Chapitre Méthode
Méthode - Oral


Chapitres bientôt disponibles

Chargement de l'audio en cours
Cacher

Cacher la barre d'outils

Plus

Plus


MÉTHODE
ORAL


FICHE 1

Lire un texte à voix haute




RETENIR

On ne peut bien lire un texte à voix haute que si on l’a bien compris : plus votre compréhension du texte est fine et précise, plus votre lecture mettra l’accent sur les idées importantes et transmettra les émotions que porte le texte.

La lecture à voix haute ne s’improvise pas ; elle nécessite que vous vous entraîniez et que vous appliquiez un certain nombre de conseils.

Pour une lire une scène de théâtre

Ne pas lire les didascalies, sauf dans le cas où elles seraient longues.
Tenir compte des didascalies pour respecter l’intonation souhaitée par le dramaturge.

Pour lire un texte en vers

Prendre garde aux E caducs qui se prononcent (voir Fiche p. 488), aux diérèses, aux effets rythmiques particuliers : l’enjambement, le rejet et le contre‑rejet.

Pour lire un poème isométrique :
tenir compte de la structure du mètre : faire entendre le rythme du vers et respecter, par exemple, la césure à l’hémistiche dans l’alexandrin.

Pour lire un poème hétérométrique :
tenir compte de la variété des mètres choisis ;
s’obliger à varier le rythme de la lecture plus encore que pour un texte en prose.

Pour lire un extrait de roman

S’adapter au mode de narration (1re ou 3e personne) et à la focalisation choisie (une focalisation externe demande un ton plus neutre qu’une focalisation interne).
Tenir compte de la construction des phrases et, plus particulièrement, de leur longueur.
Faire entendre les différentes voix des personnages dans les dialogues.
Faire entendre l’ironie (lorsqu’elle est présente).

Pour lire un texte argumentatif

S’adapter au contenu et varier le volume, la vitesse, l’intonation en fonction de la posture du locuteur (son ethos voir Fiche p. 532).
Adapter le ton de la voix à la/aux tonalité(s) utilisée(s).
Souligner les effets de style : anaphores, interjections, interpellation du destinataire, questions rhétoriques, etc.

Pour une lire un texte non ponctué

Trouver le rythme qui vous paraît le plus adapté à la restitution du texte.

Conseils généraux

Toujours observer le texte avant de le lire : la forme d’un texte oblige le lecteur à le lire en respectant certaines règles.
Lire suffisamment fort et soigner son articulation pour être entendu(e) et compris(e) par son auditoire.
Prendre son temps, ne pas courir au point final, mais varier sa vitesse de lecture en fonction de la longueur des propositions et/ou des phrases et de l’effet souhaité.
S’obliger à respirer en respectant la ponctuation : la virgule, le point-virgule et le point marquent respectivement une pause légère, moyenne et forte.
Observer aussi la ponctuation dite « mélodique », particulièrement les points d’interrogation, d’exclamation, de suspension, mais aussi les parenthèses, les tirets et les deux‑points, qui impliquent des intonations différentes.
Varier le volume en fonction des émotions.
Ne pas hésiter à relire un segment ou un mot sur lequel on aurait buté.
Rendre sa lecture la plus vivante et naturelle possible pour intéresser son auditoire.

S'EXERCER

Voir les réponses

1
★☆☆ S’exercer à la lecture d’un extrait de roman.

a. Lisez le texte à voix basse et repérez l’abondance de parenthèses : elles exigent que vous adoptiez des tons différents.
b. Lisez le texte à voix haute en tâchant de rendre vivante cette présentation.
Enregistreur audio

  Un jour, ça viendra, je serai peinard comme un enfant de développé (développé signifie ressortissant d’un pays développé. Un pays du Nord où il fait froid, où il y a de la neige), et tous les enfants d’Afrique avec moi. Allah l’omniprésent qui est au ciel n’est pas pressé mais il n’oublie jamais aucune de ses créatures sur Terre. Même au vautour aveugle, il accorde sa pitance journalière (sa pitance signifie sa nourriture, son attiéké). Pourquoi il m’oublierait, moi, petit Birahima, qui ai commencé à régulièrement courber mes cinq prières journalières ? Bon, pour le moment, c’est pas ça ; pour le moment, ça marche pas fort, le calvaire continue (calvaire signifie, d’après mon dictionnaire, la merde, le bordel). Mais Allah n’est pas obligé de m’accorder tout de suite l’argent à profusion, pour acheter un gbaga et marier Fanta, la plus belle femme du monde. Moi, Birahima, je suis dingue de Fanta. Faforo (cul de mon papa) !
  Après les guerres tribales du Liberia et de Sierra Leone, je croyais que c’était le comble (signifie le summum, l’apogée). Non, le bordel dans la merde au carré continue. Me voilà perdu et vagabondant dans les massacres et les charniers barbares de la Côte‑d’Ivoire. (En Côted’Ivoire, les armées loyalistes et rebelles massacrent les habitants et entassent les cadavres dans un trou. C’est ce qu’on appelle un charnier.)

Ahmadou Kourouma, Quand on refuse on dit non, 2004, Éditions du Seuil.
Voir les réponses

2
★★☆ S’exercer à la lecture d’un texte théâtral.

a. Lisez le texte à voix basse et repérez les effets d’articulation accentuée, les intonations induites par la posture de chaque personnage.
b. Lisez le texte à voix haute en « jouant » chaque personnage de manière différente.
Enregistreur audio

ADRIEN BISSAVOINE. – Mais voici le professeur qui s’en vient doucement, sans papiers, habitué qu’il est à parler de source, comme le Général de Gaulle ! On rit parce qu’il tient dans les mains un petit oiseau empaillé. Je me trompe, peut‑être, mais j’ai idée que c’est un merlechat… [...] Le professeur le pose devant lui sur la table [...] Je lui laisse la parole.
ALEXIS PATAGOS. – [...] Mesdames et Messieurs, [...] regardez bien. Je prends ma craie, je trace un lettre… Qu’est-ce que c’est ?
UNE VOIX DE FEMME. – Vous nous donnez déjà un zéro ?
ALEXIS PATAGOS. – J’ai dit une lettre, pas un chiffre.
La MÊME VOIX, dans un silence. – Hé ben, alors, c’est un O.
ALEXIS PATAGOS. – C’est un o, en effet. Et maintenant, devant cet o, je trace une autre lettre. Que lisez‑vous ?
QUATRE OU CINQ VOIX. – ZO
ALEXIS PATAGOS. – Parfait ! Z et O, ZO ! Comme zo-o, comme zo-na, comme zo-diaque. Nous avons appris ça à la maternelle, chez les sœurs. C’est très important, vous allez le voir. Mais continuons. Dans l’autre coin du tableau, je trace un A. Devant l’A, j’écris un W. Ce qui fait WA, n’est-ce pas ? WA, comme wapiti, notre grand cerf canadien. WA, comme wawaron, notre grenouille géante. [...] Nous sommes bien d’accord ?
LA SALLE QUI S'ÉCHAUFFE. – Oui ! [...]
ALEXIS PATAGOS. – Bravo ! Mais alors, je vous le demande…
ADRIEN BISSAVOINE, commentant. – Le professeur Patagos vient de saisir le merle‑chat ; il le brandit à bout de bras.
ALEXIS PATAGOS. – … Oui, je vous le demande, si WA s’écrit W-A et si ZO s’écrit bien Z-O, comment se fait-il que le nom de ce volatile s’écrive O-I-S-E-A-U… et non W-A-Z-O ?
ADRIEN BISSAVOINE. – Le professeur Patagos vient de reposer l’oiseau. Il s’assied. Il observe la salle. Je ne vous le cacherai pas : il y a de l’étonnement dans l’air.

Hervé Bazin, Plumons l’oiseau, 1967, Éditions Grasset.
Voir les réponses

3
★★☆ S’exercer à la lecture d’un poème hétérométrique.

a. Lisez à voix basse et repérez les mètres choisis, la diérèse et les effets d’enjambement.
b. Lisez le texte à voix haute en tâchant de respecter le rythme de la fable.
Enregistreur audio

   Une Grenouille vit un Bœuf
   Qui lui sembla de belle taille.
Elle qui n’était pas grosse en tout comme un œuf,
Envieuse s’étend, et s’enfle, et se travaille
 Pour égaler l’animal en grosseur,
   Disant : Regardez bien, ma sœur ;
Est-ce assez ? dites-moi ; n’y suis-je point encore ?
Nenni. M’y voici donc ? Point du tout. M’y voilà ?
Vous n’en approchez point. La chétive Pécore
   S’enfla si bien qu’elle creva.
Le monde est plein de gens qui ne sont pas plus sages :
Tout bourgeois veut bâtir comme les grands seigneurs,
 Tout petit prince a des ambassadeurs,
  Tout marquis veut avoir des pages.

Jean de La Fontaine, « La Grenouille qui veut se faire aussi grosse que le Bœuf », Fables, livre I, 1668.
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?