OUTILS D'ANALYSE
RÉCIT


FICHE 4

La construction du récit




VÉRIFIER

Voir les réponses

2
★☆☆
Pour chacune des définitions suivantes, nommez le procédé correspondant.

1. Un moment est passé sous silence.
2. Le narrateur évoque un évènement antérieur.
3. Une longue période est résumée en quelques mots.
4. Le narrateur évoque un évènement qui aura lieu plus tard.
5. L’histoire est interrompue par le narrateur, pour mener une description par exemple.

RETENIR

L’ordre du récit

Il est rare que dans un récit les événements soient relatés dans un ordre strictement chronologique. En effet, les écrivains bouleversent plus ou moins fréquemment la chronologie pour :
l'ordre du récit

Le rythme du récit

Il est également impossible de faire concorder la durée de l’histoire avec celle du récit. Les écrivains varient ainsi le rythme de la narration selon quatre modalités.

Procédés Caractéristiques Exemples
La scène
Il y a une certaine égalité entre la durée du récit et celle de l’histoire.
→ Il hoche la tête, il plisse les paupières, les lèvres… « Non, décidément non, ça ne va pas. » Il étend le bras, il le replie…

Nathalie Sarraute, Entre la vie et la mort, 1968.
Le sommaire
Le narrateur accélère le rythme du récit par rapport au rythme de l’histoire en résumant celle-ci.
→ Pendant environ trois mois, la veuve Vauquer profi ta du coiffeur de monsieur Goriot [...].

Honoré de Balzac, Le Père Goriot, 1835.
La pause
Le narrateur cesse de raconter l’histoire pour faire une description ou des commentaires.
Cosette était maigre et blême. Elle avait près de huit ans, on lui en eût donné à peine six.
Victor Hugo, Les Misérables, 1862.
L'ellipse
Le narrateur passe sous silence une partie de l’histoire.
→ Deux jours se passèrent, elle n’avait pas remué, il la touchait de son geste machinal, rassuré de la sentir si tranquille.

Émile Zola, Germinal, 1885.


Visuellement, ces quatre procédés pourraient être représentés de la manière suivante :

Le rythme du récit

S'EXERCER

Voir les réponses

4
★★☆
Comparez le rythme des quatre extraits suivants. Justifiez vos analyses en citant les textes.

1. Elle entra chez moi le jour même ; elle se nommait Rose. Au bout d’un mois, je l’adorais.
C’était une trouvaille, une perle, un phénomène.

Guy de Maupassant, « Rose », Contes du jour et de la nuit, 1885.



2. La même nuit elle eut le bonheur de lui faire parvenir une lettre. [...]. Ce fut huit jours après qu’eut lieu le mariage de la sœur du marquis Crescenzi, où la duchesse commit une énorme imprudence dont nous rendrons compte en son lieu.

Stendhal, La Chartreuse de Parme, 1839.



3. Quelqu’un pousse la porte. Nous ouvrons les yeux. La lumière d’une lampe de poche nous aveugle. Nous demandons :
‒ Qui est là ?
Une voix d’homme répond :
‒ Pas peur. Vous pas peur.

Agota Kristof, Le Grand Cahier, 1986, Éditions du Seuil.



4. La pièce était assez grande, peu meublée et d’aspect négligé. Les fauteuils, défraîchis et vieux, s’alignaient le long des murs, selon l’ordre établi par la domestique, car on ne sentait en rien le soin élégant d’une femme qui aime le chez‑soi. Quatre pauvres tableaux, représentant une barque sur un fleuve, un navire sur la mer, un moulin dans une plaine et un bûcheron dans un bois, pendaient au milieu des quatre panneaux, au bout de cordons inégaux, et tous les quatre accrochés de travers.

Guy de Maupassant, Bel‑Ami, 1885.