Pronote
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Texte et image

Revue de presse sur les migrants

DYS

Un envoyé spécial

1
R
etrouvez des extraits du reportage de Martin Weill en Turquie, pour Le Petit Journal de Canal +, 7 septembre 2015.
Les textes principaux
  • . Un envoyé spécial
    3 questions associées
  • . Une vidéo explicative
    2 questions associées
  • . Deux articles se répondent
  • . Un éditorial
    LAURENT JOFFRIN
    6 questions associées
Les images
  • . L’information brute
    1 question associée
  • . « Une »
    5 questions associées
  • . « Une »
    5 questions associées
Éclairage
L’AFP (Agence France-Presse) est une agence de presse mondiale chargée de collecter, vérifier, recouper l’information, afin de la diffuser sous une forme neutre, fiable et utilisable directement par tous types de médias (radios, télévision, presse écrite, sites internet, réseaux sociaux) mais aussi par des grandes entreprises et administrations.
Passerelle géographie
Plus d’informations sur les migrations dans votre manuel d’histoire-géographie (géographie, chapitre 3).
  • 6
    . Un éditorial
    LAURENT JOFFRIN
    6 questions associées
DYS

Un éditorial

Un éditorial est un article généralement placé en première ou deuxième page du journal. Il donne l’opinion politique de l’éditorialiste et la ligne éditoriale de la rédaction : il est donc beaucoup plus engagé que les articles d’information.
1
«D
onnez-moi vos pauvres, vos exténués… »
  
Ce sont quelques vers gravés dans le bronze, au pied de la statue de la Liberté dont la torche se dresse haut dans le ciel, à l’entrée du Nouveau Monde. Ils sont extraits d’un poème écrit en 1883 par Emma Lazarus, fille d’une famille de juifs portugais installée à New York, révulsée par les pogroms1 russes et sûre que son pays serait le refuge des réprouvés2. « Donnez-moi vos pauvres, vos exténués, qui en rangs pressés aspirent à vivre libres. […] Envoyez-les moi, les déshérités, que la tempête m’apporte. J’élève ma lumière et j’éclaire la porte d’or ! »
  Les autorités américaines ont choisi cet hymne à l’accueil, à la compassion et à l’humanité pour donner une devise à la statue de Bartholdi, érigée en 1886 à l’initiative de républicains français. Elles y ont vu le symbole de leur nation, où se réfugiaient tant d’Européens chassés par la violence, la discrimination et la misère du Vieux Continent. L’Europe d’aujourd’hui, vers laquelle convergent aussi des légions de « pauvres et d’exténués », aura-t-elle le courage d’imiter l’Amérique ? Ou bien, en lieu et place de la Statue de la Liberté, construira-t-elle un autre monument : une clôture de barbelés surmontée d’un mirador ?
  Si l’on use de ce ton quelque peu solennel, c’est que l’Europe se trouve face à un tournant historique. Trois conflits où les pays du Nord ont été impliqués à divers titres, ceux d’Irak, de Syrie et de Libye, auxquels s’ajoutent les exactions3 d’une dictature implacable, celle d’Erythrée, ont jeté sur les routes de l’exil des millions de réfugiés, comme l’avait fait en son temps le conflit yougoslave. Ces hommes et ces femmes aux abois4 voient dans l’Europe démocratique le refuge qui leur permettra de reconstruire leur existence brisée. Jean-Christophe Dumont, spécialiste des migrations à l’OCDE5, évalue à plus d’un million le nombre de ces réprouvés qui frapperont cette année ou l’année prochaine à la porte du continent. Un chiffre réaliste, attesté par l’augmentation brutale des arrivées enregistrées depuis quelques mois, qui dépassent de loin celles constatées auparavant.
  Pessimiste, désabusé, rétracté par l’angoisse identitaire et le refus de l’avenir, le Vieux Continent peut choisir la fermeture. [...] Cette politique, qu’une grande partie de l’opinion réclame, nierait les valeurs mêmes de l’Union européenne.
  Elle nierait aussi bien… la réalité. Quoi qu’en disent les démagogues à la Le Pen, ces murs n’arrêteront pas des réfugiés prêts à risquer la mort pour les franchir, comme le font ceux qui s’embarquent sur des cercueils flottants pour rallier Kos ou Lampedusa6. Il faudra dépenser des milliards pour barricader l’Europe, tout en comptabilisant froidement le nombre des noyés hebdomadaires.
  Il existe une autre politique, plus conforme aux chartes7 dont on se réclame et dont le coût financier ne serait guère supérieur. Ouvrir les frontières sans conditions ? Certainement pas. Mais organiser et réguler l’accueil. [...] Chassés de chez eux par la violence, ces arrivants n’ont d’autre but que de se faire une petite place au soleil. Nombre d’entre eux, comme le montre le précédent yougoslave, retourneront dans leur pays une fois la paix civile revenue. Réaliste et humaine, cette politique que préconisent nombre d’experts qui n’ont rien d’utopistes échevelés8 est la seule conforme aux valeurs qui nous réunissent, autant qu’à la logique du monde contemporain.
DYS

Un éditorial

Question 1

DOC 6

Énoncé
a) À quoi le titre de l’éditorial fait-il référence ? b) À quelle période et à quel contexte historique l’éditorialiste compare-t-il l’arrivée des migrants en Europe ?

Question 2

DOC 6

Énoncé
a) Comment sont décrits les migrants ? Citez au moins trois groupes nominaux qui font référence aux réfugiés. b) Comment définiriez-vous le point de vue de l’éditorialiste sur ces personnes ?

Question 3

DOC 6

Énoncé
a) Quelle est la définition du mot « monument » (l. 14) ? b) Comparez cette définition au monument dont parle L. Joffrin.

Question 4

DOC 6

Énoncé
Commentez l’expression « cercueils flottants » (l. 28). Quel est le registre employé ?

Question 5

DOCS 5, 6

Énoncé
a) À quelle opinion politique s’oppose l’éditorialiste ? Justifiez votre réponse en citant le texte. Résumez les deux positions avec vos propres mots. b) À quelle une (p. 177) associeriez-vous plutôt chacune de ces opinions ?

Question 6

DOC 6

Énoncé
Relevez des marques du registre didactique (qui cherche à informer) et expliquez l’objectif de cet éditorial.
Se connecter

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.