Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Deux ouvriers
P.150-151

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

Texte et image


Deux ouvriers





ÉMILE ZOLA

ÉMILE ZOLA

(1840-1902)


ÉMILE ZOLA (1840-1902) est l’auteur d’un cycle de vingt romans dépeignant la société française de son époque à travers les personnages d’une même famille qui évoluent dans des milieux très variés : Les Rougon-Macquart. Il y consacre vingt années de sa vie et rencontre un grand succès.

ÉMILE ZOLA, Germinal

Voici le début du roman.

  Dans la plaine rase, sous la nuit sans étoiles, d’une obscurité et d’une épaisseur d’encre, un homme suivait seul la grande route de Marchiennes à Montsou, dix kilomètres de pavé coupant tout droit, à travers les champs de betteraves. [...]
  L’homme était parti de Marchiennes vers deux heures. Il marchait d’un pas allongé, grelottant sous le coton aminci de sa veste et de son pantalon de velours. Un petit paquet, noué dans un mouchoir à carreaux, le gênait beaucoup ; et il le serrait contre ses flancs, tantôt d’un coude, tantôt de l’autre, pour glisser au fond de ses poches les deux mains à la fois, des mains gourdes1 que les lanières du vent d’est faisaient saigner. Une seule idée occupait sa tête vide d’ouvrier sans travail et sans gîte2, l’espoir que le froid serait moins vif après le lever du jour. Depuis une heure, il avançait ainsi, lorsque sur la gauche, à deux kilomètres de Montsou, il aperçut des feux rouges, trois brasiers brûlant au plein air, et comme suspendus. D’abord, il hésita, pris de crainte ; puis, il ne put résister au besoin douloureux de se chauffer un instant les mains.
  [Les feux sont ceux d’une mine, le Voreux. Là, l’homme se présente : il s’appelle Étienne Lantier et il marche à la recherche d’un emploi depuis une semaine. Un vieil ouvrier lui répond.]
  – Moi, dit-il, je suis de Montsou, je m’appelle Bonnemort.
  – C’est un surnom ? demanda Étienne étonné.
  Le vieux eut un ricanement d’aise, et montrant le Voreux :
  – Oui, oui… On m’a retiré trois fois de là-dedans en morceaux, une fois avec tout le poil roussi, une autre avec de la terre jusque dans le gésier3, la troisième avec le ventre gonflé d’eau comme une grenouille… Alors, quand ils ont vu que je ne voulais pas crever, ils m’ont appelé Bonnemort, pour rire.
  Sa gaieté redoubla, un grincement de poulie mal graissée, qui finit par dégénérer en un accès terrible de toux. La corbeille de feu, maintenant, éclairait en plein sa grosse tête, aux cheveux blancs et rares, à la face plate, d’une pâleur livide, maculée de taches bleuâtres. Il était petit, le cou énorme, les mollets et les talons en dehors, avec de longs bras dont les mains carrées tombaient à ses genoux. Du reste, comme son cheval qui demeurait immobile sur les pieds, sans paraître souffrir du vent, il semblait en pierre, il n’avait l’air de se douter ni du froid ni des bourrasques sifflant à ses oreilles. Quand il eut toussé, la gorge arrachée par un raclement profond, il cracha au pied de la corbeille, et la terre noircit.
  Étienne le regardait, regardait le sol qu’il tachait de la sorte.
  – Il y a longtemps, reprit-il, que vous travaillez à la mine ?
  Bonnemort ouvrit tout grands les deux bras.
  – Longtemps, ah ! oui !… Je n’avais pas huit ans, lorsque je suis descendu, tenez ! juste dans le Voreux, et j’en ai cinquante-huit, à cette heure. Calculez un peu… [...] Ils me disent de me reposer, continua-t-il. Moi, je ne veux pas, ils me croient trop bête !… J’irai bien deux années, jusqu’à ma soixantaine, pour avoir la pension4 de cent quatre-vingts francs. Si je leur souhaitais le bonsoir aujourd’hui, ils m’accorderaient tout de suite celle de cent cinquante. Ils sont malins, les bougres !…


ÉMILE ZOLA, Germinal, partie I, chapitre 1, 1885.

1. Engourdies par le froid.
2. Sans domicile.
3. Estomac.
4. Retraite.

Le réalisme

Le mouvement réaliste s’oppose au romantisme, à ses exagérations, son attention au « moi » de l’écrivain. Les écrivains réalistes veulent décrire de la manière la plus juste possible la société de leur époque.
En amont de la rédaction de Germinal, Émile Zola lit beaucoup, visite un coron, s’entretient avec les travailleurs, descend dans une mine. La documentation qu’il rassemble est constituée de près de mille feuillets. Plusieurs descriptions du roman sont des transpositions exactes de ses observations.
Voir les réponses

Le texte

Un homme seul dans un lieu particulier

1
Qu’avez-vous appris du personnage principal, cet « homme » (l. 2 et 6) ?



2
L’endroit où il se trouve est-il accueillant ? Justifiez votre réponse par des éléments du texte.



3
a) À quel moment de la journée le roman commence-t-il ? b) À votre avis, pourquoi le narrateur fait-il ce choix ?



4
Le personnage principal et le lecteur ne connaissent rien, à priori, au monde de la mine. a) Qui va l’éclairer ? b) De qui ce personnage est-il le porte parole ?



5
Quelle image a-t-on déjà de ce monde ?



La rencontre

6
Quels points communs et différences relevez-vous entre les deux personnages ?



7
a) Quelle métaphore caractérise le rire de Bonnemort ? b) Quelle image nous donne-t-elle de lui ?



8
a) Pourquoi Bonnemort veut-il continuer à travailler ? b) Pensez-vous qu’il fait le bon choix ?



9
Souhaitez-vous à Étienne d’être embauché dans la mine ? Proposez une réponse argumentée.



Voir les réponses

1
Étienne découvre la mine

Étienne découvre la mine


2
Bonnemort (J. Carmet)

Bonnemort

Voir les réponses

Les images

COMPÉTENCE - Je lis des images et des documents composites et je comprends leurs caractéristiques

1
Image 1 (⇧) À quel personnage s’identifie-t-on dans cette image ? Observez l’endroit où est placée la caméra.



2
a) Les plans sont-ils en plongée ou en contre plongée ? (voir Fiche méthode p. 354)
b) Quel effet cela crée-t-il ?

Voir les réponses
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.