Couverture

Histoire-Géographie 2de

Feuilleter la version papier



























Chargement de l'audio en cours
Cacher

Cacher la barre d'outils

Plus

Plus


COURS 4


La circulation des hommes et des idées





3
Les Occidentaux à l’écoute des savoirs arabes

Le neveu : Il me semble que tu places trop haut les Arabes, et que tu es injuste quand tu refuses d’apprendre des choses de nos philosophes.

Adélard : Moi, avec la raison pour guide, j’ai appris des choses de mes professeurs arabes. Nous devons d’abord suivre la raison, puis l’autorité ensuite.

Adélard de Bath, Questions naturelles, début du XIIe siècle.

1
Des hommes sur la mer

La multiplication des voyages maritimes. Pêcheurs, marins et marchands sont naturellement les plus habitués à prendre la mer. Soldats, pèlerins, ambassadeurs et savants sont également nombreux à circuler en Méditerranée, tout comme les prisonniers et les esclaves, hommes et femmes (doc. 1).

Élargir sa vision du monde. Les voyageurs, confrontés à des sociétés autres que la leur, développent souvent une conception différente et plus ouverte du monde. Curieux et intrigués par ce qu’ils ne connaissent pas chez eux, ils contribuent à faire circuler des idées, des pratiques et des techniques tout autour de la Méditerranée.


Minaret musulman de 1196, Koutoubia, Maroc (à gauche) et clocher chrétien de 1315, Teruel, Espagne (à droite)
Minaret musulman de 1196, Koutoubia, Maroc (à gauche) et clocher chrétien de 1315, Teruel, Espagne (à droite)

2
Minaret musulman de 1196, Koutoubia, Maroc (à gauche) et clocher chrétien de 1315, Teruel, Espagne (à droite)


1
Le parcours exceptionnel d’une Franque en Orient

On avait amené à la maison plusieurs jeunes femmes que l’on venait de capturer. Les Francs – Dieu les maudisse ! – sont d’une race damnée, de celle avec laquelle on ne s’accouple pas. Mon père aperçut parmi les prisonniers une jolie fille. La jeune fille plut à l’émir et le charma. Il se la réserva et elle lui donna un fils, qu’il appela Badrân et qui constitua son héritier présomptif. L’enfant grandit et, quand son père mourut, il reçut le gouvernement de son pays et de ses sujets, sa mère gardant le pouvoir de commander et de défendre.

Usâma Ibn Munqidh, Des enseignements de la vie, v. 1185.

3
La circulation des idées et des savoirs

La diffusion des innovations. Les échanges commerciaux et culturels permettent également aux techniques de se répandre d’une civilisation à une autre. La boussole et le papier sont par exemple deux inventions chinoises d’abord adoptées par les musulmans et qui parviennent par leur intermédiaire aux Latins aux alentours de 1200.

La circulation des savoirs théoriques. À partir du XIIe siècle, les Latins redécouvrent plusieurs auteurs antiques par l’intermédiaire de leurs traductions arabes. Certains savants latins, fascinés par ces textes, remettent en cause certains aspects de la science occidentale (doc. 3). Les découvertes de mathématiciens comme al-Khwarizmi ou de médecins comme Ibn Sina. influencent profondément les sciences et les techniques occidentales.

La vision de l’autre. Grâce à tous ces échanges, les populations de la Méditerranée tendent à mieux se connaître, à reconnaître les compétences ou l’honorabilité de l’autre. Le sentiment de rejet reste cependant la règle, et on tente souvent de connaître l’autre pour mieux prendre l’ascendant sur lui (doc. 4).



2
Des espaces de cohabitation culturelle

Des minorités sur toutes les rives de la Méditerranée. Dans l’Occident latin, des communautés juives existent dans de nombreuses villes littorales. Dans tout l’espace islamique, des communautés de juifs ou de chrétiens d’Orient, comme les coptes en Égypte, sont partout présents avec le statut de dhimmis. Dans la plupart des ports orientaux vivent de nombreux marchands occidentaux, parfois pendant plusieurs années.

Des espaces de cohabitation. Les guerres conduisent parfois un espace à changer de religion dominante. En Espagne ou en Sicile, des souverains chrétiens établissent leur autorité sur des terres autrefois musulmanes. Les rois chrétiens mettent à leur service les compétences, notamment administratives, des musulmans et des juifs.

Échanges et syncrétismes. Dans les espaces où plusieurs populations cohabitent, on constate des métissages. En Espagne, par exemple, s’épanouit un art mudéjar marqué par la fusion des techniques musulmanes et chrétiennes (doc. 2). Ce sont aussi souvent les populations qui se métissent, en dépit du regard réprobateur de la société (doc. 1).

Vocabulaire

Art mudéjar : art pratiqué par des artisans musulmans vivant sous domination chrétienne, qui se développe dans la péninsule Ibérique de la Reconquista. Par extension, se dit aussi de l’art inspiré par les formes et les techniques venues du monde islamique.

Copte : énom des chrétiens d’Égypte et d’Éthiopie, dont certaines habitudes religieuses diffèrent de celles des catholiques.

Métissage : échange, mélange ou influence d’un groupe humain ou d’une culture sur un autre groupe humain ou une autre culture.

Pèlerin : personne entreprenant un voyage vers un lieu sacré, dans une démarche religieuse.

Repères

Ibn Sina dit Avicenne (980-1037)

Ibn Sina dit Avicenne
(980-1037)

Né en Perse, Ibn Sina est un étudiant brillant qui devient dès 18 ans le meilleur médecin de son époque. Passant au service de plusieurs princes musulmans, il rédige des dizaines d’ouvrages. Le plus important, le Canon de la médecine, est traduit en latin à la fin du XIIe siècle et a une énorme diffusion : il est encore utilisé et enseigné au début du XXe siècle.

Décentrement

L’empire du Mali naît au début du XIIIe siècle grâce aux victoires militaires d’une série de souverains convertis à l’islam. Ils basent leur puissance sur le contrôle des mines d’or de la région et des flux d’esclaves, un commerce très rentable. Avec l’extension de leur territoire, les rois maliens ont progressivement pris le contrôle de tout le commerce subsaharien occidental et ont acheminé or, esclaves et épices jusqu’aux villes de l’Atlas, point à partir duquel des marchands Berbères musulmans assurent leur commercialisation en direction de la Méditerranée. Dans les derniers siècles du Moyen Âge, l’empire du Mali voit sa puissance et son extension décliner lentement.

L’empire du Mali


En Méditerranée, les hommes circulent et, avec eux, leurs idées et leurs représentations. Leur rencontre donne lieu à des métissages culturels.

4
Traduire le Coran

Qu’on donne à l’erreur mahométane le nom honteux d’hérésie ou celui, infâme, de paganisme, il faut réagir contre elle, c’est-à-dire écrire. Mais les Latins ne savent pas d’autre langue que celle de leur pays natal. Aussi n’ont-ils pu ni reconnaître l’énormité de cette erreur ni lui barrer la route. Je suis donc allé trouver des spécialistes de la langue arabe qui a permis à ce poison mortel d'infecter plus de la moitié du globe. Je les ai persuadés à force d'exhortations et d’argent de traduire en latin l’histoire et la doctrine de ce malheureux et sa loi même qu’on appelle Coran. Et pour que la fidélité de la traduction soit entière, aux traducteurs chrétiens, j’ai ajouté un Sarrasin. Voici les noms des chrétiens : Robert de Ketton, Hermann le Dalmate, Pierre de Tolède ; le Sarrasin s’appelait Mohammed.

Pierre le Vénérable, De la traduction du Coran, v. 1142.

Comment la mer facilite-t-elle la circulation des hommes et des idées ?

Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?