Chargement de l'audio en cours
Cacher

Cacher la barre d'outils

Plus

Plus


DOSSIER 2



L’école républicaine





4
L’école, fabrique du patriotisme


Albert Bettannier, La tache noire

Le maître pointe l’Alsace‑Moselle, perdues en 1871. Les fusils accrochés au mur, le tambour sur le bureau, les uniformes des élèves rappellent le rôle que joue l’école dans l’entretien d’un désir de revanche.
Albert Bettannier, La tache noire, v. 1887, huile sur toile, 110 x 150 cm, Deutsches Historisches Museum, Berlin.

2
Les programmes en 1882

Art. 1er. L’enseignement primaire comprend : l’instruction morale et civique ; la lecture et l’écriture ; la langue et les éléments de la littérature française ; la géographie, particulièrement celle de la France ; l’histoire, particulièrement celle de la France jusqu’à nos jours […]. Les éléments des sciences naturelles, physiques et mathématiques, les éléments du dessin, du modelage et de la musique ; la gymnastique ; pour les garçons, les exercices militaires ; pour les filles, les travaux à l’aiguille.


Programmes scolaires du 28 mars 1882.


L’école primaire républicaine se construit surtout entre 1879 (création des écoles normales primaires) et 1886 (la loi Goblet laïcise le personnel enseignant). Durant cette période, elle devient aussi gratuite, laïque et obligatoire pour les deux sexes dès 6 ans. L’école est pensée comme le ciment du projet d’unification de la nation. Instituteurs et institutrices sont chargés de porter le message républicain auprès de toutes les classes sociales.

5
Un enseignement moral et laïque

Un quart des 55 000 institutrices et instituteurs de l’époque ont acheté cet ouvrage dont le rôle est donc essentiel.

Distinguons d’abord deux questions que l’on confond souvent : la laïcité du personnel enseignant et la laïcité de l’enseignement. […] Si l’instituteur lui‑même a des convictions religieuses, comment ne les communiquera‑t‑il pas à ses élèves ? […] Si par la laïcité de l’enseignement primaire il fallait entendre la réduction de cet enseignement à l’étude de la lecture et de l’écriture, de l’orthographe et de l’arithmétique, à des leçons de choses1 et à des leçons de mots, toute allusion aux idées morales, philosophiques et religieuses étant interdites comme une infraction à la stricte neutralité, nous n’hésitons pas à dire que c’en serait fait de notre enseignement national. […] L’enfant du peuple a besoin d’autre chose que de l’apprentissage technique de l’alphabet et de la table de Pythagore […]. L’instituteur se doit, doit à ses élèves et doit à l’État de ne prendre parti dans l’exercice de ses fonctions ni pour ni contre aucun culte, aucune Église […], ce domaine étant et devant rester le domaine sacré de la conscience. Mais on pousserait le système à l’absurde si l’on prétendait demander au maître de ne pas prendre parti entre le bien et le mal, […] entre le patriotisme et l’égoïsme […]. L’enseignement moral laïque se distingue donc de l’enseignement religieux sans le contredire. L’instituteur ne se substitue ni au prêtre, ni au père de famille ; il joint ses efforts aux leurs pour faire de chaque enfant un honnête homme.


Ferdinand Buisson, notice « Laïcité », dans le Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, 1887.

1. Les sciences.

Comment l’école sert‑elle le projet républicain ?


1
L’institutrice dans sa classe

Richard Hall, La Classe manuelle. École de petites filles (Finistère)

Les conditions d’enseignement (absence de mobilier) sont surtout dues à la pauvreté de la région.
Richard Hall, La Classe manuelle. École de petites filles (Finistère), 1890, huile sur toile, 85 x 142 cm, musée des Beaux‑Arts, Rennes.

Questions

Voir les réponses

Prélever des informations

1. Relevez les symboles et valeurs de la République associés à l’école. (Doc. 1 à 5)

2. Décrivez le parcours et le profil des instituteurs et institutrices. (Doc. 3, 4 et 5)

3. Montrez quels sont les devoirs et marges de liberté des instituteurs et institutrices. (Doc. 3 et 5)


4.
ORAL
En quoi existe-t-il une inégalité entre les garçons et les filles à l’école ? (Doc. 1, 2 et 4)
Enregistreur audio

Question de synthèse

5. Répondez à la problématique sous la forme d’un développement construit.

3
L’ascension sociale par l’école

Quand Monsieur R. arriva dans la commune, en 1880, j’avais 12 ans et je ne savais à peu près rien, surtout en calcul. Mon maître ne fut pas long à s’en apercevoir, mais il jugea qu’il était possible d’y remédier assez vite. En dehors de la classe, nous étions ensemble dans la cour ou dans le jardin et, sans avoir l’air de me faire un cours, il m’apprenait de tout. Après mon certificat d’études, je continuai à suivre l’école. Le maître me donnait des compositions de plus en plus difficiles. […] J’arrivai à mes quinze ans. Monsieur R. me dit : « Tu ne peux pas toujours aller à l’école. Alors, que veux‑tu faire ? Je voudrais bien être charpentier‑menuisier comme mon père, mais ma mère ne veut pas. Évidemment, dit‑il, et après un instant de réflexion : veux‑tu être instituteur ? Tu m’aides déjà à faire la classe en t’occupant des petits. Oui, mais ! Il me faudrait faire bien des dépenses. » Ma mère consultée dit à Monsieur R. : « Pouvez‑vous le pousser jusqu’au brevet élémentaire ? Oui, Madame, mais il faudra compter deux ans pour être sûr. » Ce fut entendu, et tout de suite je me mis à travailler avec lui.


Témoignage d’un instituteur de Charente‑Inférieure, cité dans Jacques Ozouf, Nous les maîtres d’école, 1993.

Frise repères
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?