Chargement de l'audio en cours
Cacher

Cacher la barre d'outils

Plus

Plus


Débat 2


Les codes esthétiques ébranlés : l’exemple du nu féminin




Au XIXe siècle, le Salon connaît un immense succès : cette exposition officielle permet aux artistes de se faire connaître, et aux critiques d’exercer leur influence.

Être exposé au Salon n’est cependant pas facile : en effet, les œuvres sont soumises à un jury présidé par l’Académie des Beaux-Arts, garante des codes esthétiques classiques. En 1863, 3 000 œuvres sont refusées sur les 5 000 présentées ; Napoléon III crée alors un « Salon des Refusés ».

Les salons sont ainsi le lieu de scandales lorsque certains artistes ne respectent pas les codes esthétiques de l’Académie, par exemple lorsqu’ils utilisent le grand format pour un sujet autre qu’historique, ou lorsqu’ils représentent une femme dont la nudité n’est pas idéalisée mais, au contraire, peinte ou sculptée avec réalisme.

Le spectateur impliqué

Voir les réponses

1
Doc. 1, 2, 3 et 4
a. En vous appuyant sur les ressources complémentaires proposées, expliquez pourquoi chacune de ces œuvres a fait scandale.

b. Ces œuvres vous choquent‑elles aujourd’hui ?


2
Texte A et doc. 1
a. Que reproche Théophile Gautier aux Baigneuses ?

b. À votre avis, quels sont, selon lui, les critères d’une œuvre d’art réussie ?


3
Texte B et doc. 4
a. Pourquoi Émile Zola apprécie‑t‑il Olympia ?

b. Comparez ses arguments avec ceux de Théophile Gautier dans le texte A.


4
Doc. 3 et 4
a. Observez le regard de la jeune femme sur ces deux tableaux. Quel point commun constatez‑vous ?

b. Quel effet l’artiste cherche‑t‑il à produire sur les spectateurs et particulièrement sur les hommes ? Appuyez‑vous, si besoin, sur les documents numériques pour répondre.


5
En quoi Courbet, Manet et Clésinger ont‑ils révolutionné les codes esthétiques ?


ORAL
Choisissez l’une de ces œuvres et prononcez un discours pour la défendre devant un public outré.
Enregistreur audio

Édouard Manet, Olympia,
Doc. 4
Édouard Manet, Olympia, 1863, 130 × 191 cm, musée d’Orsay, Paris.

Édouard Manet, Le Déjeuner sur l’herbe, 1863
Doc. 3
Édouard Manet, Le Déjeuner sur l’herbe, 1863, huile sur toile, 208 × 265 cm, musée d’Orsay, Paris.

Ressources complémentaires

Retrouvez :

Texte B
  Et tout le monde a crié : on a trouvé ce corps nu indécent ; cela devait être, puisque c’est là de la chair, une fille1 que l’artiste a jetée sur la toile dans sa nudité jeune et déjà fanée. Lorsque nos artistes nous donnent des Vénus, ils corrigent la nature, ils mentent. Édouard Manet [...] nous a fait connaître Olympia, cette fille de nos jours, que vous rencontrez sur les trottoirs et qui serre ses maigres épaules dans un mince châle de laine déteinte.


Émile Zola, L’Événement illustré, 10 mai 1868.


1. Une prostituée.

La représentation réaliste


Jean-Baptiste (dit Auguste) Clésinger, Femme piquée par un serpent

Découvrez une notice du musée d'Orsay sur cette statue, expliquant le sandale qu'elle provoqua.
Doc. 2
Jean-Baptiste (dit Auguste) Clésinger, Femme piquée par un serpent, 1847, marbre, 56 × 180 × 70 cm, musée d’Orsay, Paris.

Gustave Courbet, Les Baigneuses, 1853
Doc. 1
Gustave Courbet, Les Baigneuses, 1853, huile sur toile, 227 × 193 cm, musée Fabre, Montpellier.

Ressource complémentaire : la représentation traditionnelle de Vénus

Vénus de Milo,

Visionnez une vidéo du musée du Louvre retraçant l'histoire de cette statue.
Vénus de Milo, 150‑130 av. J.‑C., marbre, Musée du Louvre, Paris.

Ressource complémentaire : la représentation traditionnelle de Vénus

Alexandre Cabanel, La Naissance de Vénus


Retrouvez une analyse détaillée de ce tableau et ses caractéristiques académiques.
Alexandre Cabanel, La Naissance de Vénus, 1863, huile sur toile, 130 x 225 cm, Musée d’Orsay, Paris.

Ressource complémentaire : la représentation traditionnelle de Vénus

Titien, La Vénus d’Urbin


Retrouvez une analyse détaillée de ce tableau.
Titien, La Vénus d’Urbin, 1538, huile sur toile, 119 x 165 cm, Galerie des Offices, Venise, Italie.

Texte A
  Quelle a été l’idée du peintre en exposant cette surprenante anatomie ? A‑t‑il voulu rompre en visière avec1 les belles femmes antiques et protester à sa façon contre les blancs mensonges du Paros et du Pentélique2 ? Pourquoi nous faire subir cet affligeant spectacle ? Est‑ce en haine de la Vénus de Milo qu’il a fait sortir d’une eau pure ce corps crasseux ? A‑t‑il eu l’intention d’opposer des reins de sa façon à ce torse immortel ? Pose‑t‑il dans cette Baigneuse son idéal de beauté, ou s’est‑il contenté de copier une créature obèse, à la graisse mal distribuée, déshabillée sur la table de l’atelier ? Nous admettons que ces formes étranges, ces boursouflures, ces plis, ces rouleaux, ces excavations et ces bouillonnements de chair soient de la plus rigoureuse vérité ; pourquoi nous faire subir cet affligeant spectacle ?


Théophile Gautier, La Presse, 21 juillet 1853.


1. Détruire l’image de.
2. Régions grecques de production de marbre.

Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?