LANGUE
GRAMMAIRE


FICHE 9

Les relations au sein de la phrase complexe




VÉRIFIER

Voir les réponses

2
★☆☆
Choisissez la bonne réponse.

1. Que peut être pronom relatif et conjonction de subordination :

Vrai Faux

2. La proposition subordonnée circonstancielle peut généralement être supprimée :
Vrai Faux

3. Une proposition circonstancielle est une proposition juxtaposée :
Vrai Faux

4. Une proposition subordonnée peut ne pas être introduite par une conjonction de subordination :
Vrai Faux

RETENIR


fonctions dans la phrase complexe
Les exemples sont extraits de : Jean de La Bruyère, « De l’homme », Les Caractères, 1688

Remarque pour l’analyse littéraire : la multiplication de phrases simples, de propositions juxtaposées ou coordonnées peut accélérer le rythme ; au contraire, des phrases avec de nombreuses subordonnées peuvent ralentir le rythme.

S'EXERCER

Voir les réponses

5
★★☆ Réunissez les deux propositions en une seule phrase selon l’indication donnée entre parenthèses.

1. Tel était ce garçon. Il ne pouvait triompher du plaisir. (Propositions juxtaposées)


2. La nature l’avait fait pauvre. Le hasard l’avait fait riche. (Proposition subordonnée circonstancielle)


3. Il ne lutta ni contre son cœur, ni contre le plaisir. Le plaisir l’attirait. (Propositions coordonnées)


4. C’est de la faiblesse. Vous penserez cela. (Proposition subordonnée complétive)
Phrases tirées des Deux Maîtresses, Alfred de Musset, 1836.
Voir les réponses


 ► Vers le bac 


9
★★★
a. Délimitez les propositions et indiquez si elles sont juxtaposées, coordonnées ou subordonnées.


b. Précisez le type des propositions subordonnées.


c. Observez l’évolution du rythme. Quel lien pouvez‑vous faire entre cette progression et l’entrée dans le sommeil ?


  Longtemps, je me suis couché de bonne heure. Parfois, à peine ma bougie éteinte, mes yeux se fermaient si vite que je n’avais pas le temps de me direé : « Je m’endors. » Et, une demi‑heure après, la pensée qu’il était temps de chercher le sommeil m’éveillait ; je voulais poser le volume que je croyais avoir encore dans les mains et souffler ma lumière ; je n’avais pas cessé en dormant de faire des réflexions sur ce que je venais de lire, mais ces réflexions avaient pris un tour un peu particulier ; il me semblait que j’étais moi‑même ce dont parlait l’ouvrage : une église, un quatuor, la rivalité de François Ier et de Charles Quint.

Marcel Proust, Du côté de chez Swann, 1913.

Voir les réponses

8
★★★
a. Délimitez les différentes propositions et indiquez si elles sont juxtaposées ou subordonnées.


b. Précisez le type des subordonnées.


c. Commentez les répétitions et le rythme en montrant qu’ils illustrent la difficulté de l’adieu d’Antiochus.


Antiochus est amoureux de Bérénice, mais elle va épouser Titus.

ANTIOCHUS


Je fuis Titus, je fuis ce nom qui m’inquiète,
Ce nom qu’à tous moments votre bouche répète :
Que vous dirai‑je enfin ? Je fuis des yeux distraits,
Qui, me voyant toujours, ne me voyaient jamais.
Adieu. Je vais, le cœur trop plein de votre image,
Attendre, en vous aimant, la mort pour mon partage.
Surtout ne craignez point qu’une aveugle douleur
Remplisse l’univers du bruit de mon malheur :
Madame, le seul bruit d’une mort que j’implore
Vous fera souvenir que je vivais encore.
Adieu.

Jean Racine, Bérénice, I, 4, 1670.

Voir les réponses

4
★★☆ Identifiez les propositions subordonnées et précisez si elles sont conjonctives ou relatives.

1. Le roman que je lis est passionnant mais je ne sais plus qui en est l’auteur.


2. Je trouve qu’il évoque parfaitement ce sentiment de vide que l’on peut avoir à l’adolescence.


3. J’ignore où l’histoire se passe, mais les lieux ressemblent à la région où j’ai grandi.
Voir les réponses

7
★★☆ Remplacez les groupes nominaux COD par des propositions complétives et nommez le type de complétive utilisé.

Exemple : Il s’aperçoit de sa présence → Il s’aperçoit qu’elle est là (conjonctive).

1. Océane attend le retour de Louise.


2. Océane écoute le chant des oiseaux.


3. J’ignore sa destination.


4. Il demande l’heure d’ouverture du magasin.


5. Elle espérait sa venue le lendemain.
<