DOSSIER 1



Victor Schœlcher et l’abolition de l’esclavage en France





2
Le décret d’abolition de l’esclavage

Le gouvernement provisoire,

Considérant que l’esclavage est un attentat contre la dignité humaine ;

Qu’en détruisant le libre arbitre de l’homme, il supprime le principe naturel du droit et du devoir ; qu’il est une violation flagrante du dogme républicain : « Liberté – Égalité – Fraternité » […]

Décrète :

Art. Ier. L’esclavage sera entièrement aboli dans toutes les colonies et possessions françaises, deux mois après la promulgation du présent décret […].

Art. 5. L’Assemblée nationale réglera la quotité de l’indemnité qui devra être accordée aux colons1. […]

Art. 8. À l’avenir, même en pays étranger, il est interdit à tout Français de posséder, d’acheter ou de vendre des esclaves, et de participer, soit directement, soit indirectement, à tout trafic ou exploitation de ce genre.


Décret d’abolition de l’esclavage dans les colonies françaises, 27 avril 1848.


1. Par la loi du 30 avril 1849, l’Assemblée nationale fixe une indemnité par esclave dont le montant varie selon les colonies.

1
La dénonciation de l’esclavage par le mouvement abolitionniste

L’auteur de cet écrit a vécu près d’une année au milieu des blancs et des nègres1, il a étudié l’esclavage sur place. […] On abuse moins du fouet envers [l’esclave] que par le passé, mais il est toujours conduit avec cet ignoble instrument de supplice, le fouet punit ses fautes et le menace tant qu’il demeure au travail. Il est dépouillé de tous les droits naturels, il ne possède rien légalement, il ne peut pas même acheter sa liberté, à moins que le maître ne consente à la lui vendre ; il n’a pas de volonté, pas d’état civil, pas de caractère politique, pas de salaire pour son labeur ; la famille est impossible pour lui, car ses enfants appartiennent à son maître, qui a la faculté de les lui enlever. Assimilé au bétail, on le vend ainsi que du bétail ; le caprice, la faillite ou la mort de son maître changent les conditions de sa vie malgré lui.


Victor Schœlcher, De la pétition des ouvriers pour l’abolition immédiate de l’esclavage, 1844.


1. Terme synonyme de Noirs au XIXe siècle, mais qui a pris aujourd’hui une connotation raciste et insultante.

Dans la première partie du XIXe siècle, un important mouvement abolitionniste milite pour la fin de l’esclavage et l’interdiction de la traite. Fils d’industriel, journaliste, Victor Schœlcher publie plusieurs ouvrages en faveur de l’abolition sous la monarchie de Juillet. Dès le 4 mars 1848, le gouvernement provisoire lui confie la mission de rédiger le décret d’abolition. La mise en œuvre de ce projet est délicate en raison de l’hostilité des colons.

Questions

Voir les réponses

Mettre en relation des faits

1. Montrez que la condition des esclaves est contraire aux principes de liberté et d’égalité. (Doc. 1 et 2)

2. Décrivez la composition de la société des colonies françaises en 1848. (Doc. 3 et 4)

3. Montrez que les intérêts des propriétaires d’esclaves sont pris en compte lors de l’abolition. (Doc. 2 et 5)

4. Décrivez l’attitude des esclaves libérés. (Doc. 4)


Question de synthèse

5. Réalisez une carte mentale reliant entre eux les thèmes suivants :
  • les conditions de vie des esclaves ;
  • le mouvement abolitionniste ;
  • l’abolition de l’esclavage.

Vous pouvez créer une carte mentale en utilisant l'outil Mindomo.

Victor Schœlcher (1804-1893)
Victor Schœlcher
(1804-1893)

4
Une représentation allégorique de l’abolition

abolition
François‑Auguste Biard, L’Abolition de l’esclavage dans les colonies françaises en 1848, 1849, huile sur toile, 260 x 392 cm, musée du château de Versailles.

5
Après l'abolition, des sociétés encore inégalitaires

Ainsi ces hommes […] que les décrets du 27 avril avaient faits libres et citoyens français, égaux de leurs anciens maîtres, ont dû entrer dans la liberté sous le poids d’engagements forcés, pourvus de livrets, numérotés pour la police, obligés de représenter à ses agents et à toute réquisition ce livret, véritable équivalent du livret que l’esclave devait autrefois présenter lorsqu’il sortait de l’habitation de son maître pour aller en ville, présumés vagabonds s’ils en sont dépourvus, punissables à merci, sans citation, sans délai, sommairement, sur simple note comme au bon temps de l’esclavage ! Et par une monstruosité véritable en législation, l’emprisonnement pénal […] doit toujours être prononcé, soit pour inexécution des engagements contractés, soit pour manquement au régime et à la discipline intérieure des ateliers, régime que chaque propriétaire ou chef d’atelier établit à sa guise, puisqu’il s’agit de l’intérieur des ateliers. Une pareille liberté, n’est‑ce pas l’esclavage moins le fouet ?


Adolphe Gatine, Situation des affranchis à l’île de la Réunion, 1850.

3
Les esclaves dans la population de la Guadeloupe (1670‑1848)

population

Comment et pourquoi l’abolition de l’esclavage est‑elle décidée et mise en œuvre par la IIe République ?

Activité numérique


L’esclavage et ses réalités.
Créez un nuage de mots et de symboles pour appréhender l’esclavage dans toutes ses dimensions.

Bientôt disponible !
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Se connecter

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?