Chargement de l'audio en cours
Cacher

Cacher la barre d'outils

Plus

Plus


Activité 3 - Débat

Les activités humaines et la biodiversité




Organiser le débat


Débat : En juin 2015, des chercheurs ont publié une étude qui montre que la faune est d’ores et déjà en train de subir sa sixième extinction de masse. Ils ont calculé que les disparitions d’espèces ont été multipliées par 100 depuis 1900, soit un rythme sans équivalent depuis l’extinction des dinosaures il y a 66 millions d’années.

1
En groupe, répondez à la problématique en analysant les documents fournis. Il faudra dégager des arguments qui vous permettront de défendre votre position lors d’un débat.

2
Réunissez-vous ensuite pour débattre de la problématique entre équipes et défendre votre position. Pour cela, rapportez-vous à la fiche méthode « Participer à un débat » p. 292.
Enregistreur audio

L’effet de l’action humaine sur la biodiversité des Channel Islands


Évolution des populations d’aigles royaux et de renards gris insulaires sur l’archipel des Channel Islands

1
Évolution des populations d’aigles royaux et de renards gris insulaires sur l’archipel des Channel Islands à la fin du XXe siècle.


Un aigle royal sur une carcasse de renard

2
Un aigle royal sur une carcasse de renard.


Utilisation d’un modèle mathématique pour trouver la meilleure stratégie théorique de contrôle

3
Utilisation d’un modèle mathématique pour trouver la meilleure stratégie théorique de contrôle.

En se débarrassant d’un certain nombre de sangliers et en réintroduisant dans la région l’aigle à tête blanche (qui se nourrit de poisson et entre en compétition avec les aigles royaux pour les sites de nidification), les services de préservation de la faune ont permis la sortie du renard gris de la liste des animaux menacés. Alors qu’on ne comptait que 260 spécimens en 2008, il y en avait près de 6 000 en 2013.

Les îles Channel, en Californie, abritent une espèce de renard gris endémique, Urocyon littoralis. L’introduction dans ces îles de sangliers (Sus scrofa) par l’espèce humaine a été suivie d’une colonisation par l’aigle royal (Aquila chrysaetos), une espèce protégée. L’aigle se nourrit en partie des jeunes sangliers et des renards. Les sangliers se reproduisent presque toute l’année. Les renards, eux, ont un faible taux de reproduction.

En juin 2015, des chercheurs ont publié une étude qui montre que la faune est d’ores et déjà en train de subir sa sixième extinction de masse. Ils ont calculé que les disparitions d’espèces ont été multipliées par 100 depuis 1900, soit un rythme sans équivalent depuis l’extinction des dinosaures il y a 66 millions d’années.

L’espèce humaine et le cheval de Przewalski


Localisation des projets de réintroduction du cheval de Przewalski

10
Localisation des projets de réintroduction du cheval de Przewalski en Mongolie en 2012.

Après quelques échecs de réintroduction de chevaux captifs, des associations ou ONG ont élevé des chevaux dans des réserves où les chevaux sont rééduqués à la vie sauvage, comme au Villaret, dans les Cévennes, avant d’être libérés en Mongolie.

Classification de l’espèce Equus ferus przewalski par l’IUCN

11
Classification de l’espèce Equus ferus przewalski par l’IUCN (Union internationale pour la conservation de la nature) depuis 2011.

L’IUCN recommande 3 à 5 populations, de 1 500 individus chacune, afin de garantir la survie de l’espèce sur le long terme. Les petites populations de chevaux de Przewalski réintroduites à ce jour en Mongolie sont en compétition directe avec les chevaux domestiques pour la nourriture.

Des chevaux de Przewalski dans leur habitat naturel

8
Des chevaux de Przewalski dans leur habitat naturel, les steppes de Mongolie.

Découverte au XIXe siècle par l’explorateur russe Nikolaï Przewalski, l’espèce Equus ferus przewalski a connu une forte popularité en Europe, et les chevaux ont été capturés pour alimenter les zoos. L’espèce s’est éteinte dans la nature dans les années 1960. Seuls 14 chevaux ont survécu dans différents zoos européens. À partir des années 1990, on a commencé à discuter de possibles réintroductions en Mongolie, à partir des descendants de ces 14 chevaux captifs.

Diversité des espèces du microbiote intestinal des chevaux de Przewalski

9
Diversité des espèces du microbiote intestinal des chevaux de Przewalski nés en zoo ou en semi-liberté (réserve).

Un microbiote diversifié est associé à une bonne résistance à certaines maladies et parasites. D’autres modifications sont observées en captivité : défauts dentaires et anomalies de locomotion.

Simulez les impacts sociaux, économiques et environnementaux de vos décisions en jouant à Ecosysgame, de l'association CAPSCIENCES.

Débat

Quel est le rôle de l’espèce humaine dans cette érosion actuelle de la biodiversité ?


"Dans un futur, sans doute pas si lointain que cela, des colons ont débarqué sur une planète éloignée : Nowatera. En intervenant sur le paysage (construction d’un barrage, utilisation de pesticides, construction d’un rideau végétal pour se protéger du vent), ils modifient imperceptiblement l’écosystème de la planète. Quelquefois, des conséquences désastreuses bien éloignées de la cause première apparaissent". Saurez-vous prendre les bonnes décisions pour la planète ? (jeu de l'association Natagora).

L’impact des activités humaines aux îles Samoa


5
Le récit d’une funèbre découverte par l’équipage de Tara

« Nous sommes arrivés à Upolu (île des Samoa) fin 2016, après avoir déjà réalisé des échantillonnages sur les îles de Moorea (Polynésie française) et sur les îles Cook (Nouvelle-Zélande). Un respect de l’environnement était visible sur ces îles, aussi bien sur terre qu’au niveau des récifs. La situation était bien différente à Upolu, où de nombreux détritus jonchaient les plages et où les eaux usées ne sont pas traitées. Nous nous sommes mis à l’eau pour rechercher un site d’échantillonnage. Notre enthousiasme s’est vite transformé en désarroi. Pas de trace de corail vivant, ou si peu… C’est avec un certain entêtement que nous mettons la tête sous l’eau sur plus de 120 sites, couvrant 83 km des côtes d’Upolu. Après trois jours d’effort, le verdict tombe : nous estimons la couverture corallienne à moins de 1 % pour la moitié des sites et inférieure à 10 % dans presque 80 % des sites. Seules deux zones restreintes, toutes deux situées dans des zones marines protégées, avaient une couverture corallienne plus élevée (40-60 %), mais toujours inférieure aux derniers rapports auxquels nous avions eu accès avant notre venue. »

Valérie Puzos-Barbe (chercheuse au CEA/Génoscope).

Un idole des Maures

6
Un idole des Maures (Zanclus cornutus) mesuré par les scientifiques de Tara.


Récifs coralliens des îles Cook

Récifs coralliens des îles d’Upolu

4
Récifs coralliens des îles Cook (en haut) et d’Upolu (en bas).


tude de la taille de deux poissons sur différentes îles du Pacifique Sud

7
Étude de la taille de deux poissons sur différentes îles du Pacifique Sud.

Le nombre d’individus par banc est en moyenne 4 à 8 fois plus faible autour d’Upolu que dans les autres îles. De plus, un comportement anormal de fuite des poissons a été observé. La pêche locale à Upolu est à la fois intensive, non respectueuse des ressources et destructrice de l’habitat, puisque l’usage de dynamite et de divers poisons y est encore d’actualité.
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?