Couverture

Histoire-Géographie 2de

Feuilleter la version papier




























Chargement de l'audio en cours
Cacher

Cacher la barre d'outils

Plus

Plus


DOSSIER NUMÉRIQUE



Être femme à Athènes : le procès de Nééra






Nééra est une esclave hétaïre (prostituée) de Corinthe, née autour de 400 av. J.‑C. Elle a vécu dans différentes cités grecques quand elle s'établit à Athènes après avoir racheté sa liberté. Elle y vit avec ses enfants chez un Athénien, Stéphanos. En 340 av. J.‑C, un procès lui est intenté par deux Athéniens, Théomneste et Apollodore, pour prouver qu’elle est esclave et étrangère, et donc qu’elle ne peut vivre avec un citoyen d’Athènes. Sa fille Phanô est également accusée durant le procès d’avoir été mariée à un Athénien, Théogène, sans en avoir le droit. On ignore l’issue du procès.

carte Grèce

Femme, étrangère, ancienne esclave : quel danger représente Nééra pour la société et la démocratie athéniennes ?


1
Le procès contre Nééra, extrait 1 : début du discours d’Apollodore

Pour commencer son discours, Apollodore reprend les chefs d’accusation portés contre Nééra et son amant, Stephanos, en citant la loi qui interdit leur union.

Il s’agit maintenant de prouver que Nééra est étrangère, et qu’elle enfreint les lois en vivant avec Stéphanos. C’est ce que je vais vous montrer avec évidence. Et d’abord, on va vous lire la loi aux termes de laquelle la présente accusation a été intentée par Théomneste et se trouve aujourd’hui portée devant vous.

LOI : Si un étranger vit avec une Athénienne, par quelque détour ou sous quelque prétexte que ce soit, il pourra être accusé devant les thesmothètes1 par tout Athénien ayant droit de porter une accusation. S’il est déclaré coupable, il sera vendu, lui‑même et ses biens, et le tiers du prix appartiendra au poursuivant. Il en sera de même si une étrangère vit avec un Athénien ; dans ce cas l’homme qui aura pris avec lui l’étrangère déclarée coupable payera une amende de mille drachmes.

Vous avez entendu la loi, juges. Elle interdit toute union, soit entre une étrangère et un Athénien, soit entre une Athénienne et un étranger, comme aussi toute procréation d’enfants, par quelque détour ou sous quelque prétexte que ce soit. En cas d’infraction de cette défense, elle permet d’en accuser les auteurs devant les thesmothètes, l’étrangère comme l’étranger ; et si l’accusé est déclaré coupable, elle veut qu’il soit vendu. Je dis donc que Nééra, ici présente, est étrangère, et je veux vous en donner la preuve précise.

Pseudo-Démosthène, Contre Nééra, entre 343 et 339 av. J.‑C.


1. Les thesmothètes sont des magistrats chargés de la justice.

2
Le procès contre Nééra, extrait 2 : les accusations contre Phanô (fille de Nééra)

Après avoir décrit le parcours de Nééra, Apollodore s’en prend à sa fille, Phanô. Il sous‑entend qu’elle aussi se serait prostituée.

Bientôt, ce même Stéphanos et cette même Nééra poussèrent encore plus loin l’audace et l’impudence […] ; ils jetèrent les yeux sur Théogène de Cothocides, désigné par le sort pour être archonte‑roi, homme d’une bonne naissance, mais pauvre et sans expérience des affaires. Stéphanos […] lui donna pour épouse cette créature, fille de Nééra, et la lui fiança comme étant sa propre fille. Voilà jusqu’où il a poussé le mépris des lois et de vous. Et cette femme a sacrifié pour vous, selon les rites mystérieux, au nom de la ville d’Athènes, elle a vu ce qu’elle ne devait pas voir étant étrangère. […] Elle a reçu le serment des prêtresses qui servent de ministres pour les cérémonies sacrées, […] elle a accompli, au nom de la ville d’Athènes, les rites de nos pères pour le service des dieux, rites nombreux, sacrés, mystérieux. Eh quoi ! ces choses que tous ne doivent pas entendre, peut‑on les faire accomplir, sans offenser les dieux, par la première venue, surtout par une femme comme celle‑là, ayant fait ce qu’elle a fait ?

Pseudo-Démosthène, Contre Nééra, entre 343 et 339 av. J.‑C.

3
La réforme de Périclès sur la citoyenneté (451‑450 av. J.‑C.)

La troisième année qui suivit, sous Antidotos1, à cause du nombre croissant de citoyens et sur la proposition de Périclès, on décida de ne pas laisser jouir de droits politiques quiconque ne serait pas né de deux citoyens.

Aristote, Constitution d’Athènes, v. 328 av. J.‑C.

1. Antidotos est l’archonte éponyme de 451‑450 av. J.‑C., c’est‑à‑dire le magistrat qui donne son nom à l’année.

4
L’idéal de la bonne épouse athénienne

Il est plus honnête pour la femme de rester à l’intérieur plutôt que de s’affairer au‑dehors ; et il est plus honteux pour l’homme de rester à l’intérieur que de s’occuper des affaires extérieures. [...] Tu devras rester à la maison, faire partir tous ensemble ceux des serviteurs dont le travail est au‑dehors ; il faudra surveiller ceux qui doivent travailler à la maison, recevoir ce que l’on apportera, distribuer ce que l’on devra dépenser, penser à l’avance ce qui devra être mis de côté et veiller à ne pas faire en un mois la dépense prévue pour une année. Quand on t’apportera de la laine, il faudra veiller à ce qu’on en fasse des vêtements pour ceux qui en ont besoin, veiller aussi à ce que le grain de la provision reste bon à manger. Parmi les tâches qui t’incombent, il en est toutefois une qui te paraîtra désagréable : lorsqu’un serviteur est malade, tu devras veiller à ce qu’il reçoive les soins nécessaires.

Xénophon, Économique, v. 362 av. J.‑C.

5
Stèle funéraire d'Hégéso, femme de Proscenos

Stèle funéraire d'Hégéso
Assise sur un fauteuil, Hégéso tend la main vers une boîte à bijoux.
Athènes, v. 410 av. J.-C., marbre, 158 × 160 cm, musée national d’archéologie, Athènes.

Questions

Voir les réponses

Analyser des documents

1. Relevez à qui s’adresse Apollodore. (Doc 1 et 2)

2. Datez et situez ces documents. (Doc. 3 et 5)

3. Soulignez en quoi Nééra et Phanô contreviennent aux lois et aux valeurs de la société athénienne. (Doc. 1, 2 et 4)


Rédiger un texte

4. Imaginez la réponse qu’aurait pu faire Nééra à ses accusateurs.
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?