Chapitres bientôt disponibles

Chargement de l'audio en cours
Cacher

Cacher la barre d'outils

Plus

Plus


Texte 3


« Une ville blanche »





Haïfa, vue du Mont Carmel, 1950, photographie.

Haïfa, vue du Mont Carmel, 1950, photographie.

« Une ville blanche »

Randall, qui est le deuxième narrateur du roman polyphonique de Nancy Huston et le père de Sol, part vivre en Israël avec sa famille pour que sa mère Sadie y poursuive ses recherches sur la Seconde Guerre mondiale. Après avoir préparé son séjour en apprenant les rudiments de l’hébreu, il découvre Haïfa.

  Haïfa est une ville blanche et brillante entourée d’eau bleue. On a l’impression que la mer est d’un côté mais ensuite elle est de l’autre côté aussi parce que la ville est bâtie en pente raide sur un promontoire et qu’on peut voir dans tous les sens. Le soleil tape fort et la rue Hatzvi où les dames nous conduisent en haut de la colline est complètement bordée d’arbres, c’est une rue tranquille avec plein d’oiseaux qui chantent. Je ne m’attendais pas à ça, même si je ne sais pas à quoi
je m’attendais ; le soleil filtre à travers les branches des arbres par éclairs, comme le sens à travers la langue. Tout ça miroite, la langue hébraïque et la rue Hatzvi ; en fait c’est très beau ici. Les deux dames nous aident à monter les valises dans notre maison où tout est calme et propre, le moins qu’on puisse dire c’est que ça ne ressemble pas à la 54e Rue est1. Un mauvais point : pas de télé.
  P’pa commence tout de suite la chose la plus importante pour lui, à savoir les courses : il m’amène avec lui dans un supermarché où les allées sont très étroites. En arrivant à la caisse on voit des caddies qui font la queue tout seuls, les gens mettent leur caddie là et vont faire leurs courses très vite, pour ne pas perdre leur place dans la queue. Je trouve ça surprenant mais p’pa dit qu’on aura probablement bien d’autres occasions d’être surpris en vivant ici.
  Presque tous les habitants de Haïfa sont juifs à part quelques Arabes, sauf que d’après p’pa on ne doit pas dire Arabes parce que les Arabes peuvent être n’importe quoi, chrétiens ou juifs ou musulmans, mais m’man dit que ça ne les empêche pas d’être arabes. Il n’y a pas de Noirs du tout.
  [...] Ensuite, avant la chaleur de la mi-journée, on sort se balader dans le quartier [...]. Assis sur un banc dans le parc rue Panorama, on voit toute la ville étalée à nos pieds avec la mer Méditerranée qui l’entoure. « Regarde, me dit p’pa. Là, droit devant nous... Tu vois ce petit bout de terre tout blanc qui dépasse là-bas, à gauche ? Ça, c’est le Liban. Une guerre y fait rage en ce moment2. Reagan et Begin3 ont envoyé des troupes pour se joindre à la mêlée. Ça s’appelle des forces de maintien de la paix, parce qu’il faut garder son sens de l’humour. »
  On reste un long moment sur le banc, à contempler la mer et les bateaux dans le port et les collines vertes qui ondulent au loin, tout a l’air tellement calme qu’on a du mal à croire à cette histoire de guerre.


Nancy Huston, Lignes de faille, chapitre II, 2006, © Actes Sud.


1. Rue de New-York, ville dont Randall est originaire.
2. De 1975 à 1990, le Liban est en guerre civile.
3. Président américain et Premier ministre israélien.

Image interactive

Lignes de Faille Randall
1
2
3
4

Texte écho
Mahmoud Darwich, Une mémoire pour l’oubli (1994)

Le poète Mahmoud Darwich donne dans l’extrait suivant une vision tout aussi singulière d’Haïfa, en expliquant pourquoi il l’associe à la colombe.

Parce que le mont Carmel, qui naît de cet élan de la mer vers le ciel et glissement du ciel vers les flots, dessine cette merveille, je veux dire cette nuque tendue en un âpre baiser de pierre et de végétation, je veux dire Haïfa, que l’on aborde par ce promontoire de désir, ce bec coloré, témoignage d’une vague impétueuse pétrifiée pour l’éternité. Ainsi donc Haïfa ressemble à une colombe, et toutes les colombes ressemblent à Haïfa.

Mahmoud Darwich, Une mémoire pour l’oubli, 1994, Éditions Actes Sud.

Éclairage

Haïfa est une ville située au nord d’Israël, au bord de la mer Méditerranée. Elle abrite notamment une importante université où travaille Sadie. Les couleurs blanche et dorée évoquées par Randall rappellent notamment le mausolée du Báb. Haïfa abrite une importante communauté juive ainsi qu’une communauté arabe, et Lignes de faille reflète les tensions liées à leur cohabitation.
Voir les réponses

Entrer dans le texte

1
Quelles sont les différentes étapes de la description ?


L’art de la description

2
La description est-elle méliorative ou péjorative ? Justifiez votre réponse.


3

a. Quels sens sont convoqués dans ce texte ?

b. Dans le passage suivant : « le soleil […] Hatzvi » (► l. 7-9), analysez les figures de style.


4
GRAMMAIRE
(► l. 29-30)
a. Relevez les compléments circonstanciels et précisez leur fonction (voir Fiche p. 462)

b. Remplacez-les par des adverbes (voir Fiche p. 480)


5
Texte écho
a. Comparez l’évocation d’Haïfa par Randall à celle de Mahmoud Darwich.

b. En quoi le symbole de la colombe semble-t-il paradoxal pour décrire cette ville ?


La langue de l’enfant et les paroles du père

6
Le vocabulaire employé est-il recherché  ? Justifiez votre réponse.


7

a. Qu’apportent les paroles rapportées (voir Fiche p. 514) du père du narrateur ?

b. Quelle fonction ajoutent-elles à la description (voir Fiche p. 520)  ?


Vers le commentaire

8
Quelles sont les différentes fonctions de cette description ?


ORAL
Imagination
À la manière de Randall, décrivez une ville à travers le regard d’un enfant puis lisez votre texte de manière expressive (voir Fiches p. 566 et 575).
Enregistreur audio
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?