Chargement de l'audio en cours
Cacher

Cacher la barre d'outils

Plus

Plus


Prolongement artistique et culturel


Une fascination mythique




Prométhée


Un robot iCub développé par l’université de Gênes (Italie) et présenté lors de l’exposition « Robotville » au Science Museum, Londres, Grande-Bretagne, 2011.

iCub est un robot développé par un ensemble d’universités européennes. Il est conçu pour pouvoir apprendre de nouvelles tâches, comme un enfant.

Doc. 5
Un robot iCub développé par l’université de Gênes (Italie) et présenté lors de l’exposition « Robotville » au Science Museum, Londres, Grande-Bretagne, 2011.

Texte A
  Le mythe de Prométhée

  Il fut jadis un temps où les dieux existaient, mais non les espèces mortelles. Quand le temps que le destin avait assigné à leur création fut venu, les dieux les façonnèrent dans les entrailles de la terre d’un mélange de terre et de feu et des éléments qui s’allient au feu et à la terre. Quand le moment de les amener à la lumière approcha, ils chargèrent Prométhée et Épiméthée de les pourvoir et d’attribuer à chacun des qualités appropriées. Mais Épiméthée demanda à Prométhée de lui laisser faire seul le partage. « Quand je l’aurai fini, dit-il, tu viendras l’examiner. » Sa demande accordée, il fit le partage [...]. Cependant Épiméthée, qui n’était pas très réfléchi, avait, sans y prendre garde, dépensé pour les animaux toutes les facultés dont il disposait et il lui restait la race humaine à pourvoir, et il ne savait que faire. Dans cet embarras, Prométhée vient pour examiner le partage ; il voit les animaux bien pourvus, mais l’homme nu, sans chaussures, ni couverture, ni armes, et le jour fixé approchait où il fallait l’amener du sein de la terre à la lumière. Alors Prométhée, ne sachant qu’imaginer pour donner à l’homme le moyen de se conserver, vole à Héphaïstos et à Athéna la connaissance des arts avec le feu ; car, sans le feu, la connaissance des arts est impossible et inutile ; et il en fait présent à l’homme. L’homme eut ainsi la science propre à conserver sa vie.

Platon, Protagoras, IVe s. av. J.‑C., trad. du grec ancien d’Émile Chambry, 1919.

Philippe Semeria, Le Golem de Prague, 2009.

Doc. 3
Philippe Semeria, Le Golem de Prague, 2009.

Frantisek Kupka, Prométhée bleu et rouge

Doc. 2
František Kupka, Prométhée bleu et rouge, 1909 - 1910, aquarelle, 32,1 × 29,3 cm, Národní Galerie, Prague, République Tchèque.

Affiche française du film Frankenstein, réalisé par James Whale avec Boris Karloff (le Monstre) et Colin Clive (Docteur Frankenstein), 1931.

Doc. 4
Affiche française du film Frankenstein, réalisé par James Whale avec Boris Karloff (le Monstre) et Colin Clive (Docteur Frankenstein), 1931.

Texte B
Le jeune Lord Ewald rencontre Hadaly, une androïde fabriquée pour lui à l’image de sa maîtresse. Laquelle préférera-t-il ?

  « C’en est fait ! Certes, je n’ai pas grand mérite à préférer ta redoutable merveille à la banale, décevante et fastidieuse amie que le sort m’octroya ! Mais, que les cieux et la terre le prennent comme bon pourra leur sembler ! je résous de m’enfermer avec toi, ténébreuse idole ! Je donne ma démission de vivant – et que le siècle passe !… car je viens de m’apercevoir que, placées l’une auprès de l’autre, c’est, positivement, la vivante qui est le fantôme.‑»
  Hadaly, à ces paroles, sembla tressaillir : puis, avec un mouvement d’infini abandon, elle noua ses bras à l’entour du cou de Lord Ewald. [...] Elle semblait aspirer l’âme de son amant comme pour s’en douer elle-même.

Auguste de Villiers de L’Isle-Adam, L’Ève future, livre VI, chapitre 11, 1886.

Éclairage

Dans Frankenstein ou le Prométhée moderne (1818), Mary Shelley conte comment Victor Frankenstein, un scientifique, assemble un corps à partir de morceaux de cadavres et lui donne vie grâce à l’électricité. Épouvanté par ce qu’il a fait et par l’aspect hideux du monstre, il l’abandonne. La créature, sensible mais rejetée de tous, va alors se venger.

Koloman Moser, La Lumière, 1913

Doc. 1
Koloman Moser, La Lumière, 1913, huile sur toile, 123 × 180 cm, Galerie Hummel, Vienne, Autriche.

Éclairage

Le golem est une créature d’argile de la tradition juive. La version la plus répandue de la légende met en scène le rabbin Loew qui, à Prague au XVIe siècle, crée un golem pour qu’il protège la communauté pendant les pogroms, en l’animant grâce au pouvoir sacré des lettres de l’alphabet hébreu.



Découvrez un reportage de France 5 sur l'exposition « Golem ! Avatars d'une légende d'argile » au musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme.

Ressources complémentaires

Voir les réponses

Prométhée

1

a. Texte A Résumez le mythe de Prométhée.

b. Doc. 2 Quelle image l’artiste donne-t-il de Prométhée ? S’inspire-t-il du texte de Platon ?

c. Doc. 1 Quels éléments du mythe sont représentés sur cette toile ?


2
Texte B
a. Relevez les termes par lesquels Lord Ewald oppose Hadaly à sa maîtresse.

b. Comment comprenez-vous la dernière antithèse ?

c. L’extrait se termine-t-il de manière positive ?


3
Texte B et doc. 3, 4 et 5
a. Pourquoi ces créatures (fictives et réelles) sont-elles des accomplissements prométhéens ?

b. Quelle histoire trouvez-vous la plus fascinante ?


4
Doc. 5
a. À quel épisode biblique cette image peut‑elle faire penser ?

b. Quel pourrait être le sens de cet écho ?

Mythes antiques et fantasmes modernes


Loin d’être un objet neutre, la machine stimule nos rêves les plus fous et réveille nos pires cauchemars.

Elle est un support pour les désirs et les hantises que nous partageons dans notre inconscient collectif et qui s’expriment depuis l’Antiquité dans les mythes.

Icare


Ornithoptère conçu par Léonard
de Vinci (1452 - 1519).

Doc. 8
Ornithoptère conçu par Léonard de Vinci (1452 ‑ 1519).

Texte C
  Le mythe d'Icare

Dédale est un architecte et un inventeur de génie. Il conçoit une vache artificielle dans laquelle se dissimule la reine Pasiphaé pour assouvir sa passion pour un taureau. De cette union naît le Minotaure, que le roi Minos veut cacher aux yeux du monde ; Dédale lui construit donc un labyrinthe. Mais pour que le secret soit bien gardé, Minos y enferme aussi Dédale, avec son fils, Icare. Pour s'échapper, Dédale leur fabrique des ailes avec des plumes et de la cire.

  Soutenu par ses ailes, il vole en avant ; tremblant pour son compagnon, comme l’oiseau qui guide dans les airs le vol novice de sa jeune famille, sortie pour la première fois de son nid aérien. Il l’encourage à le suivre, lui enseigne son art périlleux, et agitant ses propres ailes, il tient ses regards attachés sur celles de son fils. Le pêcheur, dont le tremblant roseau présente aux poissons une trompeuse amorce, le pâtre et le laboureur appuyés, l’un sur son bâton, l’autre sur sa charrue, les aperçoivent, et, frappés d’étonnement à la vue de ces voyageurs ailés, les prennent pour des dieux.

Ovide, Les Métamorphoses, Ier siècle ap. J.-C., trad. de Louis Puget et alii, 1876.

Ressources complémentaire

Voir les réponses

8
Doc. 9 Quel est le message de cette une de journal ?


9
Texte E
a. Quels liens l’auteur de l’article établit-il entre le mythe d’Icare et les avancées techniques ?

b. Illustrez les derniers mots de l’extrait par des exemples de notre époque.


10
Avec l’application Genially, créez une présentation interactive au sujet d’un mythe et des machines qui l’actualisent. Choisissez, par exemple, Pygmalion, Narcisse ou Faust.


André Durand, La Chute d’Icare, 1981, huile sur toile.

Doc. 10
André Durand, La Chute d’Icare, 1981, huile sur toile.


Nausicaä sur son « mehve »,
Nausicaä de la vallée du vent,
film d’animation japonais réalisé
par Hayao Miyazaki, 1984.

Doc. 7
Nausicaä sur son « mehve », Nausicaä de la vallée du vent, film d’animation japonais réalisé par Hayao Miyazaki, 1984.

Texte E
  Ce récit interroge le pouvoir de la technique et la nécessité qu’a l’homme de se prémunir de la fascination qu’elle ne manque pas de susciter. Quand elle n’est pas utilisée par un dieu, mais par un simple mortel, le danger est toujours présent. [...] Dans le mythe développé ici par Ovide, c’est la création d’un monstre, l’emprisonnement, mais aussi la mort. Toutes les inventions de Dédale en outre sont liées entre elles puisque chacune vise à réparer les dégâts de la précédente, figurant ainsi une spirale du pire que l’on retrouvera dans les analyses les plus récentes du phénomène technique.

Ugo Battini, « Ovide, le mythe de Dédale. Libération et asservissement », Vivre avec les machines, hors-série, Le Point, 2018.

« Les hommes volants. Les ailes
d’Icare et l’aéroplane d’Henri Farman »,
Le Petit Parisien : supplément littéraire
illustré, 24 novembre 1907.

Quelques semaines plus tard, Farman réussit l’exploit de couvrir une distance inédite à bord de son avion : 1 km.

Doc. 9
« Les hommes volants. Les ailes d’Icare et l’aéroplane d’Henri Farman », Le Petit Parisien : supplément littéraire illustré, 24 novembre 1907.
Voir les réponses

Icare

5
Texte C
a. Cherchez ce qu’est l’hybris.

b. Expliquez les derniers mots de l’extrait à la lumière de cette notion.


6
Texte D Quelles sont les erreurs d’Icare...
a. ...du point de vue du récit ?

b. ...d’un point de vue symbolique ?


7
Quelle différence principale voyez-vous entre les doc. 6 et 7 et les doc. 8, 9 et 10 ?


Charles Edmund Brock, Dédale et Icare, début du XXe siècle, lithographie, coll. privée.

Doc. 6
Charles Edmund Brock, Dédale et Icare, début du XXe siècle, lithographie, coll. privée.

Texte D
Dédale a averti son fils : « Prends le milieu des airs et crois mes avis ; car si ton vol s’abaisse, l’onde appesantira tes ailes ; s’il s’élève trop haut, le feu les brûlera. Vole entre ces deux écueils. » Mais Icare est grisé par ses sensations.

  Le jeune Icare, se laissant emporter au plaisir d’un vol audacieux et au désir de s’approcher du ciel, abandonne son guide et porte plus haut son essor. Les rayons trop voisins du soleil amollissent la cire parfumée et fondent les liens de ses ailes. Il agite ses bras dépouillés, et privé de ses plumes qui le soutenaient comme des rames, il frappe en vain les airs où il n’a plus de prise ; sa bouche répète le nom de son père, et il tombe au fond des mers auxquelles il a donné son nom.

Ovide, Les Métamorphoses, Ier siècle ap. J.-C., trad. de Louis Puget et alii, 1876.
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?