Un autre regard sur le chapitre 15




ÍslendingaApp, une application pour éviter la consanguinité


Avec seulement 320 000 habitants et un taux d’immigration quasi nul, l’Islande présente un risque plus élevé de consanguinité que la normale. Or, une union consanguine, c’est-à-dire entre deux personnes de même famille, augmente le risque de développer des maladies génétiques.

Lancée en 2013, ÍslendingaApp propose une solution. Cette application pour smartphone recense de nombreuses données généalogiques. Ainsi, deux Islandais souhaitant connaître leur lien de parenté n’ont qu’à entrechoquer leurs téléphones. S’ils sont très proches génétiquement, une alarme s’active alors.

Cliquez ici pour comprendre le danger de la consanguinité.

Deux jeunes adultes utilisant ÍslendingaApp.

Deux jeunes adultes utilisant ÍslendingaApp.

PERSPECTIVE

Filles et garçons à égalité devant les maths ?




Maryam Mirzakhani.

Maryam Mirzakhani.

Professeure à l’université de Stanford (États-Unis), elle a été en 2014 la première femme à remporter la médaille Fields, l’équivalent du prix Nobel pour les mathématiques.

L’analyse des résultats d’examens scolaires montre que les filles ont des résultats inférieurs aux garçons pour des exercices difficiles de mathématiques. Une conséquence est la désaffection des filles pour les filières scientifiques. Des chercheurs ont tenté de déterminer la cause de ces différences entre sexes : origine génétique ou culturelle ? Pour mieux comprendre, des études de psychologie cognitive ont été réalisées : un examen de mathématiques complexes est donné à un grand nombre d’étudiants et d’étudiantes en mathématiques. Le test était présenté de deux façons différentes aux participants : soit on leur annonçait que les résultats de ce test étaient similaires entre hommes et femmes, soit que les femmes avaient habituellement de moins bons scores. Dans le premier cas, les femmes ont obtenu des résultats similaires à ceux des hommes. Dans le second cas, leurs notes étaient signifi cativement inférieures, alors que le test était le même ! Autrement dit, le simple fait de mentionner l’existence d’une inégalité dans les résultats a empêché les filles de réussir leurs exercices de façon optimale. Ainsi, tout porte à croire que l’environnement social, familial et scolaire inhibe la confiance en elles des jeunes filles face aux mathématiques.

Cliquez ici pour découvrir en vidéo les stéréotypes de genre sous la loupe de l’anthropologue Corinne Fortier.
Connectez-vous pour ajouter des favoris

Pour pouvoir ajouter ou retrouver des favoris, nous devons les lier à votre compte.Et c’est gratuit !

Se connecter

Livre du professeur

Pour pouvoir consulter le livre du professeur, vous devez être connecté avec un compte professeur et avoir validé votre adresse email académique.

Votre avis nous intéresse !
Recommanderiez-vous notre site web à un(e) collègue ?

Peu probable
Très probable

Cliquez sur le score que vous voulez donner.

Dites-nous qui vous êtes !

Pour assurer la meilleure qualité de service, nous avons besoin de vous connaître !
Cliquez sur l'un des choix ci-dessus qui vous correspond le mieux.

Nous envoyer un message




Nous contacter?