POINT DE PASSAGE 3


Les ports français et le développement de l’économie de plantation et de la traite





Comment les ports français organisent-ils le commerce triangulaire ?


Au cours du XVIIIe siècle, la traite d’esclaves africains s’accroît fortement. Le commerce triangulaire atteint son apogée et fait la fortune des négociants occidentaux. Les navires européens achètent des captifs sur les côtes africaines, puis les vendent, principalement aux Antilles et au Brésil, après un voyage effectué dans de terribles conditions. Ils repartent enfin avec des denrées produites par des esclaves (sucre, café, tabac, coton), vendues à haut prix en Europe. On estime qu’entre la fin du XVIIe et la fin du XIXe siècle, les navires français ont transporté plus de 1 300 000 esclaves, dont plus de 200 000 sont morts durant la traversée.

1
Nombre d’esclaves africains embarqués sur des négriers nantais (1711‑1777)

Nombre d’esclaves africains embarqués sur des négriers nantais (1711-1777)

Les ports français et le développement de l’économie de plantation et de la traite


René Lhermitte, Plan, profil et agencement du navire Marie-Séraphique de Nantes, v. 1770, aquarelle, musée d’histoire, Nantes

6
La Marie-Séraphique, un navire négrier

Le navire transporte plusieurs centaines d‘esclaves.
René Lhermitte, Plan, profil et agencement du navire Marie-Séraphique de Nantes, v. 1770, aquarelle, musée d’histoire, Nantes.

5
Les marchandises rapportées par l’économie de plantation

Principaux éléments de la cargaison du navire La Sophie à Nantes au retour de Saint-Domingue en 1785 :

- 503 barriques de sucre ;
- 83 barriques d’indigo ;
- 25 barriques de café ;
- 134 balles de coton ;
- 72 quarts de bois d’acajou ;
- 2 barils de sirop et confiture ;
- 500 oranges.


Archives départementales de Loire‑Atlantique, 120/J/546.

7
La traversée de l’Atlantique racontée par un esclave

Né au Niger, Olaudah Equiano est capturé à l'âge de onze ans et transporté à La Barbade sur un navire espagnol. Il rachète sa liberté dix ans plus tard et devient une figure importante de l’abolition de l’esclavage.

On nous installa tous sous le pont […]. L’étroitesse de l’endroit ainsi que la chaleur du climat, ajoutées aux passagers du bateau qui était tant encombré de monde que chacun avait à peine l’espace pour se retourner, nous étouffaient presque. […] L’air devint presque irrespirable, à cause d’une variété d’odeurs répugnantes, et provoqua une maladie parmi les esclaves dont plusieurs en moururent […]. Cette situation misérable fut encore aggravée par le bruit irritant des chaînes, maintenant devenues insupportables ; et la crasse des latrines. Les cris des femmes et les gémissements des personnes mourantes rendaient toute la scène atroce. […]. Un jour, deux de mes compatriotes enchaînés l’un à l’autre, préférant la mort à une telle vie de misère […] sautèrent à la mer.


Olaudah Equiano, Ma véridique histoire, 1789.

4
Les intérêts des commerçants nantais

La traite qui se fait aux côtes d’Afrique est très avantageuse à la navigation, au commerce et aux colonies françaises. Elle encourage la construction et l’armement des vaisseaux ; elle occupe un nombre infini d’ouvriers, de matelots et navigateurs ; elle procure de grands débouchés aux denrées et marchandises ; enfin, sans elle, il serait impossible de pouvoir cultiver nos îles de l’Amérique. Les retours qui proviennent de la traite consistent en Noirs, en poudre d’or, en gomme, en ivoire, en cire et en vivres pour les navires qui fréquentent ces parages. Le travail des Nègres1 fournit à la France le sucre, le café, le cacao, l’indigo, le coton et autres denrées qui enrichissent continuellement le royaume, qui augmentent les revenus de l’État et l’aisance publique : il convient donc de protéger et d’encourager ce commerce par toutes sortes de moyens.

Mémoire des négociants de Nantes envoyé à M. de Sartine, secrétaire d’État de la Marine et des Colonies, 25 septembre 1777.
Archives départementales de la Loire‑Atlantique, C738/54.

2
Les expéditions négrières des ports français au XVIIIe siècle

Les expéditions négrières des ports français au XVIIIe siècle

3
La préparation d’une expédition de Saint‑Malo à Tobago (Caraïbes)


Je commande un [des] bâtiments pour Saint‑Domingue qui convient parfaitement à l’expédition que vous proposez ; n’ayant fait qu’un voyage de six mois à Saint‑Domingue, prêt à partir. Il est d’abord essentiel de savoir en quel lieu de la Côte d’Afrique l’on doit prendre les nègres (si on les trouve tous traités prêts à embarquer), mais en supposant que ce soit à Gambie ou aux îles de Los, voici les conditions que demande M. de Grandclos1 :

- 10 000 livres argent de France par mois pour le prêt du navire équipé de 30 hommes […], le navire aménagé convenablement pour le transport de noirs.

- 15 000 pour les futailles à eau et vivres de nègres qui seront payés d’avance en contractant.

M. de Grandclos, mon armateur, très au fait des armements pour la traite des Nègres2 à la Côte d’Afrique qu’il fait depuis longtemps a estimé que le voyage ne durerait pas moins de 10 mois, et il exigera que vous lui assuriez le paiement de 10 mois quand même le voyage serait de moindre durée.

Quant à ma commission de capitaine que je serais obligé de partager avec mon état‑major, composé de 4 officiers et de 2 chirurgiens, je ne pourrais pas me tirer à moins de 4 guinées pour chaque tête de nègre que je livrerais à Tobago.

Lettre d’un capitaine de Saint‑Malo à un potentiel loueur du navire, 25 novembre 1786.
Archives municipales de Saint‑Malo, 18/S/3.

1. Propriétaire du bateau.
2. Terme désignant les populations africaines à l’époque.

Questions

Voir les réponses

Étudier un phénomène

1. Montrez comment évolue le nombre d’esclaves transportés au cours du XVIIIe siècle. (Doc. 1)

2. Relevez les avantages de la traite négrière selon les négociants de Nantes. (Doc. 4 et 5)

3. Répérez à qui profite surtout la traite négrière. (Doc. 2, 3 et 4)

4. Décrivez les conditions du voyage pour les esclaves. (Doc. 6 et 7)


Rédiger un texte

5. Vous êtes un abolitionniste français du XVIIIe siècle. Écrivez une lettre d'une dizaine de lignes au roi pour expliquer ce qu'est le commerce triangulaire et pourquoi il faut y mettre fin.
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Se connecter

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?