Chargement de l'audio en cours
Cacher

Cacher la barre d'outils

Plus

Plus


COURS 2


Le projet d’unification de la nation





3
Une véritable nation ?

Redéfinir la nation. Répondant à la vision allemande d’une nation basée sur le sang, la religion et la langue, Ernest Renan la définit en 1882 dans une conférence à la Sorbonne comme la « volonté de continuer à faire vivre l’héritage qu’on a reçu ».

La Revanche en ligne de mire. Le désir de revanche contre l’Allemagne est cultivé tout au long de la période (doc. 3). La création de la Ligue des patriotes en 1882 par Paul Déroulède lui donne un nouvel élan. En 1913 est finalement adoptée la « loi des trois ans » qui étend de deux à trois ans le service militaire. Le « revanchisme » ne fait pas l’unanimité dans la population mais est un élément essentiel de la culture politique de l’époque.

Bâtir des références communes. En 1877, Augustine Fouillée promeut le territoire avec le Tour de France de deux enfants, deux orphelins alsaciens. En 1884, le manuel scolaire d’Ernest Lavisse exalte les grandes figures patriotiques et contribue à créer un roman national (doc. 3).

2
Les hussards noirs de la République

De tout ce peuple les meilleurs étaient peut‑être ces bons citoyens qu’étaient nos instituteurs. […] Notre jeune école normale était le foyer de la vie laïque […]. De jeunes maîtres de l’École normale venaient chaque semaine nous faire l’école. […] Ils étaient toujours prêts à crier « Vive la République ! Vive la Nation ! » […] Nos jeunes maîtres étaient beaux comme des hussards noirs. Sveltes, sévères, sanglés, sérieux et un peu tremblants de leur précoce, de leur soudaine omnipotence. Un pantalon noir […]. Un gilet noir. Une redingote noire. […] Cet uniforme civil était une sorte d’uniforme militaire encore plus sévère, encore plus militaire étant en uniforme civique. […] Porté par des gamins qui étaient vraiment les enfants de la République. Par ces jeunes hussards de la République.


Charles Péguy, L’Argent, 1913.

3
L’exaltation de figures nationales

Louis-Maurice Boutet de Monvel, Jeanne d’Arc

Sur cette image, Jeanne d’Arc est présentée en train de mener l’armée française contemporaine à la victoire.
Louis-Maurice Boutet de Monvel, dessin en couverture d’un livre, 1896.

Comment la IIIe République tente‑t‑elle d’unifier la nation ?


1
Symboles républicains et union nationale

Jean Béraud, La Marseillaise
Jean Béraud, La Marseillaise, 1880, huile sur toile, 37 x 56 cm, collection privée.

Écho des temps

Les concours de recrutement de la haute fonction publique ont dès l’origine été pensés comme un outil d’unification de la nation. Fondée en 1872, alors que la République naissante peine à s’installer, l’École libre des sciences politiques prépare à ces concours afin de former les futurs dirigeants du pays.

École Sciences Po

Depuis les années 1980, les critiques se multiplient contre de grandes écoles accusées d’être de plus en plus élitistes. Celles‑ci tentent alors de s’ouvrir à plus de diversité : l’Institut d’études politiques de Paris, suivi par de nombreuses grandes écoles, réserve par exemple des places à des jeunes issus de quartiers difficiles.

Repères

Jules Ferry

Jules Ferry
(1832-1893)

Avocat et journaliste, Jules Ferry devient maire de Paris en 1870‑1871, avant de diriger l’Instruction publique puis deux gouvernements de 1880 à 1881 et de 1883 à 1885. Architecte des lois scolaires de 1880‑1883, il soutient également la colonisation. Il meurt en 1893 alors qu’il venait d’obtenir la présidence du Sénat et donc de relancer sa carrière politique.




La IIIe République tente d’unifier la nation sur la base des valeurs de 1789, en s’appuyant notamment sur l’école. La liberté devient essentielle.

Voir le cours 3

1
La Révolution française, un modèle

Le retour des chambres à Paris. Alors que le Parlement était à Versailles depuis la Commune, il revient à Paris en 1879, rétablissant ainsi le lien avec le peuple.

La reprise des symboles révolutionnaires. La culture politique républicaine se fonde sur la Révolution française. La Marseillaise devient l’hymne officiel en 1879, le 14 juillet fête nationale en 1880 (doc. 1). On exalte la figure de Marianne et le Panthéon accueille de nouveau les corps des grands hommes pour en célébrer la mémoire.

La réaffirmation du jacobinisme. Ce terme, hérité de la Révolution, désigne la centralisation autour de Paris. Elle se renforce fin XIXe avec le plan Freycinet de 1878, qui développe un réseau de voies ferrées centrées sur Paris.

2
Unifier en s’appuyant sur l’école

Un idéal d’égalité. Le ministre de l’Instruction Jules Ferry refuse qu’un élève parcourt plus de 3 km pour aller en classe : des écoles sont donc créées dans de nombreux hameaux isolés. En 1881, l’école devient gratuite. Si l’exemple d’Édouard Herriot, fils d’un sous‑officier qui devient maire de Lyon en 1905, montre que l’ascension sociale est possible, la reproduction sociale domine.

L’unification linguistique. L’emploi exclusif du français se durcit avec la « méthode directe » élaborée par Irénée Carré, le but étant notamment de lutter contre les langues régionales. L’application se veut toutefois très souple.

La laïcité. L’enseignement est, depuis des siècles, pris en charge par le clergé. L’article 7 de la loi de 1879 interdit aux membres d’une congrégation non autorisée d’enseigner. En 1882, l’école est rendue obligatoire et laïque (doc. 2). En 1905, l’Assemblée vote la loi de séparation des Églises et de l’État : la France devient une république laïque.

Vocabulaire

Culture politique républicaine : ensemble de références, de symboles et de pratiques caractéristiques de l’identité républicaine.

Laïcité : refus de défendre une religion particulière dans la sphère publique.

Nation : communauté vivant sur un territoire, et dont l’identité se fonde sur la langue, le sang et la religion pour les Allemands, alors que les Français retiennent surtout le désir de vivre ensemble.

Reproduction sociale : correspondance entre le profil social des parents et celui des enfants.

Roman national : expression de l’historien Pierre Nora. Elle renvoie à l’histoire de France patriotique et souvent exagérée diffusée au XIXe siècle, principalement par les manuels scolaires.
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?