Cyclades
Rejoignez la communauté !
Co-construisez les ressources dont vous avez besoin et partagez votre expertise pédagogique.
Thème 1 : Se chercher, se construire
Ch. 1
Les grandes découvertes : vers un nouveau monde
Ch. 2
Moby Dick : sur les traces d'une baleine mythique
Ch. 3
Dire toutes les nuances de l'amour
Ch. 4
Roméo et Juliette, une tragédie amoureuse adaptée au cinéma
Ch. 5
Se raconter, se représenter
Ch. 6
Romain Gary, La Promesse de l'aube
Thème 2 : Vivre en société, participer à la société
Ch. 7
Bandes de jeunes !
Ch. 8
En famille : Molière : Le malade imaginaire
Ch. 9
Les valeurs : du dialogue à la confrontation
Ch. 10
Le Cid entre amour, honneur et devoir
Ch. 11
L'habit fait-il le moine ?
Thème 3 : Regarder le monde, inventer des mondes
Ch. 12
La magie des Mille et Une Nuits
Ch. 13
Territoires imaginaires
Ch. 14
Aux frontières du réel
Ch. 15
Germinal, un roman et un film
Ch. 16
Nuits lyriques
Ch. 17
Le monde moderne en poésie
Thème 4 : Agir sur le monde
Ch. 18
Héros d'hier, héros d'aujourd'hui
Ch. 19
L'information, des textes aux médias
Ch. 20
Dénoncer la guerre : Mémoires d'un rat de Pierre Chaine
Ch. 21
Antigone : Une voix face au pouvoir
Ch. 22
Sommes-nous maitres de la nature ?
Ch. 23
La ville entre chien et loup
Ch. 24
D'un étonnement à un autre
La langue au cycle 4
Lexique
Grammaire
Conjugaison
Orthographe
Méthode
EPI
Grammaire
Fiche grammaire 25

Les paroles rapportées

Réviser

Exercice 1

Le témoin affirme qu'il a vu les cambrioleurs s'enfuir en courant la veille au soir.

1. Repérez le verbe de parole.

2. Réécrivez cette phrase en faisant apparaitre les paroles du témoin telles qu'il les a prononcées.

3. Réécrivez cette phrase en commençant par : « Le témoin affirma… ». Quel changement avez-vous dû faire ?

Leçon

Les paroles rapportées directement : le discours direct

Les paroles des personnages sont rapportées telles qu'elles ont été prononcées , ce qui donne l'impression d'assister à la scène , la rend plus vivante, plus authentique.
  • Jules dit :« J'ai envie d'aller au cinéma. – Oh ! Je viens avec toi ! », s'exclama Élodie.
  • Des guillemets encadrent (en général) les paroles pour les distinguer du récit . Au sein d'un dialogue, chaque changement de locuteur est introduite par un tiret.
  • Des verbes de parole (dire, s'exclamer, rétorquer, etc.) relient les paroles des personnages au récit. Ils peuvent être placés :
  • avant les paroles : ils sont alors suivis de deux points (Jules dit :) ;
  • au milieu ou à la suite des paroles : le sujet est alors inversé et le verbe ne prend pas de majuscule.
    • « Oh ! Je viens avec toi ! », s'exclama Élodie.

Remarque
  • La présentation d'un texte de théâtre est particulière.
    • ÉLODIE, enthousiaste et pleine d'espoir. – Je viens avec toi !

Les paroles rapportées indirectement : le discours indirect

Le narrateur intègre les paroles des personnages au récit , sous forme de propositions subordonnées , ou de groupes verbaux à l'infinitif (Il demande à la voir ).
  • Cela permet de ne pas interrompre le récit , mais rend la scène moins vivante et moins authentique puisque le narrateur reformule les paroles.
    • Jules dit qu'il avait envie d'aller au cinéma. Élodie s'exclama qu'elle venait avec lui.
  • Il n'y a ni guillemets ni tirets , puisque les paroles font partie du récit.
  • De plus, des modifications sont nécessaires pour intégrer les paroles au récit :
    • Dans un récit au passé, les verbes suivent la règle de la concordance des temps.
    • Les marques de 1re et 2e personnes deviennent des marques de 3e personne .
    • Les indications de temps et de lieu sont modifiées :
      • demain : le lendemain 
      • hier : la veille
      • près d'ici : près de l'endroit où ils se trouvaient.
    • Les marques de langage oral (interrogations directes, exclamations, interjections, niveau de langage familier) disparaissent .  
      •  – Ouais, enfin tu sais pas encore quel film je veux voir… :
        Jules rétorqua qu'elle ne savait pas encore quel film il voulait voir.


(Voir p. 312 pour ,
et p. 250 pour )

Le discours indirect libre

Le discours indirect libre mêle des caractéristiques du discours direct et du discours indirect. Il donne l'impression d'accéder directement aux pensées des personnages .
  • Élodie était surprise. Quoi ? Jules irait au cinéma sans elle ?
  • Il n'y a pas de verbe introducteur ni de mot subordonnant . Mais il n'y a pas non plus de guillemets ni de tirets.
  • Il conserve du discours direct les marques d'oralité : interrogations directes, exclamations, interjections, niveau de langage familier.
  • Il conserve du discours indirect la concordance des temps , les indicateurs de temps  et de lieu du récit , et la 3e personne .

Vérifier

Exercice 2
Ai-je bien compris la leçon ?

1. Au discours direct, les paroles des personnages sont rapportées telles qu'elles sont prononcées.



2. Au discours direct, on peut avoir :




3. Au discours indirect libre, on peut avoir :


S'exercer

Exercice 3

Dans les phrases suivantes, relevez les paroles rapportées et précisez si elles sont rapportées au discours direct, indirect ou indirect libre. Justifiez votre réponse.

1. « Où pars-tu si vite ? » lui demanda sa mère.
2. Mince à la fin ! Pourquoi son fils ne lui répondait-il pas ? Elle ne savait plus comment s'y prendre avec lui.
3. Une fois dehors, Damien confia à Sonia qu'il ne supportait plus les interrogatoires de sa mère.
4. « C'est toujours les mêmes questions dès que je veux prendre l'air ! » se plaignit-il.
5. « Pareil chez moi ! » lui répondit Sonia.
6. Damien affirma que si cela continuait, il finirait par ne plus rentrer chez lui.
7. Sonia restait pensive. Et s'ils partaient tous les deux, juste tous les deux, pour de bon, pour toujours ? Et ils ne remettraient plus jamais les pieds dans cette banlieue pourrie.

Exercice 4

Je connais le rôle de la ponctuation

Réécrivez le texte suivant en corrigeant la mise en page et les erreurs de ponctuation.

Inquiet de ne pas l'entendre revenir il cria le nom de son fils Maurice !
Maurice tu es là ? fit à son tour sa femme.
Leur fils Maurice était parti depuis plus d'une heure chercher du bois dans la forêt, et la nuit s'était mise à tomber, les parents, inquiets, emmitouflés dans leur duvet, sous la tente, se demandaient,
Mais où est-il passé ?
« Peut-être a-t-il rencontré d'autres campeurs ? » : supposa le père.
Peut-être est-il tombé nez à nez avec un ours ! exagéra la mère, agacée par le fait que son mari ne parte pas à la recherche de leur fils.
– « Tu exagères toujours… et pourquoi pas Godzilla, tant qu'on y est !? » lui répondit son mari.

Exercice 5

Indiquez à quel sentiment renvoie chacune des listes de verbes de parole : peur, colère, mauvaise humeur, tristesse, joie, enthousiasme, étonnement, certitude, doute.

1. Hésiter – hasarder – essayer.
2. S'agacer – vitupérer – s'impatienter.
3. Hurler – crier – rugir – tempêter.
4. Insister – affirmer – assurer – souligner.
5. Marmonner – grommeler – ronchonner.
6. Exulter – s'esclaffer – pouffer.
7. S'étonner – demander – s'enquérir – interroger.

Exercice 6

Je connais les différences syntaxiques entre l'oral et l'écrit

a. Choisissez un verbe de parole dans chacune des listes de l'exercice précédent et employez-le dans une phrase qui contient des paroles rapportées directement.
b. Réécrivez ces phrases au discours indirect lorsque cela est possible.

Exercice 7

Rétablissez la ponctuation du dialogue dans cet extrait.

Monsieur dit Athos en le lâchant vous n'êtes pas poli. On voit que vous venez de loin. D'Artagnan avait déjà enjambé trois ou quatre degrés, mais à la remarque d'Athos il s'arrêta court. Morbleu, monsieur ! dit-il de si loin que je vienne, ce n'est pas vous qui me donnerez une leçon de belles manières, je vous préviens. Peut-être dit Athos. Ah ! si je n'étais pas si pressé s'écria d'Artagnan et si je ne courais pas après quelqu'un… Monsieur l'homme pressé, vous me trouverez sans courir, moi, entendez-vous ? Et où cela, s'il vous plaît ? Près des Carmes-Deschaux. À quelle heure ? Vers midi. Vers midi, c'est bien, j'y serai. Tâchez de ne pas me faire attendre, car à midi un quart je vous préviens que c'est moi qui courrai après vous et vous couperai les oreilles à la course. Bon ! lui cria d'Artagnan ; on y sera à midi moins dix minutes. Et il se mit à courir comme si le diable l'emportait, espérant retrouver encore son inconnu, que son pas tranquille ne devait pas avoir conduit bien loin.
A. Dumas
Les Trois Mousquetaires, 1844.

Exercice 8

Conjuguez les verbes entre parenthèses au temps et au mode qui conviennent, en prenant garde au temps du verbe de parole, afin de respecter la concordance des temps.

1. Ce matin, le journaliste a annoncé qu'il (faire) beau toute la journée.
2. Ils se demandèrent s'ils (aller) à la plage ce weekend-là
3. Mon grand-père me recommandait toujours de (profiter) de ma jeunesse !
4. En rentrant hier soir, mon père a déclaré qu'il (passer) une excellente journée.
5. Vous disiez qu'à cette époque-là, vous (aimer) encore voyager.

Exercice 9

Réécrivez ces phrases au discours indirect. N'hésitez pas à ajouter des verbes de parole. Vous pouvez vous aider du tableau de concordance des temps ().

1. L'inconnu interpela la jeune femme : « On ne s'est pas déjà rencontrés ? »
2. L'actrice, qui connaissait par cœur le texte du scénario, lui répliqua : « Il est inutile de vous fatiguer, je ne suis pas dupe ! »
3. Mais l'homme poursuivit en affirmant, charmeur : « J'ai été ravi de vous revoir. »
4. La jeune femme, intriguée malgré tout, revint sur ses pas et s'excusa : « Peutêtre me suis-je trompée... »
5. Puis elle lui demanda : « Comment vous appelez-vous ? »

Exercice 10

Lisez le texte suivant puis répondez aux questions.


Il voulait embarquer sur la fusée à destination de Mars. Tôt le matin, il se rendit à la piste de lancement et, à travers le grillage, cria aux hommes en uniforme qu'il voulait partir pour Mars. Ayant fait valoir sa qualité de contribuable, il dit qu'il s'appelait Pritchard et qu'il avait le droit d'aller sur Mars. N'était-il pas né ici même, dans l'Ohio ? N'était-il pas un bon citoyen ? Alors pourquoi lui aussi ne pourrait-il pas aller sur Mars ? Il brandit les poings vers eux et leur dit qu'il voulait quitter la Terre. N'importe quelle personne sensée voulait quitter la Terre. Un vaste conflit nucléaire allait y éclater dans les deux ans, et il ne voulait pas être là quand la chose se produirait. [...]
On lui dit de se taire.
Il vit les hommes qui se dirigeaient vers la fusée.
« Attendez-moi ! cria-t-il. Ne me laissez pas sur ce monde affreux, il faut que je m'en aille. Il va y avoir une guerre nucléaire ! Ne me laissez pas sur la Terre ! »
R. Bradbury
Chroniques martiennes, 1950.

Ex. 13 La planète Mars
Le zoom est accessible dans la version Premium.
Crédits : Aphelleon/shutterstock

La planète Mars.

1. Relevez les paroles rapportées dans le premier paragraphe. Mettez entre crochets celles au discours indirect et entre parenthèses celles au discours indirect libre.

2. Retranscrivez ces paroles au discours direct.

3. Retranscrivez au discours indirect les paroles du dernier paragraphe, en introduisant chaque phrase par un verbe de parole différent.

Exercice 11

Relevez toutes les paroles rapportées au discours indirect libre et justifiez votre réponse.

Claude Lantier est peintre. Il se promène dans Paris en compagnie de ses amis artistes, avec lesquels les conversations sont toujours animées.

Hors de lui, Claude traita Jory de crétin : est-ce qu'il ne valait pas mieux détruire cette oeuvre que de la livrer médiocre ? Oui, c'était dégoûtant ce bas intérêt de commerce ! De leur côté, Sandoz et Mahoudeau parlaient à la fois, très fort. Des bourgeois, inquiets, tournaient la tête, finissaient par s'attrouper autour de ces jeunes gens furieux, qui semblaient vouloir se mordre. Puis, les passants s'en allèrent, vexés, croyant à une farce, lorsqu'ils les virent brusquement, très bons amis, s'émerveiller ensemble, au sujet d'une nourrice vêtue de clair, avec de longs rubans cerise. Ah ! sacré bon sort, quel ton ! c'est ça qui fichait une note ! Ravis, […], ils suivaient la nourrice […].
É. Zola
L'OEuvre, 1886.

Exercice 12

Lisez le texte suivant puis répondez aux questions.


L'action se déroule au Congo.
Je ne sais plus la suite.
Mais on a tant de fois commenté l'événement que je peux reconstituer la scène.
J'ai dû glisser, et toute la famille est accourue en même temps, répondant à mes cris. Olouomo fut la première à me porter secours. Ma mère m'a pris dans ses bras et a appelé à l'aide. On lui avait tué son fils. On le lui avait tué, hé ! On eût dit une chanson rituelle au rythme des sanglots. Le Commandant1 est intervenu sans un mot : il m'a arraché des bras de ma mère et a élevé la voix. Ngalaha2 a hurlé de plus belle. Gronder un enfant ! Gronder un enfant qui s'est fait mal !
H. Lopes
Le Chercheur d'Afriques, 1990.

1. Le père du narrateur, médecin militaire français.
2. Ngalaha est le prénom de la mère du narrateur.

1. Qui prononce les paroles rapportées dans ce passage ?

2. Relevez ces paroles rapportées et dites de quelle manière elles sont rapportées.

Écrire

Exercice 13

Imaginez la suite du texte de l'exercice 10 : l'un des gardes en uniforme répond à l'homme qui souhaite aller sur Mars. Vous alternerez discours indirect (entre crochets) et discours indirect libre (entre parenthèses).

Une erreur sur la page ? Une idée à proposer ?

Nos manuels sont collaboratifs, n'hésitez pas à nous en faire part.

Oups, une coquille

j'ai une idée !

Nous préparons votre pageNous vous offrons 5 essais
collaborateur

collaborateurYolène
collaborateurÉmilie
collaborateurJean-Paul
collaborateurFatima
collaborateurSarah

Premium activé


5
essais restants
Utilisation des cookies
Lors de votre navigation sur ce site, des cookies nécessaires au bon fonctionnement et exemptés de consentement sont déposés.