Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

Accompagnement personnalisé
P.203

AP


Accompagnement personnalisé




Compétence

Distinguer une croyance ou une idée d'un savoir scientifique.

Doc. 1
Galilée et l’héliocentrisme.

En 1610, grâce à sa lunette astronomique, Galilée découvre des astres qui ne tournent pas autour de la Terre mais autour de Jupiter. Cela le conforte dans son idée que la Terre tourne autour du Soleil (héliocentrisme), mais va à l’encontre de tout le savoir scientifique bâti depuis vingt siècles sur les idées d’Aristote qui propose une Terre fixe et au centre de l’Univers (géocentrisme). En 1633, les idées de Galilée sont condamnées par l’Église catholique, qui craint la remise en cause de son pouvoir par cette physique nouvelle. Le pape Benoît XIV autorise cent ans plus tard la publication des ouvrages sur l’héliocentrisme, après qu’une nouvelle démonstration expérimentale a été réalisée.

Je sais faire si :

  • Je sais que la science a besoin de preuves expérimentales et théoriques.
  • Je garde un esprit critique vis-à-vis de ce que je peux lire ou entendre, c’est-à-dire que je ne crois pas que tout ce qui est écrit ou formulé est forcément vrai.
  • Je vérifie les informations sur différents supports fiables: dictionnaires, encyclopédies, sites internet officiels (gouvernement, cnrs, éducation, etc.).
  • Je recherche également les preuves expérimentales et théoriques sur des supports fiables.

Aide à la résolution

1. Dans l’un des chapitres précédents, une expérience célèbre t’a été présentée. Elle a permis pour la première fois de mettre en évidence un espace visible, à l’intérieur duquel on pouvait raisonnablement penser qu’il n’y avait pas de matière.

2. Malgré cette expérience probante, les scientifiques restèrent persuadés de la non existence du vide. Ils imaginèrent l’existence d’une matière particulière : l’éther. Documente-toi avec tes camarades pour identifier ce qu’était cette substance imaginaire, et quelles expériences ont été menées pour tenter de prouver son existence.

« La nature a horreur du vide » : une croyance qui s’est transmise pendant plus de 200 ans !

Dans l’Antiquité, le philosophe grec Aristote a avancé une idée qui s’est imposée pendant plus de vingt siècles dans la manière de réfléchir des scientifiques. Persuadé que « la nature a horreur du vide », Aristote affirmait que tout espace doit forcément être rempli de matière. Cette croyance a influencé le travail de plusieurs dizaines de générations de scientifiques, qui étaient convaincus que le vide n’existe pas.
Voir les réponses

Un exercice pour s'entrainer

1
Avec un groupe de camarades, fais des recherches pour déterminer quels scientifiques ont contribué au dépassement de cette croyance, et comment ils y sont parvenus.



Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.