Chargement de l'audio en cours
Cacher

Cacher la barre d'outils

Plus

Plus


OUTILS D'ANALYSE
RÉCIT


FICHE 3

Les discours rapportés




RETENIR

Dans un récit, les paroles des personnages peuvent être rapportées de trois manières différentes par le narrateur.

Les paroles sont reformulées par le narrateur et intégrées au récit sans subordonnée.

→ Emma éprouvait une satisfaction de vengeance. N’avait‑elle pas assez souffert !
Gustave Flaubert, Madame Bovary, 1857.


Effets recherchés
  • Rendre la narration plus expressive.
  • Parvenir à ce que la narration et les paroles (ou les pensées) des personnages ne fassent qu’un.

Le discours est indirect libre.


Les paroles sont rapportées telles qu’elles sont censées avoir été prononcées.

→ Il balbutia : « Ma femme est ici, n’est-ce-pas ? »
Guy de Maupassant, Une vie, 1883.


Effets recherchés
  • Créer un effet de réel.
  • Mettre en valeur la subjectivité du locuteur, sa manière de parler.
  • Caractériser son milieu social

→ Tiens, le v'là qui s'retourne.
R. Queneau, Le Chiendent, 1933.

Le discours est direct.


Ces trois types de paroles rapportées sont reconnaissables grâce à une combinaison de traits distinctifs.
`
Type Guillements ou tirets Verbes de paroles Marques de l'oralité Type d'énoncé Exemples
Discours direct Oui
Oui (soit avant les paroles, suivis des deux points, soit après, en incise).
Oui Ancré
→ Il balbutia : « Ma femme est ici, n’est-ce-pas ? »
Discourt indirect Non
Oui (avant les paroles).
Non Coupé
→ Je lui demandai ce qui l’amenait à Amiens, et si elle y avait quelques personnes de connaissance.
Discours indirect libre Non
Non
Oui Coupé
→ N’avait‑elle pas assez souffert !

Remarque : Transposer un type de paroles rapportées dans un autre type permet de mieux en saisir les spécificités et ainsi d’interpréter les effets qu’en tire un écrivain.

Les paroles sont reformulées par le narrateur et intégrées au récit dans une subordonnée après un verbe de parole.

→ Je lui demandai ce qui l’amenait à Amiens, et si elle y avait quelques personnes de connaissance.
Abbé Prévost, Manon Lescaut, 1731.


Effets recherchés
  • Ne pas interrompre le récit.
  • Résumer les paroles des personnages.
  • Accélérer le rythme.
  • Faire entendre la voix du narrateur.

Le discours est indirect.

OBSERVER

Voir les réponses

1
★☆☆
a. Repérez le verbe de parole dans la phrase en gras.

b. Reformulez cette phrase en faisant apparaître les paroles de Nana telles qu’elle les aurait prononcées.


c. La phrase soulignée retranscrit les paroles de Nana. À quel(s) indice(s) pouvez-vous le repérer ?

Bordenave ameuta toute la table, en racontant qu’il avait eu un instant l’idée d’amener Prullière, Fontan et le vieux Bosc. Nana était devenue digne ; elle dit sèchement qu’elle les aurait joliment reçus. Si elle avait voulu avoir ses camarades, elle se serait bien chargée de les inviter elle-même. Non, non, pas de cabotins.

Émile Zola, Nana, 1880.

S'EXERCER

Voir les réponses

6
★★★
Imaginez les dialogues que les personnages de ce tableau d'Auguste Renoir (Le Déjeuner des canotiers, 1881) pourraient avoir, en veillant à varier les formes de discours rapportés.

Renoir


Voir les réponses

3
★★☆
Repérez si les paroles sont rapportées au discours direct, indirect ou indirect libre. Justifiez votre réponse.

1. Elle me répondit ingénument qu’elle y était envoyée par ses parents pour être religieuse.

Abbé Prévost, Manon Lescaut, 1731.



2. « Messieurs, leur dit Candide avec une modestie charmante, vous me faites beaucoup d’honneur, mais je n’ai pas de quoi payer mon écot. »

Voltaire, Candide, 1759



3. Ils avaient dit que ces événements n’en étaient pas, qu’il ne pouvait s’agir de vrais événements car, enfin, en quels livres étaient‑ils écrits ?

Simone Schwarz‑Bart, Ti Jean L’horizon, 1979

Voir les réponses

 ► Vers le bac 


9
★★★

a. De quelle manière les paroles du personnage sont-elles rapportées dans l’extrait ci-dessous ? Justifiez votre réponse.

b. D’après vous, qu’est-ce que Zola cherche à mettre en avant en choisissant ce type de paroles rapportées ?

Elle raconta tout de suite son histoire pour se poser : elle était mariée maintenant, elle avait épousé au printemps un ancien ouvrier ébéniste qui sortait du service et qui sollicitait une place de sergent de ville, parce qu’une place, c’est plus sûr et plus comme il faut.

Émile Zola, L’Assommoir, 1877.
Voir les réponses

8
★★★

a. Repérez et identifiez les types de paroles rapportées.

b. Que remarquez-vous ? Quel est l’effet produit ?

Elle lui dit qu'elle ne fume pas, non merci. Elle ne dit rien d'autre, elle ne lui dit pas laissez-moi tranquille. Alors il a moins peur. Alors il lui dit qu'il croit rêver. Elle ne répond pas. Ce n'est pas la peine qu'elle réponde, que répondrait-elle. Elle attend.

Marguerite Duras, L’Amant, 1984, Éditions de Minuit.
Voir les réponses

5
★★☆
a. Comment les paroles sont‑elles rapportées dans les extraits suivants ?
b. D’après vous, à quel milieu les personnages appartiennent‑ils ? Justifiez votre réponse en vous appuyant sur leur manière de parler.


1. ‒ Hé bien ! Mère Bijou, dit la cantatrice à une vieille femme enveloppée d’étoffe dite tartan, et qui ressemblait à une portière endimanchée, nous voilà tous heureux ? votre fille a eu de la chance !
‒ Oh ! heureux… ma fille nous donne cent francs par mois, et elle va en voiture, et elle mange dans de l’argent, elle est myonnaire !... Olympe aurait bien pu me mettre hors de peine. À mon âge, travailler !... est-ce un bienfait ?
‒ Elle a tort d’être ingrate car elle vous doit sa beauté, reprit Josépha ; mais pourquoi n’est‑elle pas venue me voir ?
C’est moi qui l’ai tirée de peine en la mariant à mon oncle…
‒ Oui, madame, le père Thoul !... Mais il est ben vieux, ben cassé…

Honoré de Balzac, La Cousine Bette, 1846.



2. ‒ Qu’est-ce qu’i peuvent trafiquer ensemble ?
‒ Tiens, le v’là qui s’ retourne.
‒ C’est sa femme qu’ a dû l’appeler.
‒ Tiens, la v’là qu’accourt.
‒ Oh, dis donc, elle a l’air de chialer.
‒ Ah bien, ah bien, i doit s’ passer quéque chose de pas ordinaire.
‒ E lui tend un papier.
‒ I l’ prend.
‒ E chiale.

Raymond Queneau, Le Chiendent, 1933.

Voir les réponses

4
★★☆
a. Pour chacune des propositions soulignées, indiquez de quelle manière sont rapportées les paroles. Justifiez vos réponses.

b. Qu’apporte le discours direct ?


Mercredi 13 septembre 1989
  C’était un gros gaillard hors d’haleine, le poil jaillissant des oreilles, dans un uniforme de la douane impeccablement repassé. Il me demanda en roulant des prunelles si j’allais à Negombo. Il tenait sous le bras un espadon à l’oeil encore frais, assez lourd pour lui faire fléchir les genoux, qu’il déposa à l’arrière de la voiture sans même attendre ma réponse. Je gardais là un grand coutelas népalais qu’il se mit à tripoter avec sans-gêne.
  « Strict-ly-for-bid-den-to-have-this-kind-of-wea-pon-on-the-Island », fit-il avec cet accent du Sud où l’anglais est carrément passé à la friture. Cette entrée en matière manquait de tact et je rétorquai qu’il était également interdit de monter dans ma voiture avec un grand poisson puant qu’on n’a pas payé.

Nicolas Bouvier, Le poisson‑scorpion, 1982, Gallimard.

Voir les réponses

7
★★★

a. Dans le texte suivant, repérez et identifiez les types de paroles rapportées. Justifiez votre réponse.

b. Que permet ce choix narratif, selon vous ?

‒ Monsieur vous attend, Madame ; la soupe est servie.
Et il fallut descendre ! il fallut se mettre à table !
Elle essaya de manger. [...] Tout à coup, le souvenir de la lettre lui revint. L’avait‑elle donc perdue ? Où la retrouver ? Mais elle éprouvait une telle lassitude dans l’esprit, que jamais elle ne put inventer un prétexte à sortir de table. Puis elle était devenue lâche ; elle avait peur de Charles ; il savait tout, c’était sûr !

Gustave Flaubert, Madame Bovary, 1857.

VÉRIFIER

Voir les réponses

2
★☆☆
Dites si les énoncés suivants sont vrais ou faux et corrigez-les lorsqu’ils sont Faux

1. Au discours direct, les paroles des personnages sont rapportées telles qu’elles auraient été prononcées :
Vrai Faux


2. Au discours indirect, les paroles des personnages sont reformulées par le narrateur :
Vrai Faux


3. Au discours indirect libre, les paroles des personnages sont encadrées par des guillemets :
Vrai Faux


4. Le discours indirect libre contient des marques d’oralité :
Vrai Faux
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?