Chargement de l'audio en cours
Plus

Plus

La construction d’un réseau de transport européen
P.362-363

Mode édition
Ajouter

Ajouter

Terminer

Terminer

Étude de cas


La construction d’un réseau de transport européen




Compétence

Je décris et j'explique

Introduction

Pour construire un territoire commun, l’Union européenne met en œuvre des projets d’aménagement qui dépassent les frontières des États membres, afin de mieux les relier. La politique européenne des transports en est un exemple. Entre 2007 et 2013, l’UE a investi 7,21 milliards d’euros dans des projets de transport, soit 14,50 euros par habitant.

Problématique

Comment la politique européenne des transports favorise-t-elle la construction d’un territoire européen commun ?

Doc. 1
La création d’un espace européen des transports

<stamp theme='his-green2'>Doc. 1</stamp> La création d’un espace européen des transports


Doc. 2
Des temps de parcours réduits entre Paris et l’Est de l’Europe

<stamp theme='his-green2'>Doc. 2</stamp> Des temps de parcours réduits entre Paris et l’Est de l’Europe

La ligne à grande vitesse LGV-Est européenne a pour but de relier Budapest, en Hongrie, à Paris. L’objectif est aussi de mieux relier Paris à la mégalopole européenne.

Vocabulaire

  • La mégalopole européenne : espace densément peuplé et fortement urbanisé qui concentre les flux les plus importants en Europe. 
  • L’espace Schengen : espace de libre circulation des personnes entre des États européens. 
  • Une ligne à grande vitesse (LGV) : voie permettant la circulation des trains à grande vitesse (TGV). 
  • Le réseau transeuropéen de transports : projets de construction d’infrastructures de transport dans l’UE, pour favoriser les échanges entre les pays membres. 

Doc. 3
Se déplacer autrement

<stamp theme='his-green2'>Doc. 3</stamp> Se déplacer autrement

Cette campagne a pour but de sensibiliser les citoyens européens à l’utilisation des transports publics et des transports doux (vélo, marche, etc.), plus respectueux du développement durable.

Doc. 4
Des oppositions contre une LGV

Le projet d’une liaison ferroviaire entre Lyon et Turin, pour renforcer les échanges de marchandises et de personnes entre l’Italie et la France, est né dans les années 1980. En Italie comme en France, les contestations sont nombreuses. Le début du chantier, financé à 40% par l’UE, est néanmoins prévu pour 2016.

Cette escale est l’occasion pour nous de faire connaissance avec les élus venus nous accueillir, puis d’en apprendre plus sur le projet de nouvelle LGV entre Lyon et Turin, dont le tracé passe non loin de là. D’après les habitants, réunis dans un collectif d’opposition au projet, celui-ci n’est pas adapté aux besoins actuels [...]. Dans cette période de crise, les citoyens demandent que l’endettement de l’État cesse de s’accroitre au profit de projets jugés inutiles [...]. Ils dénoncent les conflits d’intérêts1 et le gaspillage d’argent public servant à financer des études biaisées2, ne prenant pas en compte la destruction des terres agricoles, des espaces naturels et des paysages, et leur biodiversité.

Extrait du blog Alternatiba, 2015.

1. Doutes sur l'indépendance des acteurs impliqués.
2. Études légèrement faussées.
Voir les réponses

Exercice 1

1
Doc. 1 (⇧) Quel espace concentre le réseau le plus dense ? Quels espaces sont moins intégrés aux transports européens ?



2
Doc. 1 (⇧) Relevez quelques projets de transport en Europe. Quelles villes relient-ils ?



3
Doc. 1 (⇧) À quelle échelle les aménagements ferroviaires sont-ils pensés ?



4
Doc. 2 (⇧) Que permet la LGV-Est européenne ?



5
Doc. 3 (⇧) Quel type de transport cette affiche promeut-elle ?



6
Doc. 4 (⇧) Que doit permettre ce projet ? Qui s’y oppose ? Pour quelles raisons ?



7
Doc. 1 à 4 (⇧) Dans un développement construit, montrez que le réseau de transport européen permet de construire un territoire commun.



Voir les réponses
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies permettant le bon fonctionnement du service.
Pour plus d’informations, cliquez ici.