Couverture

Histoire-Géographie 2de

Feuilleter la version papier



























Chargement de l'audio en cours
Cacher

Cacher la barre d'outils

Plus

Plus


COURS 2


L’influence du modèle britannique sur les Lumières






Le dynamisme philosophique, scientifique et littéraire de la Grande‑Bretagne influence les Lumières. La fascination pour le modèle britannique est renforcée par le développement de la puissance anglaise.

Voir le cours 3

1
La « révolution scientifique » anglaise

De nouvelles démarches scientifiques. À partir du XVIIe siècle, un nouvel intérêt est porté aux sciences expérimentales : chimie, astronomie (doc. 1). En physique et en mathématiques, les travaux d’Isaac Newton permettent des avancées considérables. On désigne ce phénomène sous le nom d’Enlightenment.

Navigation et explorations. Les progrès scientifiques permettent de mettre au point des instruments de navigation plus fiables (chronomètres, sextants). Les voyages d’explorations sont relancés, comme ceux réalisés par James Cook vers le continent austral de 1768 à 1779 ou par Mungo Park sur les fleuves Sénégal et Niger en 1795.

2
Des Lumières britanniques précoces ?

L’essor des lettres et de la philosophie. La relative liberté qui règne en Angleterre permet la publication d’ouvrages comme ceux des philosophes Thomas Hobbes, John Locke (doc. 2) ou David Hume. Ces auteurs réfléchissent à l’équilibre des pouvoirs, aux buts des gouvernements, au meilleur régime politique. Les travaux d’Adam Smith ont une influence cruciale sur l’essor du libéralisme. En littérature, les Lumières anglaises sont représentées par Daniel Defoe (Robinson Crusoé, 1719), Jonathan Swift (Les Voyages de Gulliver, 1726) ou encore Frances Burney (Cecilia, 1782).

Un intérêt nouveau porté à l’éducation. L’éducation et la diffusion des savoirs est l’un des thèmes chers aux Lumières anglaises. Les puritains comme Samuel Hartlib ou Comenius favorisent la création d’établissements pour la formation des clercs. L’éducation des filles est aussi encouragée par des femmes engagées comme Mary Astell ou Mary Wollstonecraft : leurs écrits contribuent à la naissance du mouvement féministe (doc. 3).

Universités et académies. Les centres du savoir se concentrent dans les grandes universités de Londres, Cambridge et Oxford. Les écoles de droit (Inns of courts) forment les futurs administrateurs du royaume. À partir de 1660, la Royal Society devient un centre culturel majeur et échange avec l’Académie des sciences de Paris.

John Rowley, 1712, 50 x 90 cm, National Museum of Science and Industry, Londres

1
Un planétaire en bronze, cuivre, bois et émail

Cet objet représente le système solaire et reproduit le mouvement des planètes.
John Rowley, 1712, 50 x 90 cm, National Museum of Science and Industry, Londres.

Vocabulaire

Club : réunion se déroulant dans un cercle privé et rassemblant des membres d’une même classe sociale qui partagent des centres d’intérêt communs.

Coffee-house : aussi appelées « maisons à café » puis simplement « cafés », ces établissements se développent à partir du XVIIe siècle.

Enlightenment : ce mot est employé pour évoquer les « Lumières » anglaises.

Huguenot : terme désignant les protestants chassés de France après la révocation de l’édit de Nantes en 1685.

Libéralisme : courant de pensée économique qui prône la libre circulation des marchandises et des prix, la libre concurrence et une intervention limitée de l’État dans le domaine économique.

Écho des temps

Le vote du Brexit (de la contraction « british » et « exit ») lors du référendum de juin 2016 a lancé une procédure inédite dans l’histoire de l’Union européenne. Les Britanniques, en décidant de quitter l’UE, ont soulevé de vifs débats au sein des nations du Royaume-Uni : l’Écosse et l’Irlande du Nord y étaient majoritairement défavorables, contrairement à l’Angleterre et au pays de Galles, réactivant d’anciennes frontières historiques.

Le vote du Brexit


Depuis son arrivée au poste de Première ministre, Theresa May mène les négociations avec l’UE et tente d’obtenir un accord qui convienne à son Parlement. En mars 2019, le Brexit suscite encore énormément d’inquiétudes, au Royaume-Uni comme en Europe : la décision finale reste incertaine.

3
Des idées qui circulent

Coffee-houses, clubs et librairies. La culture se propage par le biais des coffee-houses et des clubs. Avec la fin de la censure (1695), le nombre de libraires et d’éditeurs augmente. De nombreux ouvrages sont traduits en français par les exilés huguenots ou par des intellectuels comme Voltaire ou Émilie du Châtelet.

Un Enlightenment limité. La plupart des auteurs de l’époque restent toutefois fidèles au dogme chrétien et le blasphème demeure un péché. Les idées nouvelles ne touchent qu’une élite, tandis que 40 % des hommes et 60 % des femmes sont encore analphabètes en 1740.

Dans quelle mesure le modèle britannique influence‑t‑il les savants et les philosophes des Lumières au XVIIIe siècle ?


2
La supériorité du pouvoir législatif

La liberté de l’homme en société, c’est de n’être soumis qu’au seul pouvoir législatif établi d’un commun accord avec l’État, et de ne reconnaître aucune autorité ni aucune loi en dehors de celles que crée ce pouvoir, conformément à la mission qui lui est confiée […]. Il est clair, dès lors, que la monarchie absolue, considérée par certains comme le seul gouvernement au monde, est en fait incompatible avec la société civile […]. La grande fin pour laquelle les hommes entrent en société, c’est de jouir de leurs biens dans la paix et la sécurité. Or, établir des lois dans cette société constitue le meilleur moyen pour réaliser cette fin. Par suite, dans tous les États, la première et fondamentale loi positive est celle qui établit le pouvoir législatif […]. Et aucun édit, quelle que soit sa forme ou la puissance qui l’appuie, n’a la force obligatoire d’une loi s’il n’est approuvé par le pouvoir législatif, choisi et désigné par le peuple […].

John Locke, Traité du gouvernement civil, 1690.


Repères

Isaac Newton (1642‑1727)

Isaac Newton
(1642‑1727)

Fils de fermiers anglais, Isaac Newton reçoit une modeste éducation avant d’intégrer l’université de Cambridge. Il devient alors mathématicien, astronome, alchimiste et théologien. Il est notamment l’auteur de la théorie sur la gravitation universelle, travaille sur la lumière et sur la monnaie et invente un télescope. Il entre à la Royal Society avant d’en devenir le président en 1707.

John Keenan, Portrait de Mary Wollstonecraft, 1787, collection privée

3
Mary Wollstonecraft (1759‑1797), écrivaine, philosophe et féministe anglaise

John Keenan, Portrait de Mary Wollstonecraft, 1787, collection privée.
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?