Séquence 6
Lecture 1/9

L'arrivée à Paris

Parcours de lecture - Émile Zola, Au bonheur des dames, 1883

14 professeurs ont participé à cette page
Ressource affichée de l'autre côté.
Faites défiler pour voir la suite.

Comment Zola présente‑t‑il son personnage principal ?

Ressource affichée de l'autre côté.
Faites défiler pour voir la suite.
Objectif : découvrir le personnage de Denise.
Ressource affichée de l'autre côté.
Faites défiler pour voir la suite.

Texte

Cet extrait correspond à l'incipit du roman. Denise, jeune fille venue de sa Normandie natale, arrive à Paris avec ses jeunes frères, après la mort de leurs parents, pour vivre chez leur oncle Baudu. Elle espère trouver un travail pour subvenir à leurs besoins.

Denise était venue à pied de la gare Saint‑Lazare, où un train de Cherbourg l'avait débarquée avec ses deux frères, après une nuit passée sur la dure banquette d'un wagon de troisième classe. Elle tenait par la main Pépé, et Jean la suivait, tous les trois brisés du voyage, effarés et perdus au milieu du vaste Paris, le nez levé sur les maisons, demandant à chaque carrefour la rue de la Michodière, dans laquelle leur oncle Baudu demeurait. Mais, comme elle débouchait enfin sur la place Gaillon, la jeune fille s'arrêta net de surprise.

– Oh ! dit‑elle, regarde un peu, Jean ! Et ils restèrent plantés, serrés les uns contre les autres, tout en noir, achevant les vieux vêtements du deuil de leur père. Elle, chétive1 pour ses vingt ans, l'air pauvre, portait un léger paquet ; tandis que, de l'autre côté, le petit frère, âgé de cinq ans, se pendait à son bras, et que, derrière son épaule, le grand frère, dont les seize ans superbes florissaient, était debout, les mains ballantes2.

– Ah bien ! reprit‑elle après un silence, en voilà un magasin !

C'était, à l'encoignure3 de la rue de la Michodière et de la rue Neuve‑Saint‑Augustin, un magasin de nouveautés dont les étalages éclataient en notes vives, dans la douce et pâle journée d'octobre. Huit heures sonnaient à Saint‑Roch, il n'y avait sur les trottoirs que le Paris matinal, les employés filant à leurs bureaux et les ménagères courant les boutiques. Devant la porte, deux commis, montés sur une échelle double, finissaient de pendre des lainages, tandis que, dans une vitrine de la rue Neuve‑Saint‑Augustin, un autre commis4, agenouillé et le dos tourné, plissait délicatement une pièce de soie bleue. Le magasin, vide encore de clientes, et où le personnel arrivait à peine, bourdonnait à l'intérieur comme une ruche qui s'éveille.

– Fichtre5 ! dit Jean. Ça enfonce Valognes6… Le tien n'était pas si beau.

Denise hocha la tête. Elle avait passé deux ans là‑bas, chez Cornaille, le premier marchand de nouveautés de la ville ; et ce magasin rencontré brusquement, cette maison énorme pour elle, lui gonflait le cœur, la retenait, émue, intéressée, oublieuse du reste. Dans le pan coupé donnant sur la place Gaillon, la haute porte, toute en glace, montait jusqu'à l'entresol, au milieu d'une complication d'ornements, chargés de dorures. Deux figures allégoriques7, deux femmes riantes, la gorge nue et renversée, déroulaient l'enseigne : Au Bonheur des Dames.
Émile Zola
Au bonheur des dames, chapitre 1, 1883.

1. Malingre, fragile.
2. Tombantes, pendantes.
3. Angle formé par deux murs, ici angle des deux rues citées.
4. Employé.
5. Vieux juron.
6. Commune située en Normandie.
7. Symboles.


Émile Zola, Au bonheur des dames, chapitre 1, 1883.

Crédits : Christian Gazeau, Marion Le Moign et Henri Saint-Macary / Lelivrescolaire.fr
Ressource affichée de l'autre côté.
Faites défiler pour voir la suite.

Émile Zola

 (1840‑1902)
Placeholder pour Émile ZolaÉmile Zola
Le zoom est accessible dans la version Premium.

Ressource affichée de l'autre côté.
Faites défiler pour voir la suite.
Placeholder pour Affiche publicitaire pour les Grands Magasins du Bon MarchéAffiche publicitaire pour les Grands Magasins du Bon Marché
Le zoom est accessible dans la version Premium.

Affiche publicitaire pour les Grands Magasins du Bon Marché, 1892, BnF.
Ressource affichée de l'autre côté.
Faites défiler pour voir la suite.

Suppléments numériques

Ressource affichée de l'autre côté.
Faites défiler pour voir la suite.
Placeholder pour Les Grands BoulevardsLes Grands Boulevards
Le zoom est accessible dans la version Premium.

Jean Béraud, Paris, Les Grands Boulevards, 1890.
Ressource affichée de l'autre côté.
Faites défiler pour voir la suite.

Questions
Lecture accompagnée

Réagir

1. À la place de Denise, qu'auriez‑vous ressenti en découvrant le spectacle de Paris ? Justifiez votre réponse.

Enquêter

2. Vers la classe coopérative.
a. En équipes, dessinez sur un poster la découverte par Denise et ses frères du Bonheur des Dames.

2. b. Relevez les mots et expressions qui vous ont permis de réaliser le dessin. Distinguez de deux couleurs différentes ceux qui caractérisent et ceux qui localisent.

3. Quel contraste peut‑on établir entre l'apparence des personnages et celle du grand magasin décrit ? Justifiez par un relevé précis de passages du texte.

4. Étudiez les émotions exprimées par les personnages. Intéressez-vous aux passages au discours direct : étudiez la ponctuation et les propos tenus. Quel est le personnage qui s'exprime le plus ? Pourquoi selon vous ?

Faire le point

5. Construisez la carte d'identité de Denise au début du roman sur une affiche ou un carnet que vous compléterez au fil des séances
Afficher la correction
Ressource affichée de l'autre côté.
Faites défiler pour voir la suite.

Expression

Denise relate son arrivée à Paris dans son journal intime. Imaginez son récit.
1. Commencez par Cher journal, nous voilà à Paris
2. Écrivez à la 1re personne du singulier et aux temps du passé.
3. Respectez la cohérence avec l'incipit.
4. Insistez sur ses sentiments et émotions.
5. Concluez en évoquant ses espoirs et envies pour la suite.
Afficher la correction
Ressource affichée de l'autre côté.
Faites défiler pour voir la suite.

Suppléments numériques

Parcours autonome

Décrivez la manière dont Émile Zola introduit le personnage principal. Comment installe‑t‑il son intrigue dès le début du roman ? Justifiez votre réponse.

Élèves allophones

« Le magasin, vide encore de clientes, et, où le personnel arrivait à peine, bourdonnait à l'intérieur comme une ruche qui s'éveille » (l.24 à 26). Lisez cette phrase. Quelle est la figure de style utilisée ? À quoi l'auteur fait‑il référence ? Pourquoi selon vous ?
Afficher la correction

Une erreur sur la page ? Une idée à proposer ?

Nos manuels sont collaboratifs, n'hésitez pas à nous en faire part.

Oups, une coquille

j'ai une idée !

Nous préparons votre pageNous vous offrons 5 essais
collaborateur

collaborateurYolène
collaborateurÉmilie
collaborateurJean-Paul
collaborateurFatima
collaborateurSarah
Utilisation des cookies
Lors de votre navigation sur ce site, des cookies nécessaires au bon fonctionnement et exemptés de consentement sont déposés.