Séquence 6
Lecture 4/9

La convocation

Parcours de lecture - Émile Zola, Au bonheur des dames, 1883

13 professeurs ont participé à cette page
Ressource affichée de l'autre côté.
Faites défiler pour voir la suite.

Quels espoirs s'offrent à Denise ?

Ressource affichée de l'autre côté.
Faites défiler pour voir la suite.
Objectif : étudier la manière dont Denise est perçue.
Ressource affichée de l'autre côté.
Faites défiler pour voir la suite.

Texte

Piqué dans son amour‑propre par les remarques au sujet du manque d'élégance de Denise, Mouret la convoque dans son bureau pour la réprimander

Placeholder pour Au bonheur des damesAu bonheur des dames
Le zoom est accessible dans la version Premium.
Placeholder pour Au bonheur des damesAu bonheur des dames
Le zoom est accessible dans la version Premium.
Placeholder pour Au bonheur des damesAu bonheur des dames
Le zoom est accessible dans la version Premium.

Agnès Maupré, extrait de la bande dessinée Au bonheur des dames, © Éditions Casterman, 2020.

Agnès Maupré, extrait de la bande dessinée Au bonheur des dames.

Ressource affichée de l'autre côté.
Faites défiler pour voir la suite.
Texte écho

– Mademoiselle, commença-t-il, nous vous avions pris par égard pour votre oncle, et il ne faut pas nous mettre dans la triste nécessité…

Mais il s'arrêta. En face de lui, de l'autre côté du bureau, Denise se tenait droite, sérieuse et pâle. Sa robe de soie n'était plus trop large, serrant sa taille ronde, moulant les lignes pures de ses épaules de vierge ; et, si sa chevelure, nouée en grosses tresses, restait sauvage, elle tâchait du moins de se contenir. Après s'être endormie toute vêtue, les yeux épuisés de larmes, la jeune fille, en se réveillant vers quatre heures, avait eu honte de cette crise de sensibilité nerveuse. Et elle s'était mise immédiatement à rétrécir la robe, elle avait passé une heure devant l'étroit miroir, le peigne dans ses cheveux, sans pouvoir les réduire, comme elle l'aurait voulu.

– Ah ! Dieu merci ! murmura Mouret, vous êtes mieux, ce matin… Seulement, ce sont encore ces diablesses de mèches !

Il s'était levé, il vint corriger sa coiffure, du même geste familier dont madame Aurélie avait essayé de le faire, la veille. – Tenez ! rentrez donc ça derrière l'oreille… Le chignon est trop haut.

Elle n'ouvrait pas la bouche, elle se laissait arranger. Malgré son serment d'être forte, elle était arrivée toute froide dans le cabinet, avec la certitude qu'on l'appelait pour lui signifier son renvoi. Et l'évidente bienveillance de Mouret ne la rassurait pas, elle continuait à le redouter, à ressentir près de lui ce malaise qu'elle expliquait par un trouble bien naturel, devant l'homme puissant dont sa destinée dépendait. Quand il la vit si tremblante sous ses mains qui lui effleuraient la nuque, il eut regret de ce mouvement d'obligeance, car il craignait surtout de perdre son autorité.

– Enfin, mademoiselle, reprit‑il en mettant de nouveau le bureau entre elle et lui, tâchez de veiller sur votre tenue. Vous n'êtes pas à Valognes, étudiez nos Parisiennes… Si le nom de votre oncle a suffi pour vous ouvrir notre maison, je veux croire que vous tiendrez ce que votre personne m'a semblé promettre. Le malheur est que tout le monde ici ne partage point mon avis… Vous voilà prévenue, n'est-ce pas ? Ne me faites pas mentir.

Il la traitait en enfant, avec plus de pitié que de bonté, sa curiosité du féminin simplement mise en éveil par la femme troublante qu'il sentait naître chez cette enfant pauvre et maladroite. Et elle, pendant qu'il la sermonnait, ayant aperçu le portrait de madame Hédouin, dont le beau visage régulier souriait gravement dans le cadre d'or, se trouvait reprise d'un frisson, malgré les paroles encourageantes qu'il lui adressait. C'était la dame morte, celle que le quartier l'accusait d'avoir tuée, pour fonder la maison sur le sang de ses membres. Mouret parlait toujours. – Allez, dit‑il enfin, assis et continuant à écrire. Elle s'en alla, elle eut dans le corridor un soupir de profond soulagement.
Émile Zola
Au bonheur des dames, chapitre 5, 1883.
Ressource affichée de l'autre côté.
Faites défiler pour voir la suite.

Ressource numérique

Ressource affichée de l'autre côté.
Faites défiler pour voir la suite.

Questions
Lecture accompagnée

Réagir

1. Le personnage de Denise dessiné par Agnès Maupré ressemble-t-il à ce que vous aviez imaginé ? Justifiez votre réponse.

Enquêter

2. Planche BD a. Qui mène l'échange ? Quel est l'effet produit ?

2. b. Sur la première planche, que Mouret reproche‑t‑il à Denise ? Pourquoi ? Quel est le principal type de phrases qu'il utilise ? Pourquoi ?


2. c. Comment Denise réagit‑elle ? Que fait alors Mouret ?

2. d. Découpez les planches en deux parties et donnez‑leur un titre.

3. Texte écho Lisez et comparez l'extrait du roman à son adaptation en bande dessinée. Quelle interprétation Agnès Maupré en fait-elle ? Quels choix a-t-elle faits ? Selon vous, pourquoi ?
Afficher la correction
Ressource affichée de l'autre côté.
Faites défiler pour voir la suite.

Expression

Et vous, auriez‑vous fait la même interprétation du roman qu'Agnès Maupré ou auriez‑vous fait d'autres choix ? Justifiez votre réponse.
Afficher la correction
Ressource affichée de l'autre côté.
Faites défiler pour voir la suite.

Suppléments numériques

Une erreur sur la page ? Une idée à proposer ?

Nos manuels sont collaboratifs, n'hésitez pas à nous en faire part.

Oups, une coquille

j'ai une idée !

Nous préparons votre pageNous vous offrons 5 essais
collaborateur

collaborateurYolène
collaborateurÉmilie
collaborateurJean-Paul
collaborateurFatima
collaborateurSarah
Utilisation des cookies
Lors de votre navigation sur ce site, des cookies nécessaires au bon fonctionnement et exemptés de consentement sont déposés.