Chargement de l'audio en cours
Cacher

Cacher la barre d'outils

Plus

Plus


Texte 4


Louise Labé, « Tant que mes yeux pourront larmes épandre » (1555)





Gravure Louise Labé.
Louise Labé, « Tant que mes yeux pourront larmes épandre » (1555)

Érudite, musicienne, mais aussi escrimeuse, Louise Labé compose des poèmes d’une grande liberté de ton. Revendiquant son droit à la passion, elle en dépeint les bonheurs et les affres d’un point du vue féminin.

Tant que mes yeux pourront larmes épandre
À l’heur1 passé avec toi regretter,
Et qu’aux sanglots et soupirs résister
Pourra ma voix, et un peu faire entendre ;

Tant que ma main pourra les cordes tendre
Du mignard2 luth3, pour tes grâces chanter ;
Tant que l’esprit voudra se contenter
De ne vouloir rien fors que4 toi comprendre ;

Je ne souhaite encore point mourir.
Mais, quand mes yeux je sentirai tarir,
Ma voix cassée, et ma main impuissante,

Et mon esprit en ce mortel séjour
Ne pouvant plus montrer signe d’amante,
Prierai la mort noircir mon plus clair jour.


Louise Labé, Œuvres, sonnet XIV, 1555 (orthographe modernisée).


1. Au bonheur.
2. Charmant.
3. Instrument à cordes, symbole de la poésie lyrique.
4. Excepté.

◈ Ressource complémentaire


L’oubli, ennemi de l’amour

Dévasté par la mort de celle qu’il aime, le narrateur de La Recherche du temps perdu est confronté à l’oubli, qui affaiblit petit à petit son chagrin.

Puis la concurrence des autres formes de la vie rejeta dans l'ombre cette nouvelle douleur, et pendant ces jours-là, qui furent les premiers du printemps, j'eus même, en attendant que Saint-Loup pût voir Mme Bontemps1, à imaginer Venise et de belles femmes inconnues, quelques moments de calme agréable. Dès que je m'en aperçus, je sentis en moi une terreur panique. Ce calme que je venais de goûter, c'était la première apparition de cette grande force intermittente, qui allait lutter en moi contre la douleur, contre l'amour, et finirait par en avoir raison. Ce dont je venais d'avoir l'avant-goût et d'apprendre le présage, c'était pour un instant seulement ce qui plus tard serait chez moi un état permanent, une vie où je ne pourrais plus souffrir pour Albertine, où je ne l'aimerais plus. Et mon amour qui venait de reconnaître le seul ennemi par lequel il pût être vaincu, l'Oubli, se mit à frémir, comme un lion qui dans la cage où on l'a enfermé a aperçu tout d'un coup le serpent python qui le dévorera.


Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, tome VI, Albertine disparue, 1925.


1. Saint-Loup est un ami du narrateur, et Mme Bontemps est la tante d’Albertine, l’amour disparu du narrateur.

◈ Ressource complémentaire


Voici le texte original du sonnet (moyen français).

Tant que mes yeus pourront larmes espandre,
À l’heur passé avec toy regretter :
Et qu’aus sanglots & soupirs resister
Pourra ma voix, & un peu faire entendre :
Tant que ma main pourra les cordes tendre
Du mignart Lut, pour tes grâces chanter :
Tant que l’esprit se voudra contenter
De ne vouloir rien fors que toy comprendre :
Je ne souhaitte encore point mourir.
Mais quand mes yeus je sentiray tarir,
Ma voix cassee, & ma main impuissante,
Et mon esprit en ce mortel sejour
Ne pouvant plus montrer signe d’amante :
Priray la Mort noircir mon plus cler jour

Louise Labé, Œuvres, sonnet XIV, 1555.

Ressource complémentaire


Georges Brassens, « Il n'y a pas d'amour heureux »
Voir les réponses

Entrer dans le texte

1
Identifiez les deux parties du sonnet et donnez-leur un titre.


Exprimer la passion amoureuse

2

a. Quels sentiments se mêlent dans le premier quatrain ?

b. Quelle vision la poétesse donne-t-elle de l’amour ?


3
Analysez comment Louise Labé représente les symptômes de la passion amoureuse.


4
GRAMMAIRE

a. Relevez les indices de l’énonciation.

b. Quand disparaissent les références à la deuxième personne du singulier ?

c. Comment interprétez-vous ce choix ?

Un poème ludique et musical

5
Relevez les répétitions et oppositions dans le poème. À travers celles-ci, quel désir la poétesse exprime-t-elle ?


6

a. Relevez les jeux sonores dans le poème (rimes, assonances, allitérations…).

b. Comment traduisent-ils les émotions de la poétesse ?


7
Quelle importance Louise Labé donne-t-elle à sa voix et à son luth ?


8
D’où vient la force du dernier vers du sonnet ? Reformulez-en la signification.


Vers le commentaire

9
Le poème est-il, selon vous, une célébration de l’amour ou de la poésie amoureuse ?


ORAL
À l’oral, comparez les poèmes de Louise Labé et Pierre de Ronsard, tant du point de vue de leurs thèmes (amour, mort, carpe diem) que de leur forme et de leur style d’écriture.
Enregistreur audio
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?