Pronote
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Brevet

Sujet brevet 11

DYS

Nuit de guerre

Ferdinand, un narrateur bien singulier, raconte le dernier assaut allemand lors de la bataille de Verdun.
LA NUIT D’AVRIL 1915

À L. de C.-C1.

Le ciel est étoilé par les obus des Boches2
La forêt merveilleuse où je vis donne un bal
La mitrailleuse joue un air à triples-croches3
Mais avez-vous le mot
          Eh ! oui le mot fatal
Aux créneaux Aux créneaux Laissez là les pioches

Comme un astre éperdu qui cherche ses saisons
Cœur obus éclaté tu sifflais ta romance
Et tes mille soleils ont vidé les caissons4
Que les dieux de mes yeux remplissent en silence
Nous vous aimons ô vie et nous vous agaçons

Les obus miaulaient un amour à mourir
Un amour qui se meurt est plus doux que les autres
Ton souffle nage au fleuve où le sang va tarir5
Les obus miaulaient
          Entends chanter les nôtres
Pourpre amour salué par ceux qui vont périr

Le printemps tout mouillé la veilleuse l’attaque
Il pleut mon âme il pleut mais il pleut des yeux morts
Ulysse que de jours pour rentrer dans Ithaque
Couche-toi sur la paille et songe un beau remords6
Qui pur effet de l’art soit aphrodisiaque7
Mais
  orgues8
    aux fétus9 de la paille où tu dors
L’hymne de l’avenir est paradisiaque
Passerelle
Le jour de l’épreuve, vous pourrez parfois vous aider du corpus d’histoire-géographie pour comprendre le contexte de l’extrait. Retrouvez un tableau d’Otto Dix sur la violence de la guerre en sujet de brevet (chapitre 1 du manuel d’histoire géographie).
CACHER LES INFORMATIONS

Nuit de guerre

GUILLAUME APOLLINAIRE, Calligrammes, 1918.

Nuit de guerre
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

INFORMATIONS SUR LE DOCUMENT
}
DYS

Nuit de guerre

Ferdinand, un narrateur bien singulier, raconte le dernier assaut allemand lors de la bataille de Verdun.
1
LA NUIT D’AVRIL 1915

À L. de C.-C1.

Le ciel est étoilé par les obus des Boches2
La forêt merveilleuse où je vis donne un bal
La mitrailleuse joue un air à triples-croches3
Mais avez-vous le mot
          Eh ! oui le mot fatal
Aux créneaux Aux créneaux Laissez là les pioches

Comme un astre éperdu qui cherche ses saisons
Cœur obus éclaté tu sifflais ta romance
Et tes mille soleils ont vidé les caissons4
Que les dieux de mes yeux remplissent en silence
Nous vous aimons ô vie et nous vous agaçons

Les obus miaulaient un amour à mourir
Un amour qui se meurt est plus doux que les autres
Ton souffle nage au fleuve où le sang va tarir5
Les obus miaulaient
          Entends chanter les nôtres
Pourpre amour salué par ceux qui vont périr

Le printemps tout mouillé la veilleuse l’attaque
Il pleut mon âme il pleut mais il pleut des yeux morts
Ulysse que de jours pour rentrer dans Ithaque
Couche-toi sur la paille et songe un beau remords6
Qui pur effet de l’art soit aphrodisiaque7
Mais
  orgues8
    aux fétus9 de la paille où tu dors
L’hymne de l’avenir est paradisiaque
Se connecter

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?