Chapitres bientôt disponibles

Chargement de l'audio en cours
Cacher

Cacher la barre d'outils

Plus

Plus


OUTILS D'ANALYSE
RÉCIT


FICHE 2

Les types de focalisation




VÉRIFIER

Voir les réponses

2
★☆☆
Quelle est la focalisation qui permet de…

1. connaître les pensées de tous les personnages d’un récit ?


2. décrire ce qu’il se passe d’un point de vue objectif ?


3. suivre l’évolution d’un personnage en même temps que celui-ci la vit ?

S'EXERCER

Voir les réponses

4
★★☆
Quelle est la focalisation adoptée dans chacun des extraits suivants ? Justifiez vos réponses en citant le texte avec précision.

1. Wallas introduit son jeton dans la fente et appuie sur un bouton. Avec un ronronnement agréable de moteur électrique, toute la colonne d’assiettes se met à descendre ; dans la case vide située à la partie inférieure apparaît, puis s’immobilise, celle dont il s’est rendu acquéreur. Il la saisit, ainsi que le couvert qui l’accompagne, et pose le tout sur une table libre.

Alain Robbe-Grillet, Les Gommes, 1953.



2. Derrière la crête du plateau, à l’ombre de la batterie masquée, l’infanterie anglaise, formée en treize carrés, deux bataillons par carré, et sur deux lignes, sept sur la première, six sur la seconde, la crosse à l’épaule, couchant en joue ce qui allait venir, calme, muette, immobile, attendait. Elle ne voyait pas les cuirassiers et les cuirassiers ne la voyaient pas.

Victor Hugo, Les Misérables, 1862.



3. Maisie ne savait pas à quoi pensaient les gens, mais elle connut bientôt le nom de toutes les soeurs, et put les réciter avec moins de fautes que la table de multiplication. Sans jamais poser de questions, elle méditait en secret sur cette effroyable pauvreté, dont sa compagne ne parlait pas non plus.

Henry James, Ce que savait Maisie, 1897, trad. de Marguerite Yourcenar, Éditions Robert Laffont, 1947.

Voir les réponses

3
★☆☆
Quelle est la focalisation adoptée dans chacun de ces extraits ? Proposez une réponse argumentée en vous aidant des indices en gras.

1. K. se dirigea vers l’escalier pour se rendre à l’instruction, puis s’immobilisa de nouveau, apercevant dans la cour trois autres cages d’escalier [...] Il s’irrita qu’on ne lui eût pas précisé où se trouvait la salle ; on le traitait là avec une singulière incurie ou avec une négligence qu’il comptait bien dénoncer à haute et intelligible voix. Il se résolut enfin à gravir cet escalier, tout en prenant plaisir à se remémorer le propos de gardien Willem [...].

Franz Kafka, Le Procès, 1925, trad. de Bernard Lortholary, Flammarion, 1983.



2. La petite au chapeau de feutre est dans la lumière limoneuse du fleuve, seule sur le pont du bac, accoudée au bastingage. Le chapeau d’homme colore de rose toute la scène. C’est la seule couleur.

Marguerite Duras, L’Amant, 1984.



3. En ce moment, la maison A. Popinot et compagnie se pavanait sur les murs et dans toutes les devantures. Incapable de mesurer la portée d’une pareille publicité, Birotteau se contenta de dire à Césarine : « Ce petit Popinot marche sur mes traces ! » sans comprendre la différence des temps, sans apprécier la puissance des nouveaux moyens d’exécution dont la rapidité, l’étendue, embrassaient beaucoup plus promptement qu’autrefois le monde commercial.

Honoré de Balzac, César Birotteau, 1837.

Voir les réponses

5
★★★
a. Quelle est la focalisation adoptée au début de cet extrait ? Justifiez votre réponse.

b. À quel moment la focalisation devient-elle interne ? Précisez alors à qui et justifiez votre réponse.


c. Sachant qu’il s’agit de l’incipit du roman, qu’apporte le passage à une focalisation interne ?

  Le 15 septembre 1840, vers six heures du matin, la Ville‑de‑Montereau, près de partir, fumait à gros tourbillons devant le quai Saint‑Bernard.
  Des gens arrivaient hors d’haleine ; des barriques, des câbles, des corbeilles de linge gênaient la circulation ; les matelots ne répondaient à personne ; on se heurtait ; les colis montaient entre les deux tambours, et le tapage s’absorbait dans le bruissement de la vapeur, qui, s’échappant par des plaques de tôle, enveloppait tout d’une nuée blanchâtre, tandis que la cloche, à l’avant, tintait sans discontinuer.
  [...] Un jeune homme de dix-huit ans, à longs cheveux et qui tenait un album sous son bras, restait auprès du gouvernail, immobile. À travers le brouillard, il contemplait des clochers, des édifices dont il ne savait pas les noms ; puis il embrassa, dans un dernier coup d’oeil, l’île Saint‑Louis, la Cité, Notre‑Dame ; et bientôt, Paris disparaissant, il poussa un grand soupir.

Gustave Flaubert, L’Éducation sentimentale, 1869.
Voir les réponses

 ► Vers le bac 


6
★★★
Lisez la « nouvelle en trois lignes » ci‑dessous, puis racontez la scène en la développant et en adoptant les trois focalisations indiquées.
1. Celui de Larrieu, qui raconte ce qu’il a vécu à la 1re personne.

2. Celui de la belle-mère de Larrieu, qui raconte ce qu’elle a vécu à la 1re personne.


3. Celui d’un voisin, témoin de la scène, qui raconte ce qu’il a vu à la 3e personne.

Explosion de gaz chez le Bordelais Larrieu ; il fut blessé ; les cheveux de sa belle‑mère flambèrent. Le plafond creva.

Félix Fénéon, Œuvres, 1948, Gallimard.

RETENIR

Les trois types de focalisations narratives

Identifier la focalisation d’un récit revient à se demander : Qui perçoit ?
Un narrateur qui en sait moins que les personnages Un narrateur qui en sait autant qu’un seul personnage à la fois Un narrateur qui en sait plus que les personnages
Le narrateur est un témoin passif qui restitue objectivement les faits, à la manière d’une caméra qui filmerait la scène sans l’expliquer. Le narrateur entend ce que les personnages disent, voit ce qu’ils font mais ne sait rien de ce qu’ils pensent.

→ Le premier homme s’arrêta net dans la clairière, et son compagnon manqua de lui tomber dessus. Il enleva son chapeau et en essuya le cuir avec l’index qu’il fit claquer pour en égoutter la sueur.

John Steinbeck, Des souris et des hommes, 1937, trad. de M.‑E. Coindreau, 1939.
Le narrateur connaît ses pensées et ses perceptions (ce qu'il voit, entend, sent, etc.), mais ne sait rien de plus.

→ Elle songeait aux antichambres nettes, capitonnées avec des tentures orientales, éclairées par de hautes torchères de bronze, et aux deux grands valets en culotte courte qui dorment dans les larges fauteuils, assoupis par la chaleur lourde du calorifère.

Guy de Maupassant, « La Parure », 1884.

Remarques :
Comme dans cet exemple, un récit en focalisation interne n’est pas nécessairement écrit à la 1re personne.
Lorsque la focalisation est interne, on précise à quel personnage.

→ Dans cet extrait de « La Parure », le point de vue est interne à Mathilde.
Extérieur à l’histoire, le narrateur détient toutes les informations : il connaît les actions, les pensées et les perceptions de tous les personnages, ainsi que le passé, le présent ou le futur. Le narrateur perçoit tout sans aucune restriction, à la manière d’un dieu.

→ Madame Vauquer, née de Conflans, est une vieille femme qui, depuis quarante ans, tient à Paris une pension bourgeoise établie rue Neuve‑Sainte Geneviève, entre le quartier latin et le faubourg Saint‑Marceau.

Honoré de Balzac, Le Père Goriot, 1835.
 
La focalisation est externe. La focalisation est interne. La focalisation est omnisciente.

Remarque : Il est rare qu’un récit soit entièrement rédigé selon une même focalisation ; la nature et le moment d’un changement de focalisation sont alors à interroger.

Auteur, narrateur et focalisation

Dans un récit, il ne faut pas confondre l’auteur avec le narrateur : l’auteur est celui qui écrit le texte ; le narrateur est celui qui raconte le récit. Par exemple, Romain Gary, écrivain français d’origine slave, est l’auteur de La Vie devant soi et Mohamed, dit « Momo », un adolescent d’origine maghrébine, en est le narrateur.

Le narrateur peut être :
  • un témoin qui n’appartient pas au récit et utilise la 3e personne.
    Le pauvre grand homme de province revint rue de la Lune (Honoré de Balzac, Illusions perdues, 1837‑1843).
  • un personnage qui appartient au récit et s’exprime à la 1re personne du singulier.
    J’écoutais et je regardais Marguerite avec admiration (Alexandre Dumas fils, La Dame aux camélias, 1848).

La focalisation narrative est l’angle de vue adopté par le narrateur qui filtre les informations données.

OBSERVER

Voir les réponses

1
★☆☆ Dans quelle phrase le narrateur…
a. semble‑t‑il faire partie de l’histoire ?
b. décrit-il la scène de manière neutre et objective ?
c. détient-il plus d’informations que les personnages ?

1. Un groupe de jeunes garçons semblant travailler tourna soudainement son regard vers les trois hommes qui entrèrent dans la salle.
2. Nous étions à l’Étude, quand le Proviseur entra, suivi d’un nouveau habillé en bourgeois et d’un garçon de classe qui portait un grand pupitre.
3. Charles Bovary entra en cinquième au collège de Rouen en 1828, sept ans avant d’être reçu officier.
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?