COURS 2


2
Une nouvelle géographie des systèmes productifs français




L’idée de technopole cristallise un véritable état d’esprit, la synergie et les collaborations.
Charles Ambrosino, Rachel Linossier et Magali Talandier, géographes, 2016

C
L’ancrage local : un atout pour le maintien des systèmes productifs

Des délocalisations à relativiser. Les recompositions multiples pourraient faire penser que la mondialisation « détruit » les emplois. Cette idée est à nuancer : les délocalisations représentent moins de 5 % de la destruction des emplois industriels entre 2009 et 2011.

La résistance des systèmes productifs locaux. L’industrie de PME en milieu rural (pièces en métal de la vallée de l’Arve, plasturgie à Oyonnax, dans l’Ain) résiste, malgré sa dépendance parfois aux grandes entreprises. Le savoir‑faire local hérité reste un atout.

Une valorisation du local : le made in France et les labels. L’essor des labels de qualité en France métropolitaine (AOC Champagne, IGP Jambon de Bayonne) et dans les DROM (AOC Rhum agricole de Martinique) est promu par l’UE. Le « made in France » est aussi de plus en plus une priorité des consommateurs et du pouvoir politique, bénéficiant notamment à l’industrie (Doc. 2).

2
Le succès du Made in France

affiche stylo bic

Parole d'acteur

Interview de Michel de Rovira, cofondateur de Michel et Augustin


Vous avez fait le choix de ne pas posséder d’usines. Est-ce définitif ? Comment travaillez‑vous avec vos sous‑traitants ?

Nous avons tissé de véritables relations de partenariats avec eux. Nous travaillons avec une dizaine d’industriels que nous souhaitons garder secrets. Ils possèdent une quinzaine d’usines. La majorité est en France, à trois exceptions près, pour certains savoir‑faire, au Portugal, aux Pays‑Bas et en Espagne. 90 % de nos produits sont fabriqués en France. Nous les sélectionnons en fonction de leur savoir‑faire et de la qualité des ingrédients qu’ils utilisent.

Quels sont vos objectifs pour les années à venir ?

10 % de notre activité est à l’export, principalement sur la Belgique et la Suisse. Notre objectif est d’atteindre 100 millions d’euros d’ici trois à quatre ans, dont 25 % à l’export, grâce aux États‑Unis, où nous avons une antenne depuis le début d’année, et à plusieurs grandes villes asiatiques et du Moyen‑Orient. Parmi la centaine de références que nous avons, nous avons choisi une vingtaine de produits pour coller aux goûts des Américains. Nous avons simplement adapté le pack et le logo avec un petit drapeau bleu blanc rouge. Il y a une vraie demande pour la gastronomie française à l’export.

D’après L’Usine nouvelle, 2015

Quels sont les nouveaux facteurs de localisation des systèmes productifs français ?


A
Le maintien des espaces productifs selon des logiques anciennes

Le maintien d’une ligne Le Havre‑Marseille ? L’étude des systèmes productifs à l’échelle nationale montre une France davantage industrielle au Nord et à l’Est (au Nord d’une ligne Marseille‑Le Havre), tandis que l’Ouest est plus agricole ; historiquement, l’industrie se localisait près des ressources, notamment minières. Si les systèmes productifs tertiaires sont présents sur l’ensemble du territoire, leur présence est encore plus marquée au Sud et en Île‑de‑France.

Certaines usines se localisent encore à proximité des ressources. Ainsi, l’usine McCain à Matougues, près de Châlons‑en‑Champagne, plus grosse usine de frites d’Europe, se situe près des champs de pommes de terre du Nord de la France et de la Belgique. Les pommes de terres étant peu coûteuses mais lourdes, le coût de transport influence fortement la compétitivité.

B
Des logiques de localisation qui favorisent les métropoles

Un renforcement du poids des métropoles. L’industrie se localise désormais près de la main‑d’œuvre qualifiée, renforçant le poids des métropoles. Ces dernières offrent toute une gamme de services rares et favorisent les économies d’agglomération.

Le poids de l’Île‑de‑France. À l’échelle des régions françaises, l’Île‑de‑France est le premier système productif français. Cet espace concentre technopôles, pôles de compétitivité et centres de recherche de rang mondial.

Des systèmes productifs métropolitains secondaires apparaissent. Lyon, dans la région Auvergne‑Rhône‑Alpes, 2e région industrielle française, est connectée à Grenoble qui dispose depuis 2005 d’une « Innovallée » et se positionne comme une « Silicon Valley » à la française (Doc. 1), même si cet espace peine à exister à l’échelle européenne ou mondiale. Le système productif de Toulouse bénéficie lui aussi d’un rayonnement important en raison des activités aéronautiques et aérospatiales mises en réseau à l’échelle européene. On peut parler de Toulouse comme d’une technopole urbaine.

Chiffres-clés

5 %

part des délocalisations dans les destructions d’emplois dans l’industrie en France

30 %

part de la richesse produite par l’Île‑de‑France


1
Grenoble et l’innovation technologique : l’exemple de Minatec

Campus Minatec à Grenoble

Minatec est un campus d’innovation en micro‑nanotechnologies situé à Grenoble. Il regroupe 2 400 chercheurs, 1 200 étudiants et 600 industriels. C’est le premier campus d’innovation européen en micro et nanotechnologies. Les équipes du site déposent chaque année près de 350 brevets et signent plus de 1 600 publications.

Vocabulaire

  • Délocalisation : transfert d’activités, de capitaux et d’emplois d’une entreprise dans une autre région ou dans un autre pays.
  • Économie d’agglomération : réduction des coûts liée à la proximité.
  • Système productif local : ensemble de PME d’un même secteur d’activité concentrées dans un milieu rural.
  • Technopole (une) : ville concentrant des emplois de conception et de recherche ; une technopole a souvent plusieurs technopôles.
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Se connecter

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?