Couverture

Histoire-Géographie 2de

Feuilleter la version papier



























Chargement de l'audio en cours
Cacher

Cacher la barre d'outils

Plus

Plus


COURS 2

2
D’importantes inégalités socio-économiques qui s’accroissent


Quelles sont les principales inégalités en France et comment évoluent‑elles ?


2
Les déserts médicaux

On appelle communément « déserts médicaux » les espaces où le nombre de médecins pour  000 habitants est faible, sans qu’un seuil soit établi. La moyenne française est d’environ 300 médecins en activité pour 100 000 habitants. Il n’y a pas de baisse du nombre de médecins en France mais une évolution de leur répartition : le nombre de médecins pour 100 000 habitants atteint 798 à Paris et seulement 180 dans le département de l’Eure.

[La carte] révèle une France des déserts médicaux plutôt septentrionale, rurale et périurbaine. Les banlieues, contrairement à ce qui est parfois écrit, sont plutôt moins concernées que les périphéries urbaines plus lointaines. La France de la pénurie de personnels de santé n’est pas non plus, ou pas complètement, une France des faibles densités, puisque d’après cette carte, les massifs alpins et pyrénéens, le nord des Landes, ou les communes centrales de l’île de La Réunion, obtiennent des notes supérieures ou égales à la moyenne. Les espaces les plus gravement touchés sont un grand Bassin parisien, le coeur du Massif central (Aubrac, Margeride, etc.), le Jura et les Vosges, le Bocage vendéen et la Guyane.


V. Chasles, A. Denoyel, C. Vincent, « La démographie médicale en France, le risque des déserts médicaux. L’exemple de la Montagne ardéchoise », Géoconfluences, 2013

B
Des inégalités entre les individus

Des inégalités importantes. Le revenu médian en France est de 1 800 € par mois. Cela signifie que la moitié des personnes reçoit moins que cette somme, et l’autre moitié reçoit plus. Derrière cette médiane se cachent d’importantes inégalités de revenus. Inévitables, celles-ci peuvent cependant être considérées comme une injustice par certains habitants lorsqu’elles sont trop importantes ou lorsqu’elles se creusent.

Des discriminations. Le salaire des hommes est en moyenne supérieur de 20 % à celui des femmes occupant des postes comparables, ce qui constitue une discrimination de genre. Les personnes d’origine étrangère peuvent également être victimes de discriminations. Les discriminations fondées sur l’origine, le genre, la religion ou le handicap sont illégales.

Les inégalités peuvent s’additionner. Par exemple, une personne âgée sans voiture dans une commune rurale isolée peut avoir des difficultés à trouver un médecin (Voir dossier numérique « Les inégalités de santé en France »).

Au-delà des situations les plus critiques d’exclusion de l’emploi ou de pauvreté, les inégalités s'accroissent dans de nombreux domaines en particulier en ce qui concerne les revenus.
Observatoire des inégalités, 2017

Parole d’acteur

Le maire rural, un acteur de la France des faibles densités


Jean-Paul Carteret est maire de Lavoncourt, un village rural de 340 habitants (Haute‑Saône).

« Être maire rural, c’est une mission de tous les jours, toute l’année, auprès des habitants. Nous sommes la démocratie de proximité ! Emmener un chat errant à la SPA, prévoir le budget… Le maire et le conseil municipal font tout ! Mais surtout, tout ce qui favorise le lien social : le repas de noël, les associations, la tombola... Ma commune avait 270 habitants quand je suis arrivé, maintenant elle en compte 350. Avant, les gens qui voulaient venir s’installer appelaient pour savoir s’il y avait une école. Aujourd’hui, ils appellent pour savoir s’il y a la fibre. C’est pourquoi j’ai fait en sorte de développer le numérique dans ma commune : nous avons même obtenu un label “4 arobases” ».

Vocabulaire

  • Banlieue : commune distincte dont le bâti aggloméré touche celui de la ville‑centre. Le terme découle du Moyen Âge, avec le droit de « ban » (droit du seigneur) s’appliquant sur une distance d’une lieue (unité de distance).

  • Gentrification : processus de remplacement des classes populaires habitant un quartier par des classes plus aisées.

  • Revenu médian : chiffre séparant les revenus en deux moitiés égales : 50 % des personnes reçoivent plus, 50 % reçoivent moins.

  • Taux de pauvreté : proportion de la population qui vit avec un revenu disponible inférieur au seuil de pauvreté.

1
La diversité sociale dans la banlieue résidentielle toulousaine


La diversité sociale dans la banlieue résidentielle toulousaine
1
2
3
4
5
Cette image satellite de quartiers résidentiels dans les communes de Toulouse et de Launaguet montre des inégalités de richesse.

Chiffres-clés

55 300 €

PIB/habitant en Île‑de‑France

15 %

taux de pauvreté en France


C
Des inégalités plus visibles et qui s’accroissent

Des inégalités plus visibles. Avec la gentrification au cœur des anciens quartiers ouvriers urbains, les catégories sociales aisées coexistent avec la grande pauvreté des quartiers moins rénovés ou des personnes sans domicile fixe.

Des inégalités qui s’accentuent avec la crise des finances publiques. En France comme dans les autres pays riches, le vieillissement se traduit par une baisse du nombre d’actifs en mesure de cotiser et une hausse des dépenses de santé. Le recul de certains services publics, et plus généralement de l’État‑providence, peut aussi accentuer les inégalités (Doc. 2).


A
Des inégalités entre les territoires à toutes les échelles

Entre régions et entre départements. Certaines régions françaises sont plus riches que d’autres. Le PIB par habitant (la richesse produite divisée par le nombre d’habitants) s’élève à 55 300 € en Île‑de‑France mais à 23 200 € en Corse et 17 500 € dans les collectivités d’Outre‑mer. À l’échelle départementale, le niveau de vie médian annuel est de 20 360 € dans les Yvelines et de 13 740 € dans le Pas‑de‑Calais.

Des inégalités encore plus frappantes à l’échelle des agglomérations. Certains quartiers concentrent les personnes les plus riches et d’autres cumulent un taux de chômage et un taux de pauvreté élevés. Ce taux est de 15 % en France mais atteint 40 % dans certaines communes du département de Seine‑Saint‑Denis (Étude de cas 1). Il faut cependant se méfier de toute généralisation sur les « banlieues », puisqu’il existe des banlieues riches : la commune de Neuilly‑sur‑Seine, à l’ouest de Paris, est ainsi l’une des plus riches du pays. C’est dans les centres des aires urbaines que les inégalités sont les plus fortes.

Les espaces périurbains sont en moyenne plus homogènes socialement. Il existe malgré tout des écarts de revenus à l’intérieur de l’espace périurbain (Doc. 1), par exemple autour de Lyon, entre communes plus aisées à l’ouest et plus modestes à l’est.
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?