DOSSIER 3



La ménagerie du jardin des Plantes, un zoo politique





1
Pourquoi ouvrir une ménagerie au jardin des Plantes ?

Pour moi qui ai été appelé à remplir la place de Buffon au jardin des Plantes […] je crois de mon devoir principal de chercher à établir un ensemble dans toutes les parties de cet utile établissement, en y attachant une ménagerie. Les circonstances ne sauraient être plus favorables ; on nous offre les animaux de celle de Versailles, et il y a, pour les recevoir à Paris, un grand terrain non occupé avec ses bâtiments, qui est enclavé dans le jardin des Plantes, et qui appartient à la nation.

[…] Que dirons-nous aux puissances d’Afrique et d’Asie qui, de temps immémorial, ont coutume de nous faire des présents d’animaux ? Les tuerons‑nous pour en faire des squelettes ? Ce serait leur faire injure. Les refuserons‑nous, en leur disant que nous n’avons plus de quoi les loger ni les nourrir ? Nos relations politiques nécessitent donc l’existence d’une ménagerie. […]

Une ménagerie est donc nécessaire aux bienséances et à la dignité de la nation. Elle l’est essentiellement à l’étude générale de la nature […]. Elle ne l’est pas moins à celle des arts libéraux. Des dessinateurs et des peintres viennent, chaque jour, au jardin national, pour y dessiner des plantes étrangères, lorsqu’ils ont à représenter des sites d’Asie, d’Afrique et d’Amérique. Les animaux des mêmes climats leur seront aussi utiles ; ils en étudieront les formes, les attitudes, les passions. […]

Une ménagerie sera utile à Paris en y attirant des curieux. Ceux qui veulent achalander1 une foire y apportent des animaux étrangers, et la partie où on les montre est la plus fréquentée. C’est une curiosité naturelle à tous les hommes.


Bernardin de Saint‑Pierre, Mémoire sur la nécessité de joindre une ménagerie au jardin national des Plantes de Paris, 1792.

1. Faire venir les clients.

cadeau-diplomatique

3
Cadeau diplomatique, lionceaux politiques

En 1798, un couple de lions, Marc et Constantine, sont offerts à Napoléon par le souverain d’Alger. Ils sont ramenés à la ménagerie. Deux ans plus tard, la lionne donne naissance à trois petits, à qui on donne le nom de batailles remportées par l’armée française : Marengo, Jemmapes et Fleurus.
Nicolas Maréchal, Lions nés le 18 brumaire an IX, dans la ménagerie du Muséum, 1801, gouache sur vélin, 46 x 33 cm, bibliothèque du Muséum, Paris.


L’arrivée d’animaux dans la ménagerie, gravure

2
L’arrivée d’animaux dans la ménagerie

En 1793, les bêtes qui appartenaient aux montreurs d’animaux dans les foires sont réquisitionnées pour venir remplir la ménagerie du jardin des Plantes.
Gravure extraite du Voyage au jardin des Plantes, de Louis‑François Jauffret, 1798, BnF, Paris.

4
Des éléphants comme trophées de victoire

Je me bornerai à ne publier que ce que j’ai vu et observé moi‑même, avec toute l’attention dont j’étais capable, au muséum d’Histoire naturelle, à l’égard des deux éléphants que la conquête de Hollande nous a procurés. […] Ces éléphants n’avaient qu’un an, lorsqu’ils furent enlevés à leurs mères dans les forêts de Ceylan1, île de l’Océan indien […] La compagnie hollandaise des Indes en avait fait présent au stathouder2. […] Dès qu’ils furent jugés en état d’être transportés en Europe, on les embarqua, et ils abordèrent, en l’an 1784, au port de Flessingues en Hollande […] Ce fut alors que, pour les appeler et les distinguer, on donna au mâle le nom de Hans et celui de Marguerite à la femelle. […]

La défense de la liberté nous faisait conduire nos armées partout où elle trouvait des souverains ligués contre elle ; et la maison d’Orange n’avait pas été la dernière à se réunir à la coalition des rois contre notre République naissante. […] Bientôt les Français arrivèrent en vainqueurs […] Ils s’emparèrent du pays. […] La République française, d’après une convention faite entre les États de Hollande et les représentants, fut déclarée maîtresse des objets curieux appartenant au stathouder […], et notamment les éléphants. [...] On ne s’occupait plus que du départ de nos voyageurs ; il fut fixé ; mille témoins hollandais et français accoururent pour assister à ce spectacle.


Jean‑Pierre Houel, Histoire naturelle des deux éléphants du Muséum de Paris, 1803.

1. Sri Lanka actuel.
2. Chef politique et militaire.

Plan Paris Jardin des Plantes


Aux XVIIe et XVIIIe siècles, la population parisienne ne peut jamais observer les animaux sauvages ramenés d’expéditions scientifiques ou offerts en cadeau au roi, car ils appartiennent alors à la Ménagerie royale de Versailles. Après la chute de la royauté, l’ouverture d’une ménagerie en plein cœur de Paris, en 1794, rend ces animaux exotiques accessibles à tous. Dès lors, l’enjeu n’est pas seulement esthétique et scientifique, mais également politique. La ménagerie soude les citoyens en permettant au plus grand nombre d’admirer l’ordre harmonieux de la nature.

Quels sont les enjeux politiques de la ménagerie ?


5
Un spectacle qui fascine

J’ai une grande nouvelle à vous apprendre, mon cher Gustave.
– Eh ! quoi donc ? – Il est arrivé au jardin des Plantes dix voitures d’animaux vivants – Dix voitures d’animaux vivants ! Est-il possible ? Allons tout de suite à la ménagerie ; et, en chemin, dites‑moi quels animaux sont arrivés. Sont-ils bien rares ? sont-ils féroces ? sont‑ils familiers ? […] Presque tous sont des oiseaux, parmi lesquels vous verrez le roi des vautours, le casoar, aussi gros qu’une autruche […] un porc‑épic, des chèvres d’Angora, plusieurs daims et plusieurs couples de faisans argentés de la Chine – Et les éléphants sont‑ils aussi arrivés ?
– Non ; mais leur arrivée est prochaine : on leur prépare un logement. – Qu’il me tarde de voir tous ces animaux étrangers ! Le cabinet d’histoire naturelle est superbe ; mais on ne voit là que des animaux empaillés : il n’y a rien de tel que de les voir vivants.

Louis-François Jauffret, Voyage au jardin des Plantes, 1798.

Questions

Voir les réponses

Étudier un phénomène

1. Le fait de montrer des animaux sauvages est‑il nouveau à Paris ? Justifiez votre réponse. (Doc. 1 et 2)

2. Identifiez les différents arguments avancés par Bernardin de Saint‑Pierre pour ouvrir une ménagerie. (Doc. 1)

3. Décrivez les circonstances dans lesquels sont arrivés les lions et les éléphants. (Doc. 3 et 4)

4. Expliquez pourquoi la population est curieuse vis‑à‑vis de la ménagerie. (Doc. 2 et 5)


Question de synthèse

5. Répondez à la problématique en utilisant les termes « nation » et « citoyens/citoyenneté ». (Doc. 1, 3 et 4)
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Se connecter

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?