Texte 1


La voix des femmes




Ressource complémentaire


L'Utopie de Thomas More : L'imaginaire humaniste et la politique

Texte écho
Eugène Ionesco, Notes et contre-notes (1966)



   D’abord le théâtre a une façon propre d’utiliser la parole, c’est le dialogue, c’est la parole de combat, de conflit. Si elle n’est que discussion chez certains auteurs, c’est une grande faute de leur part. Il existe d’autres moyens de théâtraliser la parole : en la portant à son paroxysme, pour donner au théâtre sa vraie mesure, qui est dans la démesure […].

Eugène Ionesco, Notes et contre-notes, 1966, Gallimard.

Ressource complémentaire

L'Embarquement pour Cythère par Antoine Watteau


Retrouvez ici une analyse de ce tableau.
Jean-Antoine Watteau, Pèlerinage à l'île de Cythère, 1717, huile sur toile, 129 x 194 cm, musée du Louvre, Paris.

Éclairage

Marivaux reprend dans La Colonie un thème à la mode : l’île, lieu de tous les possibles. Dans la lignée de L’Utopie de Thomas More, cet endroit clos et isolé permet d’envisager une société nouvelle, avec ses propres lois. Comme dans L’Île des esclaves ou L’Île de la raison du même Marivaux, il s’agit d’expérimenter de nouveaux rapports sociaux au moyen de l’utopie, pour estomper un peu la vigueur du propos. Le roman (Robinson Crusoé, Daniel Defoe) et la peinture (Le Pèlerinage à l’île de Cythère, Jean-Antoine Watteau) ont également fait de l’insularité une source d’inspiration forte au XVIIIe siècle.

La voix des femmes

Un peuple d’un pays vaincu a été contraint de se réfugier sur une île pour y créer une nouvelle société. Les hommes s’apprêtent à élire deux représentants chargés de rédiger les lois et de proposer un nouveau modèle de gouvernement. Mais ils ont pris cette décision sans consulter les femmes qui comptent bien faire entendre leur voix.


Scène 1


ARTHÉNICE. – Nous voici chargées du plus grand intérêt que notre sexe1 ait jamais eu, et cela dans la conjecture2 du monde la plus favorable pour discuter notre droit vis-à-vis des hommes. [...]

Scène 2

[...]
ARTHÉNICE. – Eh ! dites-moi, Timagène, où allez-vous tous deux d’un air si pensif ?

TIMAGÈNE. – Au Conseil, où l’on nous appelle, et où la noblesse et tous les notables d’une part, et le peuple de l’autre, nous menacent, cet honnête homme et moi, de nous nommer pour travailler aux lois, et j’avoue que mon incapacité me fait déjà trembler.

MADAME SORBIN. – Quoi, mon mari, vous allez faire des lois ?

MONSIEUR SORBIN. – Hélas, c’est ce qui se publie, et ce qui me donne un grand souci.

MADAME SORBIN. – Pourquoi, monsieur Sorbin ? Quoique vous soyez massif et d’un naturel un peu lourd, je vous ai toujours connu un très bon gros jugement qui viendra fort bien dans cette affaire-ci ; et puis je me persuade que ces messieurs auront le bon esprit de demander des femmes pour les assister, comme de raison.

MONSIEUR SORBIN. – Ah ! tais-toi avec tes femmes, il est bien question de rire !

MADAME SORBIN. – Mais vraiment, je ne ris pas.

MONSIEUR SORBIN. – Tu deviens donc folle ?

MADAME SORBIN. – Pardi, Monsieur Sorbin, vous êtes un petit élu du peuple bien impoli ; mais par bonheur, cela se passera avec une ordonnance3, je dresserai des lois aussi, moi.

MONSIEUR SORBIN, rit. – Toi ! hé hé hé hé.

TIMAGÈNE, riant. – Hé hé hé hé…

ARTHÈNICE. – Qu’y a-t-il donc là de si plaisant ? Elle a raison, elle en fera, j’en ferai moi-même.

TIMAGÈNE. – Vous, Madame ?

MONSIEUR SORBIN, riant. – Des lois !

ARTHÈNICE. – Assurément.

MONSIEUR SORBIN, riant. – Ah bien, tant mieux, faites, amusez-vous, jouez une farce ; mais gardez-nous votre drôlerie pour une autre fois, cela est trop bouffon pour le temps qui court.


Marivaux, La Colonie, scène 2, 1750.


1. Les femmes.
2. Situation.
3. Un décret officiel.

Jean-Baptiste Lesueur, Club patriotique de femmes, 1791, gouache, musée Carnavalet, Paris.


Les femmes jouent un rôle important durant la Révolution française. Pour en savoir plus, retrouvez un dossier sur thucydide.com.
Jean-Baptiste Lesueur, Club patriotique de femmes, 1791, gouache, 36 × 53 cm, musée Carnavalet, Paris.
Voir les réponses

Entrer dans le texte