POINT DE PASSAGE 2
DIFFÉRENCIATION



George Sand, femme de lettres engagée en politique





4
Une proche du ministre de l’Intérieur Ledru‑Rollin

Ledru-Rollin, lithographie

George Sand écrit dans le Bulletin de la République française d’Alexandre Ledru‑Rollin, qui est publié quotidiennement.
« Ce beau candidat réunira toutes les voix pour la présidence… du club des femmes. Ces dames voudraient‑elles jouer le beau Rôle‑hein ? », 1848, lithographie publiée par la maison Aubert, 27,5 x 20,3 cm.

2
Ouvriers et paysans

Artisans et cultivateurs, vous avez donc un ennemi commun [le spéculateur], qui vous ruine et vous pressure tous autant les uns que les autres. Vous, gens de campagne, vous ne pensez pas autant à cet ennemi que les gens de la ville. Vous ne le voyez pas en face, c’est par toutes sortes de manières détournées qu’il tire à lui la subsistance du pays. […] L’artisan, à qui vous reprochez de lire les journaux et de s’inquiéter de la politique, sait mieux que vous où est le mal. Il connaît les abus dont vous souffrez. […] Ayez donc confiance au peuple des villes, et sachez bien que, quand il se révolte, quand il change les mauvais gouvernements, quand il se bat et se fait tuer pour la cause de tous, c’est un frère qui combat pour son frère.


George Sand, « Les villes et les campagnes », Paroles de Blaise Bonin aux bons citoyens, avril 1848.

Célèbre écrivaine liée à d’autres grands artistes de la première moitié du XIXe siècle, George Sand – de son vrai nom Amantine Aurore Dupin – publie à partir des années 1840 des textes d’inspiration socialiste où elle condamne la misère. Habitant Nohant, une petite ville du Berry, elle est particulièrement attentive à la vie des campagnes et de ses habitants. Après la révolution de 1848, elle s’engage aux côtés des radicaux et des socialistes pour défendre le projet d’une république sociale.

Comment George Sand s’engage‑t‑elle dans l’expérience démocratique de 1848 ?


6
Le refus de l’éligibilité des femmes

Brouillon inachevé de George Sand à l’intention des membres du comité électoral des démocrates parisiens dont certains souhaitaient la voir présenter sa candidature à l’Assemblée constituante.

Les femmes doivent‑elles participer un jour à la vie politique ? Oui, un jour, je le crois avec vous, mais ce jour est‑il proche ? Non, je ne le crois pas, et pour que la condition des femmes soit ainsi transformée, il faut que la société soit transformée radicalement. […]

La femme étant sous la tutelle et dans la dépendance de l’homme par le mariage, il est absolument impossible qu’elle présente des garanties d’indépendance politique, à moins de briser individuellement et au mépris des lois et des mœurs cette tutelle que les mœurs et les lois consacrent.

Oui, l’égalité civile, l’égalité dans le mariage, l’égalité dans la famille, voilà ce que vous pouvez, ce que vous devez demander, réclamer. Mais que ce soit avec le profond sentiment de la sainteté du mariage, de la fidélité conjugale, et de l’amour de la famille.


George Sand, « Aux membres du comité central », avril 1848.

George Sand (1804-1876)

George Sand
(1804-1876)

5
Sur l'élection de Louis‑Napoléon Bonaparte

Qu’est‑ce que prouve cette énorme majorité de suffrages en faveur de celui de tous les partis qui représente le moins la République ? Au premier abord, la réponse semble devoir être celle‑ci : la majorité des Français n’est pas républicaine ; et sans aucun doute le parti de la réaction va se prévaloir de cette considération. Eh bien, la réaction se trompera quant au fond de la question : le peuple est républicain quand même, et il ne sera pas si facile qu’on le pense de lui enlever sa souveraineté.

Le peuple n’est pas politique, voilà ce qu’il faut reconnaître, et ce dont il ne faut point s’étonner. L’éducation politique est le résultat de l’action politique. Cette action est si nouvelle chez le peuple qu’il est impossible d’exiger de lui la prévoyance, le calcul, le jugement des hommes et des choses, en un mot toute cette science des faits qui constitue la raison politique. Le peuple tend au socialisme, dont le point de départ est le sentiment de son droit et de ses besoins. […] Dans peu de temps, le peuple sera socialiste et politique, et il faudra bien que la République soit à son tour l’un et l’autre.


George Sand, « À propos de l’élection de Louis Bonaparte à la présidence de la République », La Réforme, 22 décembre 1848.

3
La Cause du peuple, l’éphémère journal politique de George Sand

Journal La Cause du peuple, dirigé par George Sand

Dans cet hebdomadaire, George Sand publie des articles politiques et des reportages de terrain sur les grands événements populaires parisiens. Toutefois, la publication a un coût élevé et est peu diffusée. George Sand la suspend après trois numéros et met sa plume au service d’autres journaux comme La Vraie République.
Journal La Cause du peuple, dirigé par George Sand, n° 1, 9 avril 1848.

Questions

Voir les réponses

Étudier une actrice historique

1. Relevez les positions de George Sand à propos de la place du peuple en politique. (Doc. 2, 3 et 5)
2. Soulignez les façons dont George Sand s’engage dans la vie politique. (Doc. 3, 4 et 6)

3. Analysez la position sociale de George Sand et la façon dont celle‑ci influence sa vision politique. (Doc. 1, 3 et 6)


Rédiger un texte

4. Effectuez l’une des activités suivantes.

Parcours 1
Imaginez que vous êtes une lectrice ou un lecteur de George Sand en 1848 et expliquez à vos amis féministes pourquoi l’écrivaine n’est pas favorable à une égalité politique entre les femmes et les hommes.


Parcours 2
Répondez à la problématique de l’étude sous la forme d’un développement construit.

1
Sociabilités d’artistes

Josef Danhauser, Franz Liszt au piano
1
2
3
4
5
6
7
Josef Danhauser, Franz Liszt au piano, 1840, huile sur bois, 119 x 167 cm, Nationalgalerie, Berlin.
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Se connecter

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?