Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Langue
P.37

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

Littérature langue


Langue




Voir les réponses

Exercice 1 : Grammaire

Je révise la fonction d’épithète au sein du groupe nominal

J’avais déjà près de neuf ans lorsque je tombai amoureux pour la première fois. Je fus tout entier aspiré par une passion violente, totale, qui m’empoisonna complètement l’existence et faillit même me coûter la vie.
Elle avait huit ans et elle s’appelait Valentine. [...] C’était une brune aux yeux clairs, admirablement faite, vêtue d’une robe blanche et elle tenait une balle à la main.


R. Gary, La Promesse de l’aube, Gallimard, 1973.


Consigne
Indiquez pour chaque épithète soulignée le nom commun auquel elle se rapporte.

Voir les réponses
Voir les réponses

Exercice 2 : Grammaire

Je révise la notion de groupe adjectival  

Dans la courte description de Valentine, deux éléments sont soulignés. Tous deux accompagnent un adjectif qualificatif pour former deux groupes adjectivaux distincts.

C’était une brune aux yeux clairs, admirablement faite, vêtue d’une robe blanche et elle tenait une balle à la main.


R. Gary, La Promesse de l’aube, Gallimard, 1973.


1
Quelle est la classe grammaticale du premier élément souligné ? Quel adjectif accompagne-t-il ?



2
Quelle est la classe grammaticale et la fonction au sein du groupe adjectival du deuxième élément ? Quel adjectif accompagne-t-il ?



Voir les réponses
Voir les réponses

Exercice 3 : Grammaire

Je poursuis mon travail sur l’adjectif qualificatif

1
Relevez tous les adjectifs qualificatifs. Sont-ils épithètes ou attributs du sujet ?

a) Julien n’avait jamais vu un être aussi bien vêtu et surtout une femme avec un teint si éblouissant, lui parler d’un air doux. Mme de Rênal regardait les grosses larmes, qui s’étaient arrêtées sur les joues si pâles d’abord et maintenant si roses de ce jeune paysan.


Stendhal, Le Rouge et le Noir, 1830.


b) M. de Nemours fut tellement surpris de sa beauté que, lorsqu’il fut proche d’elle, et qu’elle lui fit la révérence, il ne put s’empêcher de donner des marques de son admiration.


Mme de Lafayette, La Princesse de Clèves, 1678.




2
Relevez ensuite les noms communs auxquels ils se rapportent, si, du moins, ils se rapportent à un nom.



3
Enfin, Relevez les groupes prépositionnels (compléments de l’adjectif), et les adverbes qui accompagnent les adjectifs qualificatifs.

Voir les réponses
Voir les réponses

Exercice 4 : Conjugaison

Je conjugue aux temps du récit

Consigne
Conjuguez les formes verbales au temps indiqué.

Son amour (croitre, imparfait) . Il en (rêver, imparfait)  toutes les nuits. Et puis il lui (arriver, plus-que-parfait)  un bonheur inespéré, huile sur le feu, redoublement de ténèbres dans ses yeux. Un soir, il (trouver, plus-que-par-fait)  sur le banc que M. Leblanc et sa fille (venir, imparfait)  de quitter, un mouchoir, un mouchoir tout simple et sans broderie, mais blanc, fin, et qui lui (paraitre, passé simple)  exhaler des senteurs ineffables. Il (s’en emparer, passé simple)  avec transport. [...] Il (baiser, passé simple)  le mouchoir, l’(aspirer, passé simple) , le (mettre, passé simple)  sur son cœur, sur sa chair, pendant le jour, et la nuit sous ses lèvres pour s’endormir. [...] Ce mouchoir (être, imparfait)  au vieux monsieur qui l’(laisser, plus-que-parfait)  tout bonnement tomber de sa poche.

V. Hugo, Les Misérables, 1862.
Voir les réponses
Voir les réponses

Exercice 5 : Conjugaison

Je révise les formes verbales en -ant

1
Relevez les formes verbales en -ant du texte suivant.

Marius restait sur son banc et n’approchait pas. [...] Voyant que Marius ne venait point à elle, elle alla à lui. [...] Et puis, chose bizarre, le premier symptôme de l’amour vrai chez un jeune homme, c’est la timidité, chez une jeune fille, c’est la hardiesse. C’est étonnant et rien n’est plus simple pourtant. [...] Ce jour-là, le regard de Cosette rendit Marius fou, le regard de Marius rendit Cosette tremblante. Marius s’en alla confiant, et Cosette inquiète. À partir de ce jour, ils s’adorèrent.


D'après V. Hugo, Les Misérables, 1862.




2
Classez-les selon qu’il s’agit d’adjectif verbal ou de participe présent.

Adjectif verbal Participe présent


3
Insérez dans le texte une phrase de votre imagination : celle-ci doit contenir un gérondif (en + part. présent).

Voir les réponses

Les Misérables

Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.