Repères art et littérature / Idées


Le romantisme engagé : des luttes politiques et sociales





La lutte contre Napoléon III

Lamartine se présente contre Louis-Napoléon Bonaparte (le futur Napoléon III) aux à l’élection présidentielle de 1848, lors du rétablissement de la République, mais il est nettement battu. Menacé par le régime autoritaire de Napoléon III, il est contraint au silence.

Hugo soutient la candidature de Louis-Napoléon Bonaparte en 1848. Mais il n’accepte pas la dérive autoritaire du président, et s’exile volontairement en Belgique, puis à Jersey et à Guernesey, peu après le coup d’État de 1851. Il publie alors des textes violents contre le despote, parmi lesquels figurent le pamphlet Napoléon le Petit et le recueil de poèmes politiques Les Châtiments (1852). Il n’accepte de revenir qu’après le départ de l’empereur.

De nombreux poètes, comme Marceline Desbordes-Valmore ou Alfred de Vigny, dénoncent la répression meurtrière des révolutions de 1830 et de 1848, de la nuit du coup d’État de 1851 ou encore d’insurrections locales.


CARTE D'IDENTITÉ


 Origine  Dans une société bourgeoise, individualiste et inégalitaire, certains romantiques s’engagent auprès du peuple dans les luttes politiques et sociales.

 Où ?  En Europe. Dans certains pays, le romantisme engagé accompagne les luttes pour l’indépendance politique.

 Quand ?  En France, pendant la moitié du XIXe siècle, après la chute de Napoléon Ier en 1815, dans un contexte de changements politiques.

Honoré Daumier, La Blanchisseuse, 1850 - 1853, huile sur toile,
130 × 98 cm, musée de l’Ermitage, Saint-Pétersbourg.

Doc. 2
Honoré Daumier, La Blanchisseuse, 1850 - 1853, huile sur toile, 130 × 98 cm, musée de l’Ermitage, Saint-Pétersbourg.


L’artiste, un prophète pour le peuple

Victor Hugo développe sa propre vision de la mission du poète : être un guide, une lumière pour le peuple. Présenté comme une figure prophétique, le poète détient une vérité et doit mettre ce pouvoir au service de la communauté.


Texte A
Le poète en des jours impies
Vient préparer des jours meilleurs.
ll est l’homme des utopies,
Les pieds ici, les yeux ailleurs.
C’est lui qui sur toutes les têtes,
En tout temps, pareil aux prophètes,
Dans sa main, où tout peut tenir,
Doit, qu’on l’insulte ou qu’on le loue,
Comme une torche qu’il secoue,
Faire flamboyer l’avenir !

Victor Hugo,« Fonction du poète », Les Rayons et les Ombres, 1840.

Félix Philippoteaux, Lamartine repoussant le drapeau rouge
à l’Hôtel de ville de Paris le 25 février 1848, 1848, 63 × 27 cm,
musée Carnavalet, Paris.

Doc. 1
Lamartine choisit le drapeau tricolore.
Félix Philippoteaux, Lamartine repoussant le drapeau rouge à l’Hôtel de ville de Paris le 25 février 1848, 1848, 63 × 27 cm, musée Carnavalet, Paris