VERS LE BAC – ÉPREUVES COMMUNES DE CONTRÔLE CONTINU


Je problématise un sujet de dissertation


Doc. 2

  En 1963, Howard Becker publie Outsiders, un des premiers ouvrages de sociologie de la déviance : la norme, selon lui, n’existe pas en soi ; elle est toujours construite socialement. Un individu est déviant parce qu’il est perçu comme tel par la société : il est « étiqueté » déviant (théorie de l’étiquetage ou labelling). La déviance n’a donc de sens qu’au regard d’une norme socialement construite, qui aurait pu être autre. Ces normes découlent de valeurs. Mais celles‑ci sont abstraites et ne peuvent pas être directement traduites sous forme de règles : c’est l’interprétation de ces valeurs par un groupe d’individus qui donne corps à la norme, qui la crée. Becker étudie ces individus qui œuvrent à imposer leur interprétation des comportements : il les désigne comme des « entrepreneurs de morale » […]. Cette normalisation est un processus complexe, jalonné par plusieurs étapes : une fois qu’est définie la norme à imposer, les entrepreneurs de morale cherchent à faire reconnaître leur action comme légitime. Pour cela, ils peuvent participer à l’élaboration de lois, ou tenter d’attirer l’attention des médias sur ce qu’ils considèrent comme un « problème social ». Becker développe ainsi l’exemple de la loi condamnant la marijuana aux États‑Unis. En 1933, avec la fin de la prohibition, le Federal Bureau of Narcotics, qui faisait respecter la loi sur l’interdiction de l’alcool, se retrouve sans activité, et donc menacé. Il se lance alors dans la dénonciation de la marijuana, mobilise les médias et l’opinion publique sur les dangers de cette drogue. En deux ans, dix‑sept articles de presse dénoncent l’usage de la drogue et ses effets nocifs ; dix reconnaissent explicitement avoir reçu l’aide du Federal Bureau of Narcotics. Progressivement, le fumeur de marijuana se voit étiqueté par la société. En 1937, sous l’impulsion du Federal Bureau of Narcotics, une loi interdit la consommation de marijuana.

Alice Pavie, Ambroise Masson, « Comment les normes sociales se construisent. Sociologie des “entrepreneurs de morale” », Regards croisés sur l’économie, janvier 2014.
Doc. 1

  Les pro‑ana sont un mouvement de personnes se revendiquant anorexiques ou aspirant à l’être, qui considèrent que l’anorexie n’est pas une maladie mais une discipline de vie apportant le bonheur grâce à la maigreur du corps. Les personnes constituant le mouvement pro‑ana se servent d’Internet et créent leur blog pour propager leur « pratique » de vie […]. Pour chaque pro‑ana, le but de la création d’un blog est non seulement d’atteindre ses propres objectifs, mais encore de soutenir et de renforcer les efforts amorcés par chaque pro‑ana, ce qui veut dire de répandre l’idéologie pro‑ana. Les pro‑ana ne semblent penser qu’à une seule chose : comment ne pas manger ? Toute leur vie et toute leur attention tournent autour de l’alimentation et des manœuvres pour perdre du poids. Tous les conseils et astuces qu’elles proposent sur leurs blogs ou qu’elles échangent sur les forums ont pour fonction de ne pas céder face à la nourriture […]. S’intégrer au mouvement pro‑ana serait un moyen pour s’orienter dans la vie : avoir un but exemplaire et échapper aux questions existentielles et identitaires. S’identifier comme pro‑ana veut dire se revendiquer comme telle sur les blogs pro‑ana mais également en dehors d’eux. En effet, les pro‑ana se reconnaissent sur Internet par le contenu de leurs blogs et dans l’espace public par le port d’un bracelet rouge au poignet.

Marie Windels, « Les blogueuses pro‑ana. Des idéologues de la maigreur sur Internet », Adolescence, février 2012.

Terminale

La dissertation est un exercice d’argumentation : elle est généralement organisée en trois parties (une introduction, un développement et une conclusion) et doit suivre une problématique. C’est une épreuve qui vous sera proposée en terminale. Un dossier documentaire vient en appui du sujet.


Exemple de sujet :
  • Comment expliquer la déviance ?


Comment problématiser un sujet de dissertation




Ne pas
oublier...

  • de définir les termes du sujet ;
  • d’identifier le type de sujet ;
  • de vérifier que la problématique est claire et facile à comprendre ;
  • de vérifier que la problématique correspond bien au sujet.

Étape 1. Identifier le type de sujet.

La première étape est de définir les termes du sujet et de le comprendre. Il faut aussi chercher à savoir quel type de problématique est à choisir (discussion ou analyse). (→ voir Vers le BAC du chapitre 4)


Étape 2. Faire émerger la problématique.

Quand le sujet met en rapport deux notions (voire plus), problématiser consiste à trouver le ou les liens entre elles : l’analyse du sujet permet d’identifier si vous avez un sujet qui renvoie plutôt à une discussion de ces liens ou à une analyse de leurs différentes dimensions.

Quand le sujet ne fait intervenir qu’une notion, la question est souvent de savoir ce que sont les enjeux principaux liés à cette notion. Là aussi, cela peut prendre la forme d’un sujet de discussion ou d’analyse.


Étape 3. Formuler la problématique.

La forme d’une problématique est relativement libre. Ne vous forcez pas à tout prix à en faire une seule et unique question. Elle peut très bien consister en une suite de questions, voire en une ou des affirmations.

Choisissez une formulation simple et claire : la dissertation doit répondre à cette question et il faut montrer que vous avez compris cette dernière.

1. Exercice guidé


Comment expliquer la déviance ?


Étape 1. Comprendre le sujet.

Ici, le sujet prend une forme très simple. Il s’agit de définir la déviance (en indiquant quelles sont les difficultés de cette définition, vous pouvez aussi indiquer avec quelle notion elle ne doit pas être confondue) et de vous demander ce que signifie « expliquer », ainsi que les difficultés que cela soulève.

Étape 2. Faire émerger la problématique.

Quand on se demande comment expliquer quelque chose, la réponse prend la forme d’une suite d’explications. Par exemple, si on se demande comment expliquer que les SES soient si passionnantes, pour répondre, la consigne est de lister toutes les qualités de cette matière. Le verbe de la consigne est bien une indication du type de sujet. Avoir identifié ce type de sujet permet aussi de savoir comment orienter le plan puisque chaque partie contiendra un type d’explication.

Étape 3. Formuler la problématique.

Ici, la difficulté est que le sujet est déjà posé sous forme d’une question. Il serait alors très tentant de reprendre cette même formulation. Pourtant, la problématique doit être plus explicite. Il faut reformuler en indiquant comment vous avez compris la question.
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Se connecter

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?