MÉTHODE BAC
RÉPONSE ARGUMENTÉE


Rédiger une réponse argumentée





SUJET
Quelles sont les mutations et les tensions que connaît la paysannerie dans la société d’ordres ?

Consigne

Suivez l’application guidée pour écrire le développement d’une première sous-partie, puis rédigez les deux suivantes en autonomie.

Organisation de la réponse

Paragraphe 1 : Un monde fragile
Paragraphe 2 : Crises et révoltes dans la paysannerie
Paragraphe 3 : L’amélioration progressive des conditions de vie

Entraînement

Voir les réponses

Exercice 3 : Sélectionnez les bons connecteurs logiques pour passer d’une phrase à l’autre.

Les rendements agricoles progressent lentement sûrement durant tout le XVIIIe siècle.

Le taux de natalité reste élevé le taux de mortalité diminue rapidement, ce qui est caractéristique de la transition démographique.

On introduit de nouvelles espèces agricoles, qui permettent de diversifier l’alimentation des paysans : c’est par exemple le cas du maïs de la pomme de terre.
Voir les réponses

Exercice 2 : Argument ou exemple ? Classez les phrases suivantes entre ces deux catégories.


Argument Exemple
Les famines ou les hivers trop rudes peuvent encore dégrader les conditions de vie de la paysannerie.
En 1709, le « grand hiver » tue plusieurs centaines de milliers de personnes dans tout le royaume.
La révolte des Bonnets Rouges, en 1675, traduit une profonde insatisfaction de la paysannerie bretonne.
Le roi réprime les révoltes paysannes, le plus souvent en envoyant l’armée.
Si on regarde la carte des révoltes, on voit qu’elles ne touchent pas également tout le territoire. La plupart ont lieu dans les « pays d’état », qui fixent eux‑mêmes leurs impôts et sont traditionnellement plus indépendants.
Voir les réponses

Exercice 1 : Reconnaître une bonne transition : parmi ces trois propositions, choisissez celle qui vous semble la plus effi cace.






Méthode et Application guidée


4
Passer au paragraphe suivant

Revenez à la ligne pour écrire la transition entre la première et la deuxième partie du plan. C’est une étape très importante de la composition.

Écrivez une phrase de conclusion de la première partie, puis une phrase d’introduction de la partie suivante.

Sautez une ou deux lignes avant de commencer votre deuxième partie, pour mettre en évidence la structure du plan.

Conseil : Plus votre copie est aérée, plus elle sera facile à lire !

Le monde paysan connaît des taux de production faibles, et il est soumis à de lourdes pressions financières. Cette précarité entraîne parfois des crises, voire des révoltes.

1
Introduire un premier paragraphe

Commencez par résumer en une phrase l’idée générale à développer dans le paragraphe.

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, la paysannerie connaît des conditions de vie très difficiles.

2
S’appuyer sur un argument

Introduisez le premier argument, grâce à un connecteur logique.

À la suite, illustrez cet argument par un ou plusieurs exemples.

Conseil : Faites des phrases courtes, et utilisez toujours le présent de narration.

Tout d’abord, les techniques agricoles sont encore rudimentaires.

Les outils utilisés, comme la faucille, ne permettent que de faibles rendements. De plus, durant une partie de l’année, les terres sont laissées en jachère.

5
Poursuivre la rédaction

Rédigez la deuxième partie en appliquant la même méthode.

Dans cette deuxième partie, vous pouvez évoquer les crises de subsistance, et expliquer le déroulement d’une révolte paysanne à partir de l’exemple de votre choix.

3
Enrichir sa réponse

Introduisez un deuxième argument, grâce à un autre connecteur logique.

Conseil : Quelques connecteurs qui peuvent vous aider : d'opposition (mais, au contraire, à l’inverse), d'enchaînement (ensuite, de plus), de causalité (car, en effet, par conséquent, c’est pourquoi), etc.

Développez à nouveau un ou plusieurs exemples, dans le même paragraphe. Pour trouver les exemples, il faut mobiliser les définitions et les chiffres donnés dans le cours. Vous pouvez également vous aider des documents étudiés en classe. L’important est d’être le plus précis possible.

Ensuite, les paysans sont soumis à de nombreux prélèvements.

Les paysans doivent payer à l’Église la dîme, qui est un don d’environ 10 % des récoltes. Les paysans sont également soumis à des droits féodaux. Ils paient chaque année à leur seigneur une taxe, le cens, et lui donnent une partie de leur récolte, le champart.
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Se connecter

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?