Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Expression écrite
P.92

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

Expression écrite


Expression écrite




Voir les réponses

Exercice 1

J’imagine un dialogue à partir d’un tableau

Consigne
Rédigez un dialogue à partir du tableau proposé. Vous pouvez vous aider de l'extrait de Jules Vallès. ()



Séparation

Voir les réponses
Voir les réponses

Exercice 2

Je prends une décision suite à un conflit

Un violent conflit vient de vous opposer à un membre de votre entourage. 

Consigne
Rédigez un texte de vingt à trente lignes qui exprimera le chemin de vos pensées jusqu’à une prise de décision.

Voir les réponses
Voir les réponses

Exercice 3

J’imagine une suite de texte

Consigne
Imaginez la suite du voyage jusqu’à l’ouverture des portes du camion.

« Arrête tes bobards, coupa l’Africain qui ne croyait pas un seul instant l’histoire abracadabrante de l’Indien. Nous sommes dans le même bateau.
– Dans le même camion…, rectifia l’autre à voix basse. »


R. Puértolas, L’Extraordinaire Voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire IKEA, Le Dilettante, 2013.


Voir les réponses
Voir les réponses

Exercice 4

Je transpose un dialogue romanesque en dialogue théâtral

Consigne
Transformez ce dialogue en scène de théâtre.

Deux époux se disputent.

– Daignerez-vous m’apprendre, madame, lui dit-il, où vous avez passé la matinée et peut-être la nuit ? 
Ce peut-être apprit à madame Delmare que son absence avait été signalée assez tard. Son courage s’en augmenta.
– Non, monsieur, répondit-elle, mon intention n’est pas de vous le dire.
Delmare verdit de colère et de surprise.
– En vérité, dit-il d’une voix chevrotante, vous espérez me le cacher ?
– J’y tiens fort peu, répondit-elle d’un ton glacial. Si je refuse de vous répondre, c’est absolument pour la forme. Je veux vous convaincre que vous n’avez pas le droit de m’adresser cette question.
– Je n’en ai pas le droit, mille couleuvres ! Qui donc est le maître ici, de vous ou de moi ? qui donc porte une jupe et doit filer une quenouille ? Prétendez-vous m’ôter la barbe du menton ? Cela vous sied bien, femmelette !
– Je sais que je suis l’esclave et vous le seigneur. La loi de ce pays vous a fait mon maître. [...] Vous avez le droit du plus fort, et la société vous le confirme ; mais sur ma volonté, monsieur, vous ne pouvez rien.


G. Sand, Indiana, 1832.


Voir les réponses