Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Comment résister à une infection prolongée ?
P.172-173

Activité enquête


Comment résister à une infection prolongée ?




Compétence

Représenter des données sous la forme d'un schéma.

Votre mission

Lisa se demande pourquoi tant de gens portent le virus de la mononucléose et pourquoi certaines personnes n’arrivent pas à se défendre contre ce virus. On lui a dit que ces personnes ne produisaient pas assez d’anticorps propres à cette maladie dans leur sang. À partir des documents, expliquez-lui sous la forme d’un schéma d’où viennent les anticorps, leur rôle dans la défense immunitaire et dans quel cas on peut les utiliser pour soigner des personnes.

Activer la défense de l'organisme

Doc. 1
Le Baiser de Gustave Klimt, 1908, musée du Belvédère, Vienne.

La réaction immunitaire innée est une première ligne de défense qui arrête la plupart des infections. Parfois, elle n’est pas suffisante et l’infection persiste. Dans le cas de la mononucléose, ou « maladie du baiser », l’infection est due à un virus contenu dans la salive. 90 % des personnes sont infectées et ne développent aucune complication. Dans de rares cas, des symptômes grippaux apparaissent pendant une à deux semaines puis la fatigue persiste pendant plusieurs mois.

<stamp theme='svt-green1'>Doc. 1</stamp> Le Baiser de Gustave Klimt, 1908, musée du Belvédère, Vienne.

La découverte d'un mécanisme de l'immunité


Doc. 2
Les expériences d’Émile Adolf von Behring.

<stamp theme='svt-green1'>Doc. 2</stamp> Les expériences d’Émile Adolf von Behring.

Le médecin von Behring (1854-1917) a découvert un des mécanismes de l’immunité.


Doc. 3
La composition du sang.

<stamp theme='svt-green1'>Doc. 3</stamp> La composition du sang.

Le sérum contient notamment des anticorps qui sont produits par certains lymphocytes, un type de globules blancs.

L'action et l'utilisation des anticorps


Doc. 4
Les résultats d’un contrôle vétérinaire de troupeaux de vaches.

<stamp theme='svt-green1'>Doc. 4</stamp> Les résultats d’un contrôle vétérinaire de troupeaux de vaches.

Un test est réalisé pour détecter la présence des bactéries à l’origine d’intoxications alimentaires graves grâce à des sérums. Le vétérinaire place une goutte de sang d’un animal en présence de sérum anti-listeria ou du sérum anti-salmonelle. Le test est positif quand une réaction d’agglutinationse produit. Le sérum anti-bactérie X a alors reconnu la bactérie X, présente dans le sang.


Doc. 5
Des outils d’interprétation de la manipulation.

<stamp theme='svt-green1'>Doc. 5</stamp> Des outils d’interprétation de la manipulation.

Les sérums utilisés pour mettre en évidence la présence de salmonelle ou de listéria ont été produits à partir d’autres animaux infectés. Chaque sérum contient un seul type d’anticorps schématisé ici.

Doc. 6
Produire des anticorps et les utiliser comme traitement.

« Nous savons aujourd’hui produire des anticorps en laboratoire, comme le font normalement nos propres lymphocytes B après avoir reconnu un microorganisme pathogène. Ces anticorps pourraient donc être utilisés pour renforcer les défenses immunitaires d’un patient. Ce type de traitement est déjà utilisé pour lutter contre certains cancers. Il devrait se développer pour lutter contre les maladies infectieuses telles que les infections virales par le virus d’immunodéficience humaine (VIH) qui n’ont pas encore de traitements définitifs. La haute spécificité des anticorps pour un antigène particulier et leur faible toxicité en font des traitements potentiels prometteurs. Ils permettent à la fois de neutraliser un microorganisme, c’est-à-dire d’empêcher sa multiplication en se fixant dessus et de faciliter le mécanisme de phagocytose. »

« Immunoprophylaxie des infections respiratoires », C. Drieffer, Médecine/sciences, novembre 2004.

Un lymphocyte NKT attaquant une cellule cancéreuse


J’ai réussi cette enquête si j’ai :

  • Expliqué l’origine des anticorps.
  • Schématisé l’action des anticorps sur un microorganisme.
  • Décrit quelques utilisations possibles des anticorps.

Vocabulaire

Une agglutination : réaction qui se produit entre un anticorps et l’antigène qu’il reconnait.
Un anticorps : molécule produite par les lymphocytes B.
Un antigène : molécule caractéristique d’un microorganisme et reconnue par un anticorps.
Un lymphocyte B : leucocyte s’attaquant spécifiquement à un microorganisme.
Un sérum : partie liquide du sang contenant les anticorps et les autres molécules produites par les cellules du sang.
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.