COURS 3


3
Aménager et accompagner les territoires productifs dans la mondialisation



Chiffres-clés

20 000

emplois créés dans le premier technopôle de France, à Sophia‑Antipolis, près de Nice

71

pôles de compétitivité

6

pôles de compétitivité déclarés « pôles mondiaux »

Quels acteurs accompagnent les mutations des systèmes productifs à toutes les échelles ?

Vocabulaire

  • Collectivités territoriales : acteurs à qui l’État a transféré des compétences ; ce sont les communes, départements et régions.
  • Fonds structurels : aides économiques accordées par l’Union européenne en faveur d’espaces en difficulté.
  • Pôle de compétitivité : association d’entreprises, de centres de recherche et d’établissements de formation, encouragés par l’État.
  • Région ultrapériphérique (RUP) : territoire marqué par son éloignement du continent européen et des difficultés économiques.

B
Accompagner des systèmes productifs en difficulté

La crise des bassins mono‑industriels. Les systèmes productifs les plus touchés par les effets de la concurrence liée à la mondialisation ont bénéficié d’aides pour faire face à la crise induite localement : ce sont les anciens bassins sidérurgiques, métallurgiques et miniers (Doc. 1), certains ports ou encore des bassins d’emploi très mono‑industriels (textile, automobile, chantier naval).

Des aides européennes et françaises pour changer d’image. Les aides à la reconversion viennent de l’État et de l’Union européenne, notamment grâce aux fonds structurels de l’UE. Elles concernent parfois directement les systèmes productifs d’outre-mer avec la politique des régions ultra périphériques de l’UE (Doc. 2). Les projets de reconversion sont variés et cherchent souvent à changer l’image du lieu : piste de ski intérieure sur un ancien terril (Amnéville, en Moselle), parc de loisirs dans une ancienne mine de charbon (Carmaux, dans le Tarn), etc.

Des aides parfois insuffisantes. Souvent, les projets associent partenaires publics et privés mais la reconversion n’est pas toujours un succès. Les anciennes villes de garnison et villes dépendant d’emplois publics ont souffert depuis la fin des années 2000 des réformes des cartes militaire, hospitalière, judiciaire ou préfectorale, et l’accompagnement de l’État reste limité. Quelques districts industriels (coutellerie de Thiers, dans le Massif central) sont sinistrés.


A
Renforcer la compétitivité des territoires

Des acteurs à toutes les échelles pour résister à la concurrence mondiale. L’Union européenne a inscrit depuis 2000 « l’économie de la connaissance » comme stratégie d’insertion de ses territoires dans la mondialisation. En France, l’État, les collectivités territoriales et les acteurs privés confortent des territoires productifs bénéficiant de financements pour leur création, leur maintien ou leur développement.

D’une logique de rééquilibrage à une logique de pôles. La logique de pôles (renforcement des territoires les plus puissants) tend à remplacer celle d’équilibre territorial qui prévalait en 1963 à la création de la DATAR. Aujourd’hui, le technopôle le plus important est celui de Paris Sud autour du plateau de Saclay, dans le Sud‑Ouest francilien. Les pôles de compétitivité mis en place par l’État en 2004 accompagnent le développement des aires métropolitaines par l’identification de sites jouant sur la mise en réseau.

Les districts marshalliens sont accompagnés pour soutenir le dynamisme d’espaces ruraux et de villes petites et moyennes autour d’activités variées comme le travail du textile, du cuir, de l’ameublement (dans le Choletais, entre Maine‑et‑Loire et Vendée), ou l’usinage de petites pièces métalliques nommé « décolletage » (dans la vallée de l’Arve, en Haute‑Savoie).

1
Un exemple de reconversion industrielle : le musée du Louvre‑Lens

vue

Le musée du Louvre‑Lens a été inauguré en 2012, en plein coeur du bassin minier de Hauts‑de‑France. La Région et l’État ont financé cette annexe du Louvre parisien, bâtie sur d’anciennes mines. C’est un symbole de la reconversion du bassin minier et de la décentralisation.

2
Des acteurs nombreux

affiche

Acteur du changement

Le système productif de Michelin, Clermont‑Ferrand et les espaces publics


« Depuis deux décennies, la firme a engagé une forte recomposition de son emprise spatiale à Clermont‑Ferrand. En effet, Michelin a aujourd’hui besoin d’une surface bien moins importante pour ses ateliers de production. […] L’abandon du système paternaliste a libéré de nombreux espaces retombés dans le domaine public. […] Michelin profite aussi de l’apparition d’un certain nombre d’équipements dans l’agglomération, comme le Polydome [qui] est un centre de congrès installé dans une ancienne coopérative d’approvisionnement Michelin. Il s’agit aujourd’hui d’un équipement public culturel attractif. Cela fait partie  ».


D'après « Les ressources territoriales de l’entreprise. Géo‑histoire de l’ancrage Michelin à Clermont‑Ferrand », Les cafés Géo, 2016

La diminution du poids de l’industrie n’est pas toujours synonyme de déclin mais plutôt de recomposition.
Magali Reghezza, géographe, 2013
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Se connecter

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?