Couverture

Histoire-Géographie 2de

Feuilleter la version papier



























Chargement de l'audio en cours
Cacher

Cacher la barre d'outils

Plus

Plus


COURS 4


Les tensions sociales à la veille de la Révolution





Jean-Étienne Lyotard, Portrait de Suzanne Necker (épouse de Jacques Necker), 1739, 71 x 56 cm, Kunsthistorisches museum, Vienne


3
Une haute bourgeoisie lettrée

Jean-Étienne Lyotard, Portrait de Suzanne Necker (épouse de Jacques Necker), 1739, 71 x 56 cm, Kunsthistorisches museum, Vienne.

Vocabulaire

Curé : prêtre à la tête d’une paroisse.

Dérogeance : perte des privilèges de noblesse en raison d’actes incompatibles avec cet état (comme par exemple le fait de cultiver la terre).

États généraux : assemblée extraordinaire des représentants des trois ordres. Ils se rassemblent sous la convocation du roi dans une circonstance exceptionnelle (grave crise financière ou politique).

Roturier : se dit d’un individu qui n’est pas noble.

Histoire et fiction

L’Épervier est une série de bandes dessinées historiques écrites par Patrice Pellerin. Le lecteur suit les aventures du Breton Yann de Kermeur, surnommé l’Épervier, un corsaire. Accusé d’un meurtre qu’il n’a pas commis, il cherche à élucider le crime et se retrouve sur la piste d’un trésor…

L’Epervier, série de bandes dessinées historiques écrites par Patrice Pellerin

Pour écrire sa fiction, Patrice Pellerin s’est appuyé sur des travaux d’historiens. Derrière le récit d’aventures, c’est tout un pan de la société d’Ancien Régime qui se dévoile. Yann de Kermeur est issu d’une famille de la petite noblesse bretonne, criblée de dettes, en déclin. Le lecteur le suit dans des hauts lieux du commerce maritime, comme Brest ou La Rochelle. Enfin, on le voit approcher le roi qui lui confie plusieurs missions délicates…

Gravure, 1789, BnF, Paris

2
Le tiers état accablé par les ordres privilégiés

Gravure, 1789, BnF, Paris.

4
La chasse aux faux nobles

Des négociants de Bordeaux nommés Pellet ayant fait fortune, acheté de belles lettres dans la province de Guyenne et des charges dans le Parlement, se sont avisés, à la faveur de la ressemblance de leur nom avec l’ancien surnom gothique de la maison Narbonne‑Pelet, en bas Languedoc, de prendre non seulement ce même nom dans leurs contrats de mariage et autres actes, tout comme le portent ceux de cette maison, sans avoir encore produit aucun titre pour justifier leurs prétentions. Un cri universel de tout Bordeaux ayant appris au vicomte de Narbonne, lieutenant général des armées du roi, chef de cette maison, l’indécence et l’irrégularité d’une telle entreprise, après s’être fait bien informer des faits, il a l’honneur d’en adresser la plainte à nos seigneurs les maréchaux de France, juges nés de la noblesse, implorant leur justice et leur autorité.

Mémoire pour le vicomte de Narbonne‑Pellet, 1756.

2
Des frustrations multiples

Mériter sa place. Les fondements inégalitaires de la société d’ordres sont de plus en plus remis en cause. Dans une société des Lumières où chacun veut être reconnu pour ses talents, le fait qu’il existe des privilèges grâce à la naissance dérange. Ces nouvelles idées circulent notamment grâce au théâtre (doc. 1).

La critique des privilèges. La fiscalité qui pèse sur le tiers état, particulièrement sur la paysannerie, est de plus en plus fréquemment dénoncée (doc. 2). Dans les villes, cafés et salons réunissent de plus en plus de monde, et les esprits s’y échauffent.

La bourgeoisie en quête de reconnaissance. Bien que riches et instruits (doc. 3), les bourgeois se trouvent exclus des rôles de commandement du royaume. Ils réclament un accès au pouvoir. En effet, les ascensions sociales fulgurantes comme celle de Jacques Necker, roturier devenu ministre des Finances, sont très rares.



À la fin du XVIIIe siècle, les nouvelles hiérarchies économiques ne correspondent plus aux ordres juridiques établis depuis des siècles, ce qui est source de vives tensions, qui éclatent en 1789.

1
Le mérite ou la naissance : discours de Figaro

FIGARO : Parce que vous êtes un grand seigneur, vous vous croyez un grand génie !... Noblesse, fortune, un rang, des places, tout cela rend si fier ! Qu’avez-vous fait pour tant de biens ? Vous vous êtes donné la peine de naître, et rien de plus. Du reste, homme assez ordinaire ; tandis que moi, morbleau ! perdu dans la foule obscure, il m’a fallu déployer plus de science et de calculs pour subsister seulement, qu’on en n’a mis depuis cent ans à gouverner toutes les Espagnes [...] Est‑il rien de plus bizarre que ma destinée ? Fils de je ne sais pas qui, volé par des bandits, élevé dans les mœurs, je m’en dégoûte et veux construire une carrière honnête ; et partout je suis repoussé ! J’apprends la chimie, la pharmacie, la chirurgie, et tout le crédit d’un grand seigneur peut à peine me mettre à la main une lancette vétérinaire !

Beaumarchais, Le mariage de Figaro, acte V, scène 3, 1784.

Repères

Jacques Necker (1732-1804)

Jacques Necker
(1732-1804)


Né en Suisse, Jacques Necker fait fortune comme banquier à Paris. En 1777, Louis XVI le nomme ministre des finances.

Il œuvre alors à la modernisation de l’administration du royaume. En pointant les dépenses excessives de la cour à Versailles, il s’attire les foudres d’une partie de la noblesse, mais gagne le soutien de l’opinion publique. Après avoir été renvoyé par Louis XVI en 1781, il est rappelé au pouvoir sept ans plus tard, et participe à la réunion des États généraux de 1789. Il démissionne définitivement en septembre 1790 et se retire en Suisse pour écrire.

3
La réaction nobiliaire

Des mesures de protection. Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, les nobles, voyant leur supériorité sociale menacée par l’ascension de la bourgeoisie, cherchent à récupérer certains de leurs privilèges tombés en désuétude : c’est ce que l’on appelle la réaction nobiliaire. Le règlement du comte de Ségur, en 1781, impose ainsi aux plus hauts gradés de fournir la preuve qu’ils sont nobles depuis au moins quatre générations. Dans les campagnes, d’anciens prélèvements seigneuriaux sont également remis en vigueur.

Contenir la bourgeoisie. La noblesse agit également sur le plan symbolique pour préserver son rang, et cherche à donner un coup d’arrêt aux prétentions de certaines familles de la haute bourgeoisie (doc. 4).

La réunion des états généraux. Durant l’été 1788, alors que les tensions s’aggravent dans tout le pays, le roi prend la décision de convoquer à Versailles des représentants des trois ordres. Les états généraux ouvrent le 5 mai 1789.


Pourquoi les nouvelles hiérarchies économiques et sociales provoquent‑elles des crispations ?


1
Privilégiés et pauvres ?

La noblesse désargentée. Certaines familles de nobles, particulièrement en province, font face à une baisse de revenus et se sentent moins valorisées, en raison de la diminution des guerres. Ces nobles ruraux n’ont plus grand‑chose en commun avec la haute noblesse de cour, qui a toutes les faveurs du roi. De plus, ils craignent la dérogeance, qui guette les nobles qui n’ont plus les moyens de maintenir un mode de vie aisé.

Un clergé hétérogène. Si le haut‑clergé (abbés, évêques) est recruté dans la noblesse, et jouit de revenus élevés, le bas‑clergé issu du tiers état mène une vie beaucoup plus modeste. Ainsi, le curé de campagne se sent beaucoup plus proche du paysan que des hauts dignitaires de l’Église, qui monopolisent l’essentiel des revenus. Les lignes de fracture se multiplient au sein des ordres privilégiés.
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?