ÉTUDE 1



Penser le temps





1
Le temps des Grecs : le mythe de l’âge d’or

Quand les hommes et les dieux furent nés ensemble, d’abord les célestes habitants de l’Olympe créèrent l’âge d’or pour les mortels doués de parole. […] Les mortels vivaient comme les dieux, ils étaient libres d’inquiétudes, de travaux et de souffrances, la cruelle vieillesse ne les affligeait point […]. Tous les biens naissaient autour d’eux. La terre fertile produisait d’elle‑même d’abondants trésors, libres et paisibles, ils partageaient leurs richesses avec une foule de vertueux amis. […]

[Suivent l’âge d’argent, l’âge d’airain, l’âge des Héros, et enfin l’âge de fer.] Plût aux dieux que je n’aie pas vécu au milieu du cinquième âge ! Que ne suis‑je mort avant ! C’est l’âge de fer qui règne maintenant. Les hommes ne cesseront ni de travailler ni de souffrir pendant le jour ni de se corrompre pendant la nuit, les dieux leur enverront de terribles calamités.


Hésiode, Les Travaux et les Jours, VIIIe siècle av. J.‑C.

Le temps se pense aujourd’hui en Occident de manière linéaire : il peut être représenté par une frise. Ce temps reste marqué par l’héritage romain, qui nous a donné le nom des mois, et par l’héritage chrétien, puisque tout se date par rapport à la naissance du Christ. Mais de nombreuses autres manières de penser le temps existent. Le temps peut être cyclique, figuré sous forme de cercles, plutôt que linéaire. Il peut être religieux ou non, en fonction des croyances des hommes et des femmes qui le découpent. Il peut enfin être pensé comme un élément positif, amenant le progrès, ou comme une malédiction, éloignant les hommes des dieux.

4
Au Moyen Âge, un rapport ambigu au temps

Nous sommes comme des nains assis sur des épaules de géants. Si nous voyons plus de choses et plus lointaines qu’eux, ce n’est pas à cause de la perspicacité de notre vue, ni de notre grandeur, c’est parce que nous sommes élevés par eux.


Bernard de Chartres cité par Jean de Salisbury, XIIe siècle.

6
Au XXIe siècle, une crise du progrès ?

Mon espèce s’égare, l’esprit qui surchauffe
Les gens se détestent, la guerre des égos
XXIe siècle, cynisme et mépris
Non-respect de la terre, folie plein les tripes
Frontières, barricades, émeutes et matraques
Cris et bains de sang, bombes qui éclatent, […]
L’homme, l’animal le plus prédateur
Le système pue la mort, assassin de la vie
A tué la mémoire pour mieux tuer l’avenir […]
N’oublie pas ton histoire n’oublie pas ta mission
Dernière génération à pouvoir tout changer
La vie est avec nous n’aie pas peur du danger


Keny Arkana, Cinquième soleil, 2008.

5
Au XIXe siècle, un temps rapide

Nous vivons dans un temps rapide, nous vivons dans le courant d’événements et d’idées le plus impétueux1 qui ait encore entraîné les peuples […]. Grâce aux navires à vapeur, on traverse aujourd’hui l’Océan plus aisément qu’on ne traversait autrefois la Méditerranée ! Encore quelques années, et le fil électrique de la concorde entourera le globe et étreindra le monde. […] C’est une prodigieuse et admirable époque après tout, et le dix-neuvième siècle sera, disons-le hautement, la plus grande page de l’histoire. Tous les progrès s’y révèlent et s’y manifestent à la fois, les uns amenant les autres […]. Oui, je le dis en terminant, l’ère des révolutions se ferme, l’ère des améliorations commence.


Victor Hugo, Journal de la Société pour la morale chrétienne, n°1, 1849.

1. Impétueux : rapide et violent.

3
Au Moyen Âge, admirer les hommes du passé

Enluminure, Encyclopédie
Enluminure, Encyclopédie, 1410, librairie du Congrès, Washington.

Lucas Cranach l’Ancien, L’Âge d’or
Lucas Cranach l’Ancien, L’Âge d’or, 1530, technique mixte sur bois, 73 x 105  cm, Alte Pinakotek, Munich.

2
Le temps des Aztèques : un calendrier cyclique


Pierre calendaire aztèque

À l’image de la roue, le temps cyclique prévoit un retour à l’identique chaque fois qu’un cycle est accompli. Les actions humaines peuvent y jouer un rôle, mais y sont soumises à un ordre cosmique supérieur. Tout déclin ou progrès n’y est donc que temporaire. Cette conception n’est pas propre au monde aztèque ; on la retrouve en Inde, en Chine, etc.
Pierre calendaire aztèque, probablement un autel de sacrifice, 1479, musée national d’Anthropologie, Mexico.

Quelles sont les différentes façons de penser le temps et l'histoire ?

Questions

Voir les réponses

Analyser des documents

1. Présentez les documents en les datant à partir de la frise chronologique de la page précédente. (Doc. 1 à 6)
2. Repérez quels documents proposent une vision du temps descendante (vers un futur négatif) et quels documents proposent une vision du temps ascendante (vers un futur positif). (Doc. 1 à 6)

3. Définissez la notion de progrès. (Doc. 5 et 6)

4. Comparez le point de vue des hommes et des femmes du Moyen Âge, du XIXe siècle et d’aujourd’hui. (Doc. 4, 5 et 6)


Construire des hypothèses

5.
ORAL
À partir des différentes visions du temps présentées ici, réfléchissez à la manière dont nous pensons aujourd’hui notre propre rapport au temps. S’inscrit‑on dans un des schémas présentés, ou au contraire dans un schéma différent ? Justifiez votre opinion par des exemples précis (œuvre d’art, culture populaire).
Enregistreur audio
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Se connecter

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?