Chargement de l'audio en cours
Cacher

Cacher la barre d'outils

Plus

Plus


Repères art et littérature / Théâtre


Le classicisme : retrouver l'idéal antique





Joseph Haydn (1732-1809)

Sa longue carrière couvre toute la période classique, entre la fin du baroque et le début du romantisme. Il joue un rôle fondamental dans le développement du style classique en musique et fixe le cadre classique dans la symphonie et le quatuor.

Joseph Haydn, Concerto pour violoncelle n°2 en Ré Majeur, 1er mouvement (1783)

Extrait : Academy of Saint Martin in the Fields / Mstislav Rostropovich (violoncelle)

Dans cette œuvre dédiée à un violoncelliste de son époque, Haydn exploite toutes les possibilités techniques de cet instrument trop souvent cantonné à un rôle d’accompagnateur.

Joseph Haydn, Symphonie n°85 en Si bémol Majeur, « La Reine », 2e mouvement (1786)

Extrait : English Chamber Orchestra / Daniel Baremboim (direction)

Faisant partie d’une série de symphonies dites « parisiennes », car nées d’une commande passée par de riches parisiens, cette symphonie doit son surnom au fait qu’elle était particulièrement appréciée par la reine Marie-Antoinette d’Autriche.

Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)

Mozart a assimilé très tôt les œuvres de ses prédécesseurs et aînés (dont Haydn), et si sa musique s’inscrit dans le style classique, son génie le pousse à dépasser le carcan des règles pour développer un style plus personnel. Passant de la légèreté à la gravité, sa musique savante est néanmoins facile d’accès, ce qui a contribué à rendre son langage universel. Il reste le plus populaire et le plus joué des musiciens classiques.

Wolfgang Amadeus Mozart, Trio pour piano, alto et clarinette, (dit « Trio des Quilles »), K498, I - Andante (1786)

Extrait : Michel Portal (clarinette), Gérard Caussé (alto), Jean-Philippe Collard (piano)

L’idée de cette pièce est venue lors d’une partie de quilles chez des amis. C’est pour Mozart l’occasion de valoriser deux instruments qu’il affectionne particulièrement : la clarinette, que venait de faire beaucoup évoluer un virtuose allemand, et l’alto, trop souvent cantonné à des rôles secondaires mais que Mozart prenait volontiers quand il jouait avec des amis.
Toutes les caractéristiques classiques sont rassemblées dans cet extrait : sobriété de la mélodie, clarté, simplicité et régularité dans la construction.


Wolfgang Amadeus Mozart, Concerto pour piano n° 23 en La Majeur, K488, Adagio (1786)

Extrait : English Chamber Orchestra / Daniel Baremboim (direction et piano solo)

Un caractère plus mélancolique, une force émotionnelle que l’on retrouvera plus tard dans la musique romantique.

Wolfgang Amadeus Mozart, Don Giovanni, opéra, K527, « Fin ch’han dal vino » (1787)

Extrait : Orchestre de l’Opéra de Paris / Ruggerio Raimondi (chanteur soliste)

Mozart a consacré une partie importante de son œuvre aux opéras, puisqu’il en a écrit plus d’une vingtaine. Cet extrait de Don Juan, surnommé « l’air du champagne », est vif, joyeux, lumineux.

Wolfgang Amadeus Mozart, Symphonie n°40, K550, I - Molto allegro (1788)

Extrait : Berliner Philharmoniker / Sir Simon Rattle (direction)

Œuvre pleine d’énergie, de clarté, d’élégance.

Wolfgang Amadeus Mozart, Requiem en ré mineur, K626, VIII - Lacrimosa (1791)

Extrait : Concentus Musicus Wien / Nikolaus Harnoncourt (direction)

Le Requiem (messe pour les morts) est la dernière œuvre de Mozart, laissée inachevée. Sur son lit de mort, Mozart laisse des indications à l’un de ses élèves afin d’en terminer la composition.

Ce qu'il faut retenir

Carte mentale

Texte B
Qu’en un lieu, qu’en un jour, un seul fait accompli
Tienne jusqu’à la fin le théâtre rempli.
Jamais au spectateur n’offrez rien d’incroyable :
Le vrai peut quelquefois n’être pas vraisemblable.
Une merveille absurde est pour moi sans appas1 :
L’esprit n’est point ému de ce qu’il ne croit pas.
Ce qu’on ne doit point voir, qu’un récit nous l’expose.

Nicolas Boileau, Art poétique, chant III, 1674.

1. Sans attraits.


Texte A
  Si l’emploi de la comédie est de corriger les vices des hommes, […] rien ne reprend mieux la plupart des hommes que la peinture de leurs défauts. C’est une grande atteinte aux vices, que de les exposer à la risée de tout le monde. On souffre1 aisément des répréhensions2 ; mais on ne souffre point la raillerie. On veut bien être méchant ; mais on ne veut point être ridicule.

Molière, Le Tartuffe ou L’Imposteur, préface de l’auteur, 1664.

1. Supporte.
2. Blâmes, réprimandes.


L’imitation de l’Antiquité

Contre la profusion baroque, les artistes classiques reviennent aux modèles antiques, perçus comme un idéal de clarté et de sobriété.

Les personnages mythologiques sont les héros des tragédies de Pierre Corneille ou de Jean Racine (voir Chapitre 6) et Molière s’inspire d’une comédie de Plaute pour écrire L’Avare.


Claude Gellée dit Le Lorrain, Enée à Délos, 1672, huile sur toile, 100 × 134 cm, Gemäldegalerie, Dresde, Allemagne.

Doc. 1
Inspiration antique
Claude Gellée dit Le Lorrain, Enée à Délos, 1672, huile sur toile, 100 × 134 cm, Gemäldegalerie, Dresde, Allemagne.

La musique classique


En musique, la période classique intervient bien plus tard qu’en littérature : on la situe entre les années 1750 et 1820, soit juste avant la période romantique.
En réaction au style baroque, le style classique va privilégier la simplicité, la clarté, l’ordre, la mesure, la régularité. Adressée à un public vaste, elle se veut facilement accessible.
Les principaux représentants de cette période sont viennois : Haydn et Mozart.


Les œuvres sont classées par ordre chronologique.

Frise interactive

Eras

    Évènements

    1. 1630 - 1715 :<span class="sc-gojNiO eMwZLZ"><strong class="sc-daURTG gwAwyJ">◐ LE CLASSICISME EN FRANCE</strong></span> |
    2. 1775 - 1825 :<span class="sc-gojNiO bxeLtP"><strong class="sc-daURTG eUzAYj">◐ LE CLASSICISME DE VIENNE</strong></span> |
    3. 1640 - :<span class="sc-gojNiO eMwZLZ">⊙ Pierre Corneille, <i>Horace</i></span> |
    4. 1641 - :<span class="sc-gojNiO eMwZLZ">⊙ Pierre Corneille, <i>Polyeucte</i></span> |
    5. 1662 - :<span class="sc-gojNiO eMwZLZ">⊙ Molière, <i>L&#x27;École des femmes</i></span> |
    6. 1666 - :<span class="sc-gojNiO eMwZLZ">⊙ Molière, <i>Le Misanthrope</i></span> |
    7. 1669 - :<span class="sc-gojNiO eMwZLZ">⊙ Molière, <i>Le Tartuffe ou l&#x27;Imposteur</i></span> |
    8. 1667 - :<span class="sc-gojNiO eMwZLZ">⊙ Jean Racine, <i>Andromaque</i></span> |
    9. 1670 - : <span class="sc-gojNiO eMwZLZ">⊙ Jean Racine, <i>Bérénice</i></span> |
    10. 1677 - :<span class="sc-gojNiO eMwZLZ">⊙ Jean Racine, <i>Phèdre</i></span> |
    11. 1674 - : <span class="sc-gojNiO eMwZLZ">⊙ Nicolas Boileau, <i>Art poétique</i></span> |
    12. 1648 - : <span class="sc-gojNiO eMwZLZ">□ Nicolas Poussin, <i>Éliézer et Rébecca</i></span> |
    13. 1682 - : <span class="sc-gojNiO eMwZLZ">□ André Le Nôtre, les jardins du château de Versailles</span> |
    14. 1788 - : <span class="sc-gojNiO bxeLtP">□ Wolfang Amadeus Mozart, <i>Symphonie n°40</i></span> |
    15. 1794 - : <span class="sc-gojNiO bxeLtP">□ Joseph Haydn, <i>Symphonie n°101 : L&#x27;Horloge</i></span> |
    16. 1642 - : <span class="sc-gojNiO eMwZLZ">□ Philippe de Champaigne, <i>Triple portrait du cardinal de Richelieu</i></span> |
    17. 1661 - : <span class="sc-gojNiO eMwZLZ">□ Charles Le Brun, <i>Portrait du chancelier Séguier</i></span> |
    Légende : Littéraire Artistique

    Ressources complémentaires

    Visionnez le film Le Roi danse de Gérard Corbiau (2000).

    Les querelles littéraires

    Le XVIIe siècle a été marqué par la Querelle du Cid. Faites des recherches.

    Quelle est son origine ?

    Qui en sont les principaux acteurs ?

    Quels sont leurs arguments ?



    Le respect des règles strictes

    L’écriture des pièces est régie par un système de règles strictes fixées par l’Art poétique de Nicolas Boileau, qui reprend celles édictées par Aristote, puis Horace, dans l’Antiquité : la règle des trois unités (de temps, de lieu et d’action), la règle de la vraisemblance et celle de la bienséance.

    Écoutez la lecture d'un extrait de l'Art poétique de Nicolas Boileau.

    L’Académie française, créée en 1635, a pour mission de veiller au « bon usage » de la langue. Mais elle juge aussi si les oeuvres correspondent aux règles classiques : lors de la Querelle du Cid, en 1636, la pièce de Pierre Corneille est accusée de ne pas respecter la vraisemblance ni les trois unités.

    Pour en savoir plus, découvrez une vidéo réalisée par le Grand Palais sur la littérature française au XVIIe siècle.

    Architecture classique Pierre Patel, Vue aérienne de Versailles, 1668,
huile sur toile, 115 × 161 cm, musée national du château de Versailles.

    Doc. 2
    Architecture classique
    Pierre Patel, Vue aérienne de Versailles, 1668, huile sur toile, 115 × 161 cm, musée national du château de Versailles.

    Ressource complémentaire


    Plaire et instruire

    Les oeuvres classiques reprennent le modèle antique d’Aristote : l’art doit éduquer (docere), émouvoir (movere) et plaire (placere).

    Face aux critiques de la comédie, considérée comme un simple divertissement, Molière crée la grande comédie et reprend l’ancienne formule castigat ridendo mores, « [la comédie] châtie les moeurs par le rire ».


    CARTE D'IDENTITÉ


    Le classicisme

     Origine  Le terme « classique » désignait les auteurs étudiés dans les classes, les auteurs les plus « respectables » : ceux de l’Antiquité. Puis il a désigné les auteurs du XVIIe siècle qui les ont imités.

     Où ?  En France, sous l’influence de Louis XIV.

     Quand ?  Essentiellement pendant le règne de Louis XIV.
    Le néo-classicisme se répand ensuite en Europe au XVIIIe siècle.
    En musique, la période classique correspond plutôt à la deuxième moitié du XVIIIe siècle.



    Ludwig Van Beethoven (1770-1827)

    Né à Bonn en Allemagne, il rejoint Vienne à 17 ans pour bénéficier de l’effervescence musicale que connaît cette ville et se rapprocher des deux modèles que sont Haydn et Mozart. Ses premières œuvres sont fortement influencées par ces deux compositeurs.

    Ludwig Van Beethoven, Sonate pour piano op. 2 n° 1 en fa mineur, I - Allegro (1795)

    Extrait : Alfred Brendel (piano)

    Quand il arrive à Vienne, Beethoven devient l’élève de Haydn. À 24 ans, il lui dédie cette sonate, d’une grande rigueur formelle.

    Ludwig Van Beethoven, Quatuor op. 18 n° 1, I - Allegro con brio (1799)

    Extrait  :Quatuor Mosaïques

    S’inspirant des quatuors de Haydn et Mozart, c’est après beaucoup d’efforts, comme en témoignent les nombreux remaniements, que Beethoven compose cette œuvre énergique et volontaire.

    Joseph Bologne de Saint-Georges (1745-1799)

    Né en Guadeloupe, Saint-Georges vient en métropole pour y poursuivre son éducation d’aristocrate. Il y perfectionne aussi bien le maniement de l’épée que celui de l’archet. Il compose notamment pour son instrument : le violon.

    Joseph Bologne de Saint-Georges, Concerto pour violon n°9 en Sol Majeur, op. 8, Allegro (1776)

    Extrait : Orchestre de Chambre Bernard Thomas / Jean-Jacques Kantorow (violon solo)

    Luigi Boccherini (1743-1805)

    Violoncelliste et compositeur italien ayant vécu une grande partie de sa vie en Espagne, Boccherini s’illustre dans le style galant, mais compose aussi des œuvres qui préfigurent le romantisme, comme sa Musique nocturne des rues de Madrid, qui évoque l’atmosphère de la ville à la tombée de la nuit, quand s’échappent des accords de guitare.

    Luigi Boccherini, Quintette en la mineur op. 25 n°6, G300, I - Allegro non molto (1778)

    Extrait : Europa Galante / Fabio Biondi (direction)

    Franz Schubert (1797-1828)

    Le jeune Schubert est tout d’abord influencé par la musique classique, comme en témoignent ses premières œuvres. Néanmoins, sa grande sensibilité, sa timidité aussi, qui lui faisait préférer les soirées musicales entre amis aux grandes scènes de concert, l’amènent ensuite à composer des œuvres relevant de la musique romantique, dont il deviendra l’une des figures majeures.

    Franz Schubert, Symphonie n° 5 en Si bémol Majeur, D485, I - Allegro (1816)

    Extrait : Wiener Philharmoniker / Claudio Abado (direction)

    Cette symphonie, parfois surnommée « sans tambours ni trompettes » à cause de son effectif réduit, a été écrite par Schubert alors qu’il avait 19 ans et enseignait à l’école primaire que dirigeait son père. Sa composition a été inspirée par la 40e symphonie de Mozart (voir plus haut dans ce document), qu’il avait entendue en concert.
    Voir les réponses

    1
    Doc.1
    a. Qui est Énée ? Faites une recherche pour comprendre sa place dans l’Antiquité.

    b. En quoi ce tableau correspond-il à l’idéal antique ?



    2
    Texte A D’après les pièces de Molière que vous connaissez, comment la comédie cherche-t-elle à corriger les moeurs de la société ?



    3
    Texte B Quelles règles du classicisme retrouvez-vous dans ce texte ? Justifiez par des citations précises.


    Un idéal de clarté et d’harmonie

    L’art des proportions et de la perspective : les peintures sont construites en plans successifs et utilisent la symétrie, tout comme l’architecture ou le paysagisme, avec le jardin à la française. Les lignes droites, verticales et horizontales permettent de donner une impression de stabilité.

    En peinture, les personnages sont souvent représentés dans des poses statiques ; ils expriment la noblesse d’âme. Pour répondre à un idéal de clarté, la lumière est vive et il y a peu de contrastes.

    En littérature et plus tard en musique, les artistes utilisent des formes très structurées.

    L’idéal classique est le triomphe de la raison sur le désordre des passions.
    Connectez-vous pour ajouter des favoris

    Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

    Livre du professeur

    Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

    Votre avis nous intéresse !
    Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

    Peu probable
    Très probable

    Cliquez sur le score que vous voulez donner.

    Dites-nous qui vous êtes !

    Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
    Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

    Nous envoyer un message




    Nous contacter?