Chargement de l'audio en cours
Cacher

Cacher la barre d'outils

Plus

Plus


COURS 2


France rurale, France urbaine (1840‑1870)





Quels visages la France présente‑t‑elle au milieu du XIXe siècle ?


1
Une France majoritairement rurale et agricole

Une grande diversité régionale. La nature et les modalités de production de l’agriculture française sont très diverses : polyculture traditionnelle dans les régions de l’ouest, culture céréalière (plaines du Bassin parisien) ou encore culture du vignoble (Bordeaux, Bourgogne, Champagne). Dans les années 1840‑1870, la peintre Rosa Bonheur représente un monde des campagnes dominé par la petite exploitation familiale et qui continue largement à utiliser les pratiques traditionnelles (doc. 1).

Une population majoritairement rurale. Sous le Second Empire, les agriculteurs représentent encore une part majeure de la population active (doc. 2). Les espaces ruraux occupent la majorité du territoire national, peuplé de nombreux villages et petites villes. Cet espace fait l’objet d’une politique impériale de modernisation (amélioration des réseaux de transport, notamment des canaux, des chemins de fer et des chemins vicinaux) et d’encadrement (présence accrue de la gendarmerie dans les campagnes pour assurer la sécurité des routes).

Évolutions agricoles. La prospérité, assez inégale, profite notamment aux fermiers des pays de bocage dans l’Ouest (Bretagne, Normandie, Poitou). Cette prospérité est due à des perfectionnements techniques de l’agriculture : outre la généralisation des assolements, on assiste au développement des machines à battre et à la mise au point des premières moissonneuses. En revanche, les engrais chimiques sont encore au stade expérimental. Dans l’ensemble, la modernisation technique reste très faible.

2
Croissance et transformations des villes

L’exode rural. L’exode rural est un phénomène qui évolue progressivement sous le Second Empire. Les déplacements se font souvent dans un court rayon, pour effectuer des travaux donnant un complément de revenus (chantiers de voie ferrée). Cependant, les grands travaux opérés dans la capitale et dans d’autres grandes villes (Marseille, Lyon) nécessitent le recours à une main‑d’œuvre nombreuse, qui se fixe progressivement. Surtout, l’industrialisation offre de nouvelles possibilités. Dans l’ensemble, le volume annuel moyen des départs augmente (130 000 par an entre 1851 et 1872).

La croissance urbaine. L’exode rural nourrit une croissance urbaine qui varie selon les situations. Elle profite d’abord à la capitale, aux villes industrielles (Saint‑Étienne, Roubaix‑Tourcoing), aux villes aux fonctions commerciales (Marseille) ou administratives (les préfectures), car celles-ci concentrent activités et emplois.

Les transformations urbaines. La croissance démographique des villes engendre une extension et une transformation du bâti : implantation d’usines, construction de halles et de magasins. Les nouveaux venus en ville s’appuient sur des réseaux de solidarités locales et viennent s’installer dans les mêmes quartiers que leurs devanciers. La croissance urbaine pose aussi des questions en matière d’approvisionnement alimentaire : les villes sont reliées au chemin de fer (gares) tandis que des lieux spécifiques sont aménagés pour l’approvisionnement, à l’image des Halles centrales de Paris (doc. 3).


La France reste majoritairement rurale, mais les villes croissent et se transforment. Dans ce contexte, l’État prend en charge l’aménagement du territoire.

Voir le cours 3

Repères

Rosa Bonheur

Rosa Bonheur
(1822-1899)

Après une formation de couturière, Marie‑Rosalie Bonheur, dite Rosa Bonheur, s’oriente très tôt vers la peinture. Spécialisée dans la peinture d’animaux et de scènes de genre, elle accède à une carrière internationale suite au grand succès que rencontre le Marché aux chevaux (1853). Directrice de l’École impériale de dessin pour les demoiselles, elle devient en 1865 la première femme artiste à être faite chevalier de la Légion d’honneur.

Vocabulaire

Assolement : rotation des cultures afin de ne pas épuiser la terre.

Chemins vicinaux : petits chemins qui relient des villages entre eux et facilitent les déplacements.

Croissance urbaine : désigne l’augmentation de la population urbaine due à l’accroissement naturel et au solde migratoire positif, ainsi que l’extension spatiale de la ville qui en résulte.

Exode rural : départ des travailleurs et des habitants des campagnes vers les villes.

Polyculture : pratique agricole qui consiste à cultiver plusieurs espèces végétales sur une même propriété ou dans une même région.



1
Le maintien d’anciennes pratiques agricoles : le labourage dans le Nivernais

Rosa Bonheur, Labourage nivernais, 1849, huile
sur toile, 134 x 260 cm, musée d’Orsay, Paris.

Rosa Bonheur, Labourage nivernais, 1849, huile sur toile, 134 x 260 cm, musée d’Orsay, Paris.

2
Part de la population agricole en France (1801‑1872)

Part de la population agricole en France (1801-1872)

3
L’utilisation de l’énergie hydraulique

Félix Benoist, Vue des Halles de Paris, v. 1870, lithographie en couleur,
24,8 x 36,8 cm, BnF, Paris.
Félix Benoist, Vue des Halles de Paris, v. 1870, lithographie en couleur, 24,8 x 36,8 cm, BnF, Paris.

Décentrement

Au Japon, l’ère Meiji (« gouvernement éclairé ») commence en 1868. L’empereur Mutsuhito décide de moderniser le pays, pour mieux répondre aux pressions externes, notamment américaines. Cette politique d’ouverture met fin à 250 ans de fermeture politique et commerciale : elle suscite des résistances, comme les révoltes de samouraïs.

Au Japon, l’ère Meiji
(« gouvernement éclairé »)

Elle se traduit par des réformes sur tous les plans : politique, économique mais aussi social et culturel. Parmi les objectifs principaux figurent la diffusion de l’éducation à l’ensemble de la population, la fondation d’industries modernes (en important des technologies étrangères) et d’infrastructures de transport et de communication performantes.
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?