Texte 5


Dom Juan et Monsieur Dimanche





Texte écho
Eugène Ionesco, Notes et Contre-Notes (1966)

Eugène Ionesco, dramaturge du XXe siècle, livre ses réflexions sur le théâtre.

  Il faut aller au théâtre comme on va à un match de football, de boxe, de tennis. Le match nous donne en effet l’idée la plus exacte de ce qu’est le théâtre à l’état pur : antagonismes en présence, oppositions dynamiques, heurts sans raison de volontés contraires.

Eugène Ionesco, Notes et Contre-Notes, 1966, Éditions Gallimard.

Dom Juan et Monsieur Dimanche

Dom Juan doit de l’argent à Monsieur Dimanche, venu le lui réclamer. Il n’a aucune intention de régler sa dette mais consent à le recevoir. Face aux créanciers, il prétend avoir « le secret de les renvoyer satisfaits sans leur donner un double ».

DOM JUAN. – Parbleu ! monsieur Dimanche, vous vous portez bien.

MONSIEUR DIMANCHE. – Oui, monsieur, pour vous rendre service. Je suis venu...

DOM JUAN. – Vous avez un fonds de santé admirable, des lèvres fraîches, un teint vermeil, et des yeux vifs.

MONSIEUR DIMANCHE. – Je voudrais bien...

DOM JUAN. – Comment se porte madame Dimanche, votre épouse ?

MONSIEUR DIMANCHE. – Fort bien, monsieur, Dieu merci.

DOM JUAN. – C’est une brave femme.

MONSIEUR DIMANCHE. – Elle est votre servante, monsieur. Je venais...

DOM JUAN. – Et votre petite fille Claudine, comment se porte‑t‑elle ?

MONSIEUR DIMANCHE. – Le mieux du monde.

DOM JUAN. – La jolie petite fille que c’est ! je l’aime de tout mon cœur.

MONSIEUR DIMANCHE. – C’est trop d’honneur que vous lui faites, monsieur. Je vous...

DOM JUAN. – Et le petit Colin, fait-il toujours bien du bruit avec son tambour ?

MONSIEUR DIMANCHE. – Toujours de même, monsieur. Je...

DOM JUAN. – Et votre petit chien Brusquet, gronde-t-il toujours aussi fort, et mord-il toujours bien aux jambes les gens qui vont chez vous ?

MONSIEUR DIMANCHE. – Plus que jamais, monsieur, et nous ne saurions en chevir1.

DOM JUAN. – Ne vous étonnez pas si je m’informe des nouvelles de toute la famille ; car j’y prends beaucoup d’intérêt.

MONSIEUR DIMANCHE. – Nous vous sommes, monsieur, infiniment obligés.
Je...

DOM JUAN, lui tendant la main – Touchez donc là, monsieur Dimanche. Êtes‑vous bien de mes amis ?

MONSIEUR DIMANCHE. – Monsieur, je suis votre serviteur.

DOM JUAN. – Parbleu ! je suis à vous de tout mon cœur.

MONSIEUR DIMANCHE. – Vous m’honorez trop. Je...

DOM JUAN. – Il n’y a rien que je ne fisse pour vous.

MONSIEUR DIMANCHE. – Monsieur, vous avez trop de bonté pour moi.

DOM JUAN. – Et cela sans intérêt, je vous prie de le croire.


Molière, Dom Juan, Acte IV, scène 3, 1665.


1. Venir à bout.
Voir les réponses

L'image

1
Que signifie selon vous le geste de Monsieur Dimanche (à droite) ?


2
Quels éléments montrent que Dom Juan n’est pas inquiet et qu’il domine la situation ?
Voir les réponses

Entrer dans le texte

1
Commentez la réplique de Dom Juan, « Ne vous étonnez pas si je m’informe des nouvelles de toute la famille ; car j’y prends beaucoup d’intérêt. ».


L’enjeu de la parole

2

a. Quelle est la technique de Dom Juan pour éviter de payer Monsieur Dimanche ?


b. Dans quelle autre scène de confrontation a‑t‑il déjà utilisé ce subterfuge ?


3
GRAMMAIRE
« Il n’y a rien que je ne fisse pour vous » (l. 31).
a. Quelles formes de phrases sont utilisées ? (voir p. 458)


b. Reformulez cette phrase.


4
Texte écho
a. Ionesco compare le spectacle de théâtre à « un match ». En quoi ce jugement correspond‑il à ce dialogue ?

b. Qui gagne ce match ? Justifiez votre réponse.


Une autre facette de Dom Juan

5
Qu’apporte cette scène au portrait de Dom Juan ?


6
Dans sa mise en scène de 2002, Daniel Mesguich propose un Monsieur Dimanche habillé en costume de juif orthodoxe. À son entrée en scène, des extraits de discours d’Adolphe Hitler sont diffusés.
a. Quelle vision de Dom Juan propose‑t‑il ?


b. Que pensez‑vous de ce choix ?


Vers le commentaire

7
Comment cette scène complète-t-elle le portrait de Dom Juan ?


ORAL
Débat Trouvez‑vous cette scène comique ?
Enregistreur audio

Dom Juan, mise en scène de Jean Pierre Vincent, avec Loïc Corbery (Dom Juan) et Pierre-Louis Calixte (Monsieur Dimanche), Comédie Française, Paris, 2012.
Dom Juan, mise en scène de Jean Pierre Vincent, avec Loïc Corbery (Dom Juan) et Pierre‑Louis Calixte (Monsieur Dimanche), Comédie Française, Paris, 2012.

Éclairage

Cette scène et le personnage de Monsieur Dimanche sont des inventions de Molière. Plusieurs metteurs en scène (Jean Vilar, Patrice Chéreau, Armand Delcampe) choisissent pourtant de la supprimer parce qu’elle ne correspond pas à leur vision de Dom Juan. D’autres la maintiennent. C’est le cas de Daniel Mesguich qui fait de Monsieur Dimanche un juif, ajoutant ainsi au personnage de Dom Juan un antisémitisme qui n’existe bien évidemment pas dans la pièce de Molière.
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !