Couverture

Histoire-Géographie 1re

Feuilleter la version papier





























Chargement de l'audio en cours
Cacher

Cacher la barre d'outils

Plus

Plus


COURS 1


Les conquêtes coloniales (1870‑1914)





1
Carte murale destinée aux écoles de la métropole (1911)

domaine colonial, Carte murale destinée aux écoles de la métropole



2
Un débat sur la colonisation

Les races supérieures ont sur les races inférieures un droit qu’elles exercent et ce droit, par une transformation particulière, est en même temps un devoir de civilisation. Voilà, en propres termes, la thèse de M. Ferry et l’on voit le gouvernement français exerçant son droit sur les races inférieures en allant guerroyer contre elles et les convertissant de force aux bienfaits de la civilisation. Races supérieures ! Races inférieures ! C’est bientôt dit. […] Je ne veux pas juger au fond la thèse qui a été apportée ici et qui n’est autre chose que la proclamation de la primauté de la force sur le droit.


Georges Clemenceau, discours devant la Chambre des députés, 30 juillet 1885.

Carte interactive
Télécharger la carte en pdf ici.

3
L’Afrique partagée entre les grandes puissances européennes (1914)

Fond de carte
Fond de carte
Autres colonies et protectorats européennes
Colonies et protectorats Britanniques
Colonies et protectorats Britanniques (texte)
Colonies et protectorats Français
Colonies et protectorats Français (texte)
États indépendants
Expédition Kitchener
Expédition Marchand
Fachoda
La Colonne Voulet-Chanoine

Repères

Pierre Savorgnan de Brazza

Pierre Savorgnan de Brazza (1852‑1905)

Militaire et explorateur français d’origine italienne, il effectue la reconnaissance puis la conquête pacifique du Congo entre 1875 et 1882. Il est ensuite nommé commissaire général du Congo en 1885. Opposé au régime de la concession, il dénonce la dégradation des conditions de vie des colonisés.

1
L’expansion coloniale française outre‑mer

Le prolongement d’un premier empire moderne. En 1870, la République hérite d’un empire colonial constitué en plusieurs étapes : sous l’Ancien Régime (îles Caraïbes, île de la Réunion, comptoirs en Inde), sous la monarchie de Juillet (prise d’Alger en 1830) et enfin sous le second Empire (implantation en Indochine).

Des politiques coloniales hésitantes. Sur le terrain, des explorateurs prennent des initiatives que la métropole valide dans un second temps. Les militaires conduisent la colonisation. Certains, partisans de la méthode pacifique, négocient avec les élites locales : Brazza au Congo, Pavie au Laos. D’autres sèment la terreur. Le général Gallieni met en place la méthode « de la tache d’huile » au Tonkin puis à Madagascar.

L’empire français. L’expansion coloniale est rapide, surtout en Afrique (création de l’AOF et de l’AEF) et en Asie : en 1914, la France est à la tête du second empire colonial européen, par la superficie et le nombre d’habitants (doc. 1).

Décentrement

1898, la naissance de l’empire américain
La fin de l’expansion vers l’ouest, le besoin de débouchés pour leur industrie et le sentiment d’avoir une mission universelle (« destinée manifeste ») poussent les États‑Unis à développer une politique maritime impérialiste.

1898, la naissance de l’empire américain

En 1898, ils entrent en guerre contre l’Espagne à propos de Cuba au prétexte de l’explosion accidentelle d’un de leurs cuirassés, stationné au large de La Havane. Défaite, l’Espagne cède l’île de Porto‑Rico, les Philippines et l’île de Guam aux États‑Unis, reconnaît l’indépendance de Cuba et se retire du continent américain (traité de Paris, décembre 1898).

Vocabulaire

AEF : Afrique équatoriale française.

AOF : Afrique occidentale française.

Indochine : terme désignant la grande péninsule au sud‑est du continent asiatique.

Méthode de la tache d’huile : conquête et sécurisation des territoires coloniaux par petites touches et s’appuyant sur les divisions des autochtones.

Mission civilisatrice : idée selon laquelle certains pays, qui se considèrent comme plus développés, doivent apporter la civilisation aux autres.

Parti colonial : groupe d’influence visant à promouvoir le colonialisme.


L’expansion coloniale s’impose à la République comme un moyen d’affirmer la puissance nationale. Il faut désormais trouver des façons de gérer cet empire.

Voir le cours 2

3
Rivalités impériales et partage du monde

Le partage de l’Afrique. L’Afrique, encore mal connue, attire les convoitises des puissances européennes. Lors de la conférence de Berlin (1885), ces puissances définissent les règles de partage du continent africain, presque entièrement colonisé en 1914 (doc. 3).

Une conquête violente. Les pays européens affrontent, en Afrique comme en Asie, des royaumes puissants, souvent engagés dans des dynamiques de modernisation. La conquête se fait par la force et entraîne des massacres ainsi que des déplacements forcés de populations, par exemple au Dahomey (1890‑1894) ou à Madagascar (1883‑1895).

Des rivalités entre pays européens. Les rivalités coloniales attisent les antagonismes européens. La France s’oppose à l’Italie pour la domination de la Tunisie, au Royaume‑Uni pour celle du Soudan (Fachoda en 1898), puis à l’Allemagne pour celle du Maroc (crise de Tanger en 1905 puis d’Agadir en 1911).

Comment la République a‑t‑elle constitué entre 1870 et 1914 le second empire colonial européen ?


2
Le choix républicain d’une politique coloniale

Le renouveau de l’expansion coloniale. Après la défaite de 1870, les républicains entendent redonner un motif de fierté nationale et un surcroît de puissance à la France. Dans les années 1870‑1880, la question coloniale divise cependant les républicains : Georges Clemenceau s’oppose par exemple à Jules Ferry en 1885 (doc. 2).

L’invention d’une idéologie coloniale. Jules Ferry pose les principes de la politique coloniale française, qui mêlent des nécessités économiques et stratégiques et l’idée d’une mission civilisatrice de la métropole vis‑à‑vis des peuples indigènes.

La popularisation de l’idée coloniale. Les sociétés savantes de géographie puis le parti colonial (fondé en 1892), constituent des groupes de pression efficaces. Des ouvrages à succès popularisent les thèses colonialistes auprès des élites. L’école, surtout, devient un lieu privilégié de diffusion de l’idée coloniale auprès du plus grand nombre (doc. 1).
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?