative puis une partie argumentative. Vous penserez à intégrer des didascalies et un ou deux apartés.

Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.