Chargement de l'audio en cours
Cacher

Cacher la barre d'outils

Plus

Plus


COURS 1


1
Des systèmes productifs en recomposition




Durant les « Trente Glorieuses », la croissance de l’emploi industriel et de la salarisation s’étend à de larges parties du territoire et bouleverse en profondeur la vieille France artisanale et rurale.
Pierre Veltz, Des lieux et des liens, 2015

Chiffres-clés

7 %

de la population française travaille dans l’industrie

3 %

de la population française travaille dans l’agriculture

80 %

de la population française travaille dans le secteur des services

Géo-histoire

Une histoire de flacons de parfums en Normandie

glass

À la frontière entre la Normandie et les Hauts‑de‑France, la « Glass Vallée » est le premier pôle mondial de flaconnage de luxe. Elle regroupe aujourd’hui 70 entreprises et près de 700 salariés spécialisés dans la fabrication de flacons pour la parfumerie, la pharmacie ou les spiritueux.

La première verrerie s’installe dans la vallée de la Bresle au XVe siècle. Les verreries, qui prennent alors la forme de petits ateliers, sont installées près de la forêt, qui fournit le bois pour alimenter les fours.

En 1875, la création de la ligne de chemin de fer Paris‑Le Tréport permet d’acheminer le charbon venu d’Angleterre et de livrer les produits dans les grands centres urbains. Les verreries s’installent alors près de la voie ferrée.

Si la production est encore exclusivement artisanale au début du XXe siècle, l’automatisation marque une nouvelle étape importante du développement de ce territoire. C’est cette révolution technique qui explique aujourd’hui le succès de ce territoire rural.

1
Page d’accueil du site internet de Station F, le plus grand incubateur de France

Page d’accueil du site internet de Station F, le plus grand incubateur de France

L’incubateur, ouvert 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, accueille plus de 1 000 start‑up, un immense restaurant, un café et différents espaces dédiés à l’innovation. Des experts de différents services publics (CNIL, Inpi, Ursaff, BPI France, Pôle emploi, etc.) sont également présents pour conseiller les start‑up.

Comment expliquer la tertiarisation de l’économie française ?


C
L’essor des services

Une métropolisation et une littoralisation qui profitent au Sud et à l’Ouest. Avec la création des zones industrialo-portuaires (ZIP) et des pôles de compétitivité, ce sont les régions du Sud et de l’Ouest qui connaissent un essor industriel. Les espaces métropolitains accueillent en réalité l’essentiel du développement d’activités de recherche et de conception, souvent grâce à des technopôles. Les systèmes productifs se localisent aujourd’hui près des centres de recherche et des universités. De nouveaux territoires très compétitifs se sont constitués (Doc. 2).

Un essor des services aux entreprises qui compense la désindustrialisation. Le secteur des services se transforme et gagne des emplois. C’est le cas dans le secteur des services aux entreprises, dont le nombre de création d’emplois sur les dernières décennies correspond aux suppressions de postes dans l’industrie sous l’effet de l’externalisation (les entreprises sous-traitent l’entretien, l’informatique, etc.).

Des évolutions sociales qui expliquent l’essor des services à la personne. Le vieillissement de la population, la diminution du temps de travail, de nouvelles habitudes de consommation depuis 40 ans favorisent la généralisation des services à la personne dans les domaines de la santé, des loisirs, de la culture et du tourisme.

Vocabulaire

  • Politique agricole commune (PAC) : politique mise en place par l'UE dans les années 1960 pour augmenter la production agricole. Elle vise aujourd'hui à soutenir les agriculteurs et à préserver l'environnement.
  • Technopôle (un) : espace productif tourné vers l’innovation, qui accueille des entreprises, des universités et des centres de recherche.

B
Un affaiblissement de la sphère productive industrielle

La crise des industries textiles et minières, victimes de la concurrence internationale. Avec la mondialisation, les industries du Nord et de l’Est (métallurgie, textile), fondées sur l’exploitation des matières premières (charbon, fer, fibres textiles), connaissent une crise importante en raison de la concurrence des pays du Sud (Chine, Bangladesh) qui proposent des coûts d’extraction et de main-d’oeuvre plus bas. La nouvelle DIT (voir chapitre 4) a pénalisé ces secteurs en France.

Une reconversion de l’industrie et une montée en gamme. Certains espaces ont été reconvertis avec l’aide de l’État, mais d’autres restent en difficulté et sont marqués par le chômage (Douai dans le Nord, Alès dans le Gard). Le maintien des systèmes productifs industriels est désormais lié à l’innovation technologique. (Étude de cas 2)

A
Une mutation des systèmes productifs agricoles qui explique celle des autres secteurs

Une modernisation de l’agriculture. L’agriculture française est engagée depuis les années 1960 dans un processus de modernisation intense, sous l’effet de la PAC. Grâce à la mécanisation et à l’utilisation des produits phytosanitaires et de semences sélectionnées, les rendements ont été améliorés et les paysages agricoles évoluent (voir chapitre 9). Ces mutations ont des conséquences sur les autres secteurs ; la mécanisation de l’agriculture a provoqué un recul de l’emploi agricole, et donc un « déversement » relatif dans le secteur de l’industrie (de la fin du XIXe siècle à la fin des Trente Glorieuses en 1975) puis des services (depuis 1975).

Des systèmes productifs agricoles qui se teintent d’industries et de services. Les systèmes agricoles s’appuient sur des industries agroalimentaires, à l’image de grands groupes comme Danone. En outre, leur valorisation, notamment touristique (Étude de cas 1), les fait basculer dans le domaine des services.

2
Le plateau de Saclay, un pôle de compétitivité au rayonnement international

Un site encore modeste, mais de grandes ambitions et des parrains prestigieux. Le nouveau centre de recherche en intelligence artificielle d’IBM, qui a été officiellement inauguré lundi sur le plateau de Saclay (Essonne), n’accueille pour l’heure qu’une trentaine de chercheurs dans un bâtiment des années 1980 récemment réhabilité. Mais, juste à côté, un immeuble beaucoup plus imposant est déjà en chantier.

D’ici à deux ans, le futur centre devrait accueillir quelque 350 personnes, dont une centaine de chercheurs, a promis hier Nicolas Sekkaki, président d’IBM France. L’inauguration et la présentation des plans de ce « campus » ont eu lieu en présence de la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Frédérique Vidal, du mathématicien et député Cédric Villani et du tout nouveau secrétaire d’État au Numérique, Cédric O. […]

IBM a également annoncé qu’un autre projet mondial, Business Automation Intelligence with Watson, qui est destiné à intégrer de l’IA dans les processus métiers, serait piloté depuis la France, notamment avec les équipes de Saclay. Le programme sera mené par une cinquantaine d’experts en R&D, en collaboration avec des entreprises. « Notre rôle est de développer des technologies et d’aider à les mettre en œuvre », a indiqué Nicolas Sekkaki. L’implantation à Saclay doit également permettre de collaborer avec des organismes publics d’enseignement et de recherche, dont Polytechnique, l’université de Paris‑Saclay ou Centrale‑Supélec.


Benoît Georges, « IBM ouvre son laboratoire d’intelligence artificielle à Saclay », Les Échos, 9 avril 2019
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?