CONCEPT
DIFFÉRENCIATION


Le concept de Liberté





1
Le triomphe de la Liberté

Jacques Réattu, Le Triomphe de la Liberté, 1794, huile sur toile, 34 x 47 cm, musée Réattu, Arles.
Jacques Réattu, Le Triomphe de la Liberté, 1794, huile sur toile, 34 x 47 cm, musée Réattu, Arles.

5
La liberté en République

La liberté, loin d’exclure les limites, les impose au contraire. Pour la sécurité de tous, je dois respecter le Code de la route et le gendarme y veille, mais moi seul décide où je veux aller, quand, avec qui. Selon l’article 4 de la Déclaration de 1789, « la liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui ». Elle se révèle alors indissociable de l’égalité : c’est parce que les autres ont des droits égaux aux miens, que ma liberté est limitée par le respect de la leur et leur liberté limitée par le respect de la mienne. En même temps que complémentaires, pourtant, liberté et égalité sont contradictoires : la liberté absolue, c’est la loi du plus fort ; l’égalité absolue, c’est la négation de la liberté. Le défi de la civilisation est donc dans la juste mesure, hors d’atteinte mais toujours recherchée, sans jamais sacrifier complètement l’une à l’autre. C’est la loi, quand besoin est, qui assure cette conciliation car, si elle est démocratique, elle protège bien plus qu’elle ne contraint. Cette liberté en droit est toujours insuffisante – le SDF jouit-il vraiment de sa liberté ? – mais cependant toujours nécessaire. Et même le SDF a plus de chance de cesser de l’être un jour dans une société libre que dans une autre.


Guy Carcassonne, Guide républicain. L’idée républicaine aujourd’hui, 2004.

3
La liberté au temps des Lumières

Le premier état que l’homme acquiert par la nature, et qu’on estime le plus précieux de tous les biens qu’il puisse posséder, est l’état de liberté ; il ne peut ni se changer contre un autre, ni se vendre, ni se perdre ; car naturellement tous les hommes naissent libres, c’est-à-dire qu’ils ne sont pas soumis à la puissance d’un maître, et que personne n’a sur eux un droit de propriété.

En vertu de cet état, tous les hommes tiennent de la nature même le pouvoir de faire ce que bon leur semble, et de disposer à leur gré de leurs actions et de leurs biens, pourvu qu’ils n’agissent pas contre les lois du gouvernement auquel ils se sont soumis.


Jean le Rond d’Alembert et Denis Diderot, « Liberté », Encyclopédie, 1751.

4
Qu’est‑ce que la liberté ?

Benjamin Constant est un homme politique et philosophe français. Libéral, il défend le régime parlementaire.

Demandez‑vous d’abord, Messieurs, ce que de nos jours un Anglais, un Français, un habitant des États-Unis de l’Amérique, entendent par le mot de liberté ?

C’est pour chacun le droit de n’être soumis qu’aux lois, de ne pouvoir ni être arrêté, ni détenu, ni mis à mort, ni maltraité d’aucune manière, par l’effet de la volonté arbitraire d’un ou plusieurs individus. C’est pour chacun le droit de dire son opinion, de choisir son industrie1 et de l’exercer ; de disposer de sa propriété, d’en abuser même ; d’aller, de venir, sans obtenir la permission, sans rendre compte de ses motifs ou de ses démarches. C’est, pour chacun, le droit de se réunir à d’autres individus, soit pour conférer2 sur ses intérêts, soit pour professer le culte que lui et ses associés préfèrent […]. Enfin, c’est le droit, pour chacun, d’influer sur l’administration du gouvernement, soit par la nomination de tous ou de certains fonctionnaires, soit par des représentations, des pétitions, des demandes.


Benjamin Constant, De la liberté des anciens comparée à celle des modernes, 1819.

1. Métier ou activité.
2. Discuter.

Questions

Voir les réponses
1. Relevez toutes les définitions qui sont données pour le mot « liberté » dans les différents documents. (Doc. 1 à 5)
2. Relevez les conditions d’exercice de la liberté qui sont mentionnées pour chaque définition. (Doc. 2 à 5)

3. Qu’est-ce qui semble systématiquement limiter la liberté ? (Doc. 2 à 5)


4.
Parcours 1
À l’écrit, expliquez pourquoi on peut dire que la liberté est un concept qui a évolué au cours du temps et en fonction des époques.


5.
Parcours 2
ORAL
Sur le modèle du texte de Benjamin Constant, expliquez ce que le mot liberté représente pour vous.
Enregistreur audio

Vocabulaire

Libéralisme : doctrine philosophique reposant sur la liberté et la reconnaissance de l’autonomie de l’individu. Le libéralisme considère qu’aucun pouvoir ne peut entraver les libertés fondamentales.

Libertés collectives : libertés que l’on exerce dans le cadre d’une vie en société.

Libertés fondamentales : libertés essentielles à l’individu garanties par la loi dans un État de droit et une démocratie.

Libertés individuelles : libertés qu’un individu peut exercer séparément des autres citoyens.

2
La liberté dans l’Antiquité

Le principe fondamental du régime démocratique, c’est la liberté. Voilà ce que l’on a coutume de dire, sous prétexte que c’est dans ce seul régime que l’on a la liberté en partage. On dit que c’est le but de toute démocratie. Une des marques de la liberté, c’est d’être tour à tour gouverné et gouvernant. Un signe de la liberté est de conduire sa propre vie comme on l’entend. C’est là, dit-on, l’œuvre de la liberté, s’il est vrai que le propre de l’esclave est de ne pas vivre selon sa volonté. Voilà donc la seconde règle de la démocratie, d’où est venue l’idée de n’être gouverné, au mieux, par personne, ou sinon de ne l’être que chacun à son tour.


Aristote, Politique, IVe siècle av. J.‑C.

« Liberté » est le premier mot de la devise républicaine, inscrite dans la Constitution de la Ve République de 1958. Selon la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, « la liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi, l’exercice des droits naturels de chaque homme n’a de bornes que celles qui assurent aux autres membres de la société la jouissance de ces mêmes droits ». Seule la loi, à laquelle tous les citoyens doivent se conformer, peut limiter la liberté pour préserver celle des autres. La liberté est un principe essentiel de notre organisation politique et sociale, fruit d’une longue conquête.

Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Se connecter

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?