Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Expression orale
P.299

Expression orale


Expression orale




Voir les réponses

Exercice 1

J'explique oralement la signification du nom d'un personnage

1
En groupe, sur de petits papiers, chaque élève note le nom de trois personnages de Germinal. À tour de rôle, les élèves tirent un papier et doivent dire à quoi leur fait penser ce nom.



2
Parmi les explications proposées, le groupe élit trois noms à présenter à la classe.

Voir les réponses

Exercice 2

J'improvise un dialogue

1
Choisissez une situation dans laquelle un nouveau venu interroge un ancien.



2
Définissez quelques traits de caractère de ces deux personnages. Improvisez ensuite ce dialogue.

Voir les réponses

Exercice 3

Je lis un discours de façon expressive

Consigne
Choisissez un passage du texte suivant et entrainez-vous à le lire comme si vous deviez enthousiasmer une foule.

Pour protester contre une baisse de leur salaire, les mineurs se sont mis en grève. Mais après deux mois, rien n’a changé, et certains estiment qu’il faut reprendre le travail. Étienne n’est pas de cet avis. Galvanisé par la présence de la belle Catherine, il s’adresse à la foule.

  Camarades, vous avez entendu, voilà un de nos anciens, voilà ce qu’il a souffert et ce que nos enfants souffriront, si nous n’en finissons pas avec les voleurs et les bourreaux.
  Il fut terrible, jamais il n’avait parlé si violemment. D’un bras, il maintenait le vieux Bonnemort, il l’étalait comme un drapeau de misère et de deuil, criant vengeance. En phrases rapides, il remontait au premier Maheu, il montrait toute cette famille usée à la mine, mangée par la Compagnie, plus affamée après cent ans de travail ; et, devant elle, il mettait ensuite les ventres de la Régie, qui suaient l’argent, toute la bande des actionnaires entretenus comme des filles depuis un siècle, à ne rien faire, à jouir de leur corps. N’était-ce pas effroyable ? un peuple d’hommes crevant au fond de père en fils, pour qu’on paie des pots-de-vin à des ministres, pour que des générations de grands seigneurs et de bourgeois donnent des fêtes ou s’engraissent au coin de leur feu ! Il avait étudié les maladies des mineurs, il les faisait défiler toutes, avec des détails effrayants : l’anémie, les scrofules, la bronchite noire, l’asthme qui étouffe, les rhumatismes qui paralysent. Ces misérables, on les jetait en pâture aux machines, on les parquait ainsi que du bétail dans les corons, les grandes Compagnies les absorbaient peu à peu, réglementant l’esclavage, menaçant d’enrégimenter tous les travailleurs d’une nation, des millions de bras, pour la fortune d’un millier de paresseux. Mais le mineur n’était plus l’ignorant, la brute écrasée dans les entrailles du sol. Une armée poussait des profondeurs des fosses, une moisson de citoyens dont la semence germait et ferait éclater la terre, un jour de grand soleil. Et l’on saurait alors si, après quarante années de service, on oserait offrir cent cinquante francs de pension à un vieillard de soixante ans, crachant de la houille, les jambes enflées par l’eau des tailles. Oui ! le travail demanderait des comptes au capital, à ce dieu impersonnel, inconnu de l’ouvrier, accroupi quelque part, dans le mystère de son tabernacle, d’où il suçait la vie des meurt-de-faim qui le nourrissaient ! On irait là-bas, on finirait bien par lui voir la face aux clartés des incendies, on le noierait sous le sang, ce pourceau immonde, cette idole monstrueuse, gorgée de chair humaine !
  Il se tut, mais son bras, toujours tendu dans le vide, désignait l’ennemi, là-bas, il ne savait où, d’un bout à l’autre de la terre. Cette fois, la clameur de la foule fut si haute, que les bourgeois de Montsou l’entendirent et regardèrent du côté de Vandame, pris d’inquiétude à l’idée de quelque éboulement formidable. Des oiseaux de nuit s’élevaient au-dessus des bois, dans le grand ciel clair.
  Lui, tout de suite, voulut conclure.
  – Camarades, quelle est votre décision ?… Votez-vous la continuation de la grève ?
  – Oui ! oui ! hurlèrent les voix.
  – Et quelles mesures arrêtez-vous ?… Notre défaite est certaine, si des lâches descendent demain.
  Les voix reprirent, avec leur souffle de tempête :
  – Mort aux lâches !


ÉMILE ZOLA, Germinal, partie IV, chapitre 7, 1885.


Voir les réponses

Exercice 4

En groupe, je présente le résultat de mes recherches

Consigne
Choisissez l'un des sujets suivants et préparez un exposé sur ce sujet, que vous présenterez à la classe.
  • Le travail des enfants en france : en quoi consistait-il ? Quand a-t-il été interdit ? 
  • Le travail des enfants dans le monde : en quoi consiste-t-il ? où est-il pratiqué ? où est-il interdit et pourquoi ?
  • Les mines dans le monde : où sont-elles principalement situées (sur une carte) ? Qu’en extrait-on ? Quelles sont les entreprises qui les exploitent ? 
  • Les conditions de travail des mineurs dans le monde : quelles sont-elles ? 
  • La pollution engendrée par les mines : en quoi consiste-t-elle ? 
  • Les grandes catastrophes minières du XXe siècle : que s’est-il passé ? 
  • Les grandes grèves du XXe siècle en france : date, secteurs concernés, motifs, résolution (qui a obtenu gain de cause ?). 
  • La reconversion des mines en france : que deviennent les anciens lieux miniers ?
  • L’habitat ouvrier : quelles formes a-t-il pris en france ? 
  • Sebastião Salgado, reportage dans la mine d’or de Serra pelada : quelle image de la mine ce photographe nous donne-t-il ? 
  • L’œuvre de Ken loach : quels en sont les thèmes récurrents ? en quoi est-ce un réalisateur engagé ?
  • Pierre Bachelet, « les Corons » : quel rôle cette chanson tient-elle dans le nord ? 
  • Le chanteur Renaud : sur quels thèmes a-t-il écrit des chansons engagées ou contestataires ?  

Voir les réponses

Exercice 5

Je participe au procès d'Étienne

Consigne
Imaginez qu’un gendarme, en observant le corps de Chaval, comprend que sa mort n’est pas accidentelle. Étienne est jugé. En classe entière, organisez son procès. Quel sera le verdict ?

Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.