Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

La Chine des Han et l'empire romain
P.170-171

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

Lecture de docs


La Chine des Han et l'empire romain




Compétence

Je comprends et j'interprète des documents non littéraires et des images

Doc. 1
Des objets témoins des échanges

<stamp theme='his-green2'>Doc. 1</stamp>

Par leur origine et leur lieu de découverte, ces objets témoignent des relations entre l’empire romain et les autres mondes anciens.


<stamp theme='his-green2'>Doc. 1</stamp>

Par leur origine et leur lieu de découverte, ces objets témoignent des relations entre l’empire romain et les autres mondes anciens.


<stamp theme='his-green2'>Doc. 1</stamp>

Par leur origine et leur lieu de découverte, ces objets témoignent des relations entre l’empire romain et les autres mondes anciens.

Doc. 2
Les Romains vus par les Chinois

Ce texte témoigne de l’image que se faisaient les Chinois de l’empire romain et de ses habitants.

Le royaume de Da Qin [...] a plus de 400 villes fortifiées [...]. Ils rasent leur tête et ont des vêtements brodés. La largeur de leur capitale est d’une centaine de li1. Dans cette ville, il y a cinq palais [...]. Dans les pièces de ces palais, les piliers et le mobilier sont faits de cristal. Les gens de ce pays sont grands et honnêtes. Il nous ressemble, c’est pourquoi leur royaume est appelé Da Qin [...]. Le roi de ce pays a toujours voulu envoyer des émissaires aux Han mais les Anxi2, voulant contrôler le commerce de la soie, ont bloqué la route.


Fan Ye (historien chinois), Livre des Han postérieurs, Vᵉ siècle après J.-C.

Doc. 3
Les bijoux :

La soie de Chine devient rapidement populaire à Rome. C’est un produit de luxe, réservé aux Romains les plus riches. Certains dépensent des fortunes pour acquérir d’autres produits de luxe venant de la route de la soie, comme les perles ou les pierres précieuses.

« J’ai vu Lollia Paulina, qui fut la femme de l’empereur Caligula [...] couverte d’émeraudes1 et de perles2 qui se relevaient par leur mélange alternatif sur sa tête, dans ses cheveux, [...] à ses oreilles, à son cou, à ses bracelets, à ses doigts : tout cela valait 40 millions de sesterces3 ! »


Pline l’Ancien, Histoire naturelle, Iᵉ siècle après J.-C.

Doc. 3
La soie

La soie de Chine devient rapidement populaire à Rome. C’est un produit de luxe, réservé aux Romains les plus riches. Certains dépensent des fortunes pour acquérir d’autres produits de luxe venant de la route de la soie, comme les perles ou les pierres précieuses.

« Je vois des vêtements de soie, si l’on doit nommer vêtement ce qui ne protège [pas] le corps [...]. Voilà ce qu’on cherche à grand prix1, ce qu’on va demander à des nations dont le commerce nous était inconnu. »


Sénèque le Jeune, Des bienfaits, Iᵉ siècle après J.-C.

Doc. 4

Les mandarins gouvernent selon les principes du philosophe Confucius. Celui-ci est un grand penseur chinois du Ve siècle avant J.-C., à l’origine de la philosophie et de la religion officielle de la Chine des Han.

Confucius dit : « L’homme de bien a souci de neuf choses1 : il s’applique à bien voir ce qu’il regarde, à bien entendre ce qu’il écoute. Il a souci de respirer la bienveillance2 dans son expression, la déférence3 dans ses manières, l’honnêteté dans ses paroles, le sérieux dans son travail. Dans le doute, il demande conseil ; dans un accès de colère, il pense aux conséquences ; dans la perspective d’un profit, il garde le souci du Juste. »


Confucius, Les Annales des rites, Vᵉ siècle avant J.-C.

Doc. 4
Confucius

<stamp theme='his-green2'>Doc. 4</stamp> Confucius

Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.